Another Life saison 2 : critique d'un autre crash spatial sur Netflix

JL Techer | 15 octobre 2021 - MAJ : 16/10/2021 18:10
JL Techer | 15 octobre 2021 - MAJ : 16/10/2021 18:10

Deux ans après être partie dans l'espace avec Katee Sackhoff aux commandes du vaisseau Salvare, Another Life revient pour une seconde saison sur Netflix. La première saison de la série de SF d'Aaron Martin avait peiné à convaincre, malgré un casting honnête. La faute à un scénario décousu, et à une mise en scène avec vingt ans de retard. Malheureusement, deux ans de gestation n'ont pas forcément suffi à corriger le tir, et la série traine toujours les mêmes défauts, voire pire. 

le guide du voyageur apathique

Comment l'humanité pourrait-elle faire face à une race alien capable de réduire à néant une planète tout entière en quelques secondes ? Une race à même de voyager aux confins de la galaxie en un instant grâce à une maitrise technologique hors du commun des mortels, une menace jusqu'alors inimaginable. Ils se nomment les Achaia, et seule l'alliance des peuples extraterrestres qui ont survécu à leur invasion pourrait mettre un terme à leur soif de conquête et de destruction. 

Après avoir assisté à l'annihilation de la planète Zakir dans l'ultime épisode de la saison 1, Niko Breckinridge (Katee Sackhoff) et son équipage en sont désormais convaincus, leur mission n'est plus d'aller sur la planète d'origine des Achaia pour nouer des liens pacifiques et y installer une colonie. Désormais, ils doivent revenir sur Terre au plus vite et préparer la résistance. Unir les races de la galaxie contre la menace, et mener la contre-attaque.

 

photoLa saison 1 et son ECG plat

 

Malgré une première saison pénible sur tous les points, les derniers instants de son ultime épisode pouvaient laisser espérer aux optimistes un sursaut d'intérêt pour une seconde saison, et les promesses de lendemains plus que jamais axés sur la guerre entre Humains et Achaia. Spoiler alerte : l'espoir fait vivre, et les promesses n'engagent que ceux qui y croient. 

Ceux qui espéraient un virage plus space opera, de grandes explorations spatiales et les rencontres d'espèces inconnues peuvent sortir les mouchoirs, leurs espoirs se sont perdus dans le vide intergalactique entre ces deux saisons. Pour cette nouvelle salve de dix épisodes, la dynamique globale du scénario est polarisée autour de deux problématiques : l'équipage du Salvare pouvant revenir sur Terre d'un côté, les humains se questionnant sur le fait d'accueillir les aliens comme des sauveurs ou de lutter contre eux de l'autre. 

 

photoLe fan de SF voyant ses espoirs s'envoler

 

Le pire contre attaque

Course contre la montre d'un côté, magouilles politiques de l'autre, sur le papier la proposition est belle. Déjà vu, certes, mais belle si elle est bien menée. Déjà vu et mal mené, là sont les problèmes de Another Life. Tout d'abord, les pistes lancées lors de la saison 1, en particulier lors de son final, ont tout bonnement disparu dans le cosmos. Une éventuelle union des races contre les Achaia ? Où ça ? La perspective de recherche de planète en planète ? Pour quoi faire ? Cette seconde saison glisse sous le tapis toutes ces perspectives encombrantes pour revenir à des enjeux moins ambitieux.

Bien sûr, au détour de quelques épisodes, une nouvelle espèce extraterrestre se pointe (mention spéciale au mini T-rex s'exprimant comme les Manjis de Jumanji, qui lui mériterait une série), fait sourire, car les FX sont dignes des séries Hercule et Xena, la guerrière, le côté nostalgico-sympathique en moins, et disparait aussitôt sans avoir le moindre impact sur l'histoire. "Vous avez vu votre alien c'est bon ? Fichez-nous la paix" semble nous crier au visage Aaron Martin. 

 

photoCernée par des FX dégueu

 

Quid des enjeux terriens ? Eh bien ils subissent peu ou prou le même traitement. Qu'est-il advenu d'Harper Glass (Selma Blair) ? La question est évacuée en deux temps, trois implants. Sans doute Selma Blair avait-elle décidé de quitter le navire après avoir constaté le naufrage de la saison précédente. Et puis soudain, certains showrunners ont dû se souvenir que Earth: Final Conflict (EFC ou Invasion Planète Terre) n'était pas si mal en fin de compte, et que ça ne se verrait pas si on pompait allègrement la série. 

Ainsi, les Achaia font les mêmes promesses que les Taelons de EFC, offrent des cadeaux capables de guérir la Terre de ses maux (pollution, infertilité...) comme les Taelons, et cherchent des émissaires pour farfouiller dans leurs cerveaux et leur coller des implants comme... bref, vous avez compris. Les courageux (ou masochistes) qui auront suivi la première saison ajouteront que cela ne fait qu'allonger la longue liste des "inspirations-parodies" d'Another Life

Au gré des épisodes, les références sautent aux yeux, Star Trek par ici, Alien par là, un soupçon de Cube (l'épisode 8 "Just a Rat in a Cage"), et pourquoi pas un peu d'Independence Day au passage (facepalm garanti pour l'épisode "D-Day") ? La série poursuit sur ses mêmes travers d'une saison à l'autre, citant sans cesse ses modèles sans jamais les tutoyer. Elle n'est rien d'autre qu'une sorte de Bingo de la science-fiction, sans âme ni identité propre

 

photoEn fait elle joue à Wing Commander

 

Une mandale ou rien

Il est difficile de prendre du plaisir au visionnage de Another Life. Rien n'y fait, impossible d'avoir la moindre envie de suivre et de s'intéresser à cette histoire. Si la première saison donnait l'impression d'avoir été écrite en pilote automatique, avec des personnages clichés au possible, et des pseudo-twists visibles des années-lumière à l'avance, la saison 2 parvient à faire pire. Ici, les scénaristes semblent même avoir opté pour la méthode du cadavre exquis. Les épisodes se succèdent, sans cohérence scénaristique, comme si chaque auteur avait rédigé une trame sans consulter ses confrères.

En résulte une série où les personnages sont si inconstants qu'il est impossible de penser qu'une bible a été écrite en amont du tournage. La commandante Niko Breckinridge, à la tête du vaisseau Salvare, agit tantôt comme une femme de tête, forte, avec un solide sens du devoir, puis 45 minutes de souffrance audiovisuelle plus tard, se met à hurler comme Jeanne d'Arc sur le bûcher quand elle est ligotée à un canapé-lit alien. 

 

photoLes scénaristes qui tentent de se tirer de là

 

Au rayon du grand n'importe quoi, l'IA du vaisseau, campé par Samuel Anderson (le pourtant si touchant Danny Pink de Doctor Who), passe du stade de Siri du Salvare à Dieu créateur, le groupe de résistants fans de X-Files savent comment retirer des implants Achaia, et Niko a visiblement pris l'option "Runes Aliens" en langue vivante à la fac, car elle sait décoder les écritures extraterrestres et comprendre les instructions d'un tableau de bord alien sans souci. Normal. Tout va bien. 

Il se dégage de cette deuxième saison de Another Life l'impression désagréable que le showrunner Aaron Martin prend son public pour des idiots. Ou, est-ce pire ou non, qu'il a fait fi des critiques et remarques, pour refaire exactement les mêmes erreurs ! Les acteurs sont toujours à l'ouest, et ne semblent concernés que par leur chèque de fin de tournage. Le fait de voir Katee Sackhoff s'agiter sur son siège de pilote comme si elle avait un mille-pattes dans ses bottes pour faire croire au public que le vaisseau est en danger aura raison de toute forme de compassion envers ce produit de SF chewing-gum, sitôt consommé, sitôt oublié

 

photoDanny Pink ne mérite pas ça

 

Mais le couperet tombe véritablement lorsque la concurrence débarque. La série passe presque pour une sitcom AB production face à The Expanse d'Amazon Prime ou au colosse Foundation d'Apple TV+. Même la décevante série Perdus dans l'Espace de Netflix constitue un meilleur divertissement que cette médiocre série qui aurait mieux fait de se faire oublier après sa triste première saison. 

Ultime cerise moisie sur le gâteau indigeste : les promesses recommencent à l'issue du dernier épisode, non sans une énième copie sur un maitre en la matière. Il ne manque plus que la voix de William Shatner pour le discours de fin déclamé alors que des vaisseaux prennent leur envol : espace, frontière de l'infini vers laquelle voyage notre vaisseau spatial, bla-bla-bla... Tu ne nous y prendras plus Another Life. On peut tromper une personne mille fois... On peut tromper mille fois une personne... On peut tromper mille personnes une fois... Enfin bref. Par pitié Netflix, préservez-nous d'une troisième saison, le massacre peut s'arrêter là. 

La saison 2 de Another Life est disponible sur Netflix depuis le 14 octobre 2021. La saison 1 est toujours disponible.

 

Affiche US

Résumé

Après une première saison ni divertissante ni passionnante, Another Life enfonce le clou de la médiocrité avec sa saison 2. Les promesses de grande SF et de combats épiques sont rapidement déçues, faute d'ambition ou de moyen, et il ne reste que de l'amertume pour le spectateur. Jamais à la hauteur de ses modèles, et toujours à la limite de la parodie tant elle est bancale, la série réussit l'exploit d'être constante dans la nullité.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.9)

Votre note ?

commentaires
Ismo28
07/11/2021 à 01:38

J'ai suivi assiduement les 2 saisons et à la fin de la 2ème saison, je me suis promis que je ne chercherai pas à voir la suite si il y'en a une

Brasco88
05/11/2021 à 04:06

Saison 1 ...

Je ne m'en souviens pas, c'est pour dire!

Saison 2 ...

Lgbtiq+++

Acteurs navrants et histoire qui tourne en rond autour de minorités qui auraient mieux fait daller manifester en ville.

Une humaine modèle "femme forte" tient tête à une identité extraterrestre vielle de millions d'années, elle lui crève même les yeux... (Au passage les miens aussi, j'arrête à l'épisode 2 de la saison 2)

Another prod!!

la balle
05/11/2021 à 00:48

moi j'adore cette série, justement parce qu'on ne sait pas où ça va partir.. quand à ceux qui cherchent du plausible dans ce genre de SF.. évidemment que c'est à prendre au second degré. On ne voit pas le temps passé, et encore une fois, le fait que ce soit décousu amène un suspense rare. Vive Niko en plus!

Kevin29
25/10/2021 à 22:32

Super série j' attends la suite et la recommande.
Je regarde énormément de série et celle ci me fait oublier les minutes .
Continué dans cette lancée

Daron339
22/10/2021 à 02:08

Le pire de cette séries, c'est qu'elle ne respecte pas les règles qu'elle pose ELLE MÊME.

Par exemple: ont nous vend un ennemi E.T ayant supposément des milliers si c'est pas des millions d'années d'avances sur nous et pis quoi...notre p'tite I.A humaine (william) hack du matériel E.T comme si il poussait un bronze....Il force un peu et puis c'est fait.

Ce n'est pas le seul exemple, Loin de là.
L'écriture est bâclé, un paquet de bonnes idées sont présenté pour être ensuite foulé du pied.
Trop de personnage inutile, trop de violon plaintif et un focus adolescent sur les relations humaine bien peu intéressante qu'on nous présente.

Une série superficielle qui sait pas où elle va

Draco
20/10/2021 à 15:51

Série très bien j'attend une saison 3 et ce qui sont pas content cassé vous car vous avez aucun goût vous avez de la merde devant vous yeux ou quoi très bonne série j'adore Nico mais je préfère William

Ouai mais nan
19/10/2021 à 03:45

Franchement je pense totalement l'inverse, je ne sais pas qui est le créateur de cet article mais il doit être sacrément c** la saison 1 est ennuyeuse je vous l'accorde mais la saison 2 est bouleversante et pleine de rebondissements, des planètes, des espèces complètement folles laissent place à une imagination florissantes, des émotions, et beaucoup plus d'action, avec des prises de décision et des protocoles très proches de ce que l'humanité pourrait envisager dans un futur de conquête spaciale. Franchement je veux absolument voir la saison 3. A tous ceux qui veulent des extraterrestre de partout jusqu'à dans leurs c** RETOURNEZ VOIR STARWARS OU STARTREK (je suis fan des deux mais si tous les prochains films sf en seront des copies... Franchement autant arrêter tout de suite)

Thorpal
18/10/2021 à 10:39

Pas d'accord avec la critique, oui c'est pas du battlestars galactica,ou du Expense. Mais ça reste une bonne série pop corn a regarder sans prise de tête.... La SF petit budget, faut savoir débrancher un peu le cerveau pour pouvoir en profité.

Aellen
18/10/2021 à 03:54

Critique assassine … mais pour autant méritée . Même si la série se laisse regarder , il faut bien avoué que c’est un navet et la saison 2 ne rattrape rien .
C’est une succession de clichés du début à la fin . Du vu et revu . Un scénario qui tient pas debout , des facilités scénaristiques Et effectivement on voit arriver de loin chaque épisode.

Pitié, faut arrêter avec vos quotas de minorités pour les films. Là ça donne juste l’impression que c’est pour cocher toutes les cases .

C’est dommage , parce que là serie avait du potentiel . Le dernier épisode de la saison 1 pouvait permettre un rattrapage.. bah c’est raté

Asp
17/10/2021 à 18:32

A la place de ce bouillon, vous pouvez regarder "Le passager n°4", qui est loin d'être parfait mais a le mérite d'être beaucoup plus réaliste.

Plus
votre commentaire