Destin : la saga Winx - critique qui ne donne pas des ailes sur Netflix

Déborah Lechner | 25 janvier 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Déborah Lechner | 25 janvier 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Qu'on en garde un bon ou un affreux souvenir, les fées du Winx Club sont restées cultes pour toute une génération et il n'en fallait probablement pas plus pour que Netflix se mette au défi d'en faire une teen-série en live action. Destin : la saga Winx, sortie le 22 janvier dernier, nous ramène donc à Alféa, même si on se serait clairement passé du voyage.

Attention, quelques spoilers !

 

USURPATRIX

Pour réussir son pari et adapter le Winx Club à un public adolescent, la série de Brian Young était obligée de trahir son matériau original et détruire à la masse l'univers enfantin et enchanté créé par Iginio Straffi (par ailleurs producteur exécutif). Comme on l'expliquait dans la critique des deux premiers épisodes, il ne reste ainsi plus grand-chose du dessin animé de 2004, hormis quelques noms semblables à des vestiges.

Tout ce qui faisait l'identité et la popularité de la série d'origine a donc disparu, que ce soient ses fortes influences japonaises, ses couleurs vives ou son attrait pour la mode à travers les nombreuses tenues et coiffures savamment désignées. Et comme l'univers de Magix ou l'histoire de Bloom n'ont rien de bien novateur (du Harry Potter par ci, du Superman et du X-Men par là), on se demande toujours l'intérêt d'un tel exercice de contorsion.

 

photo, Abigail CowenC'est plus ce que c'était les fées

 

Surtout quand, dans le dernier épisode, la série tente sur un coup de tête de réinjecter un brin d'ADN de la série animée à son intrigue, dans une tentative navrante de reprendre la sacro-sainte scène de transformation de Bloom. Mais ce code récurrent du Magical Sentai se prête difficilement au live action et faisait partie des suppressions nécessaires pour proposer une relecture plus sombre et ne pas se vautrer dans le kitsch fauché. La scène est au mieux gênante, au pire pénible, avec une réalisation et une direction artistique aussi hasardeuses que le montage, comme si le moment était obligatoire pour se réconcilier avec les fans, mais que personne ne savait comment s'y prendre pour rendre le truc crédible à moindres frais. 

La mention même des Winx dans le titre est incompréhensible tant le mot n'a aucune importance ni réelle signification dans le récit (c'est le nom de leur chambre à Alféa et non de leur groupe). Quitte à porter un énième univers de fantasy sans grande prétention, Brian Young aurait donc pu proposer une histoire entièrement originale avec ses Brûlés et ses Changelings, rebaptisant au passage tous les personnages et les lieux, ce qui n'aurait pas rendu la série brillante, mais aurait au moins évité d'ulcérer certains fans en quête de nostalgie. 

 

photoIls ont même trahi les codes couleur 

 

drama queen

Si la série de Netflix s'est efforcée de supprimer tout ce qui était trop enfantin, elle a cependant recyclé avec minutie tout ce qui correspondait aux codes habituels du teen-drama dans la version originale. Entre la fête de bienvenue à Alféa transformée en beuverie étudiante avec space cakes et bière-pong, le rapprochement entre Riven et Beatrix faisant référence à sa brève relation avec la sorcière Darcy, les difficultés pour la timide Flora (devenue Terra) d'avouer ses sentiments à Helia (plus ou moins devenu Dane) et autres romances, Destin : La Saga Winx respecte scrupuleusement le cahier des charges de la série pour adolescents.

Les protagonistes et antagonistes étant beaucoup trop nombreux dans la série animée pour être suffisamment développés, on pouvait même comprendre la volonté du showrunner d'épurer le casting en supprimant des personnages, même si le choix de virer Tecna et certains Spécialistes n'a pas aidé à amadouer les fans. Fort de son expérience en tant que scénariste sur Vampire Diaries, le créateur avait ainsi assez de place pour creuser toutes les relations entre personnages et la personnalité de chacun, tout en dressant un portrait plus ou moins réaliste de la jeunesse, c'est-à-dire les raisons d'être du teen-drama.

 

photo, Abigail CowenUne fée qui ressemble à une sorcière ou un vampire

 

Mais la série manque de relief, que ce soit pour sa tentative foirée de porter à l'écran les troubles adolescents ou les relations inintéressantes qu'elle tisse maladroitement entre les personnages unicellulaires qui remplissent tous une fonction type (le beau gosse sympa, le beau gosse rebelle, la garce blonde, la méchante qui fait la gueule, l'angoissée sociale qui parle vite...). Remplacer l'overdose de paillettes par une indigestion de guimauve n'était donc pas non plus un choix très judicieux. Encore plus quand toute l'intrigue, ses mystères et ses révélations bien différents de l'histoire originale reposent entièrement sur des dialogues soporifiques et inconsistants. 

Pire encore, en mettant l'accent sur la romance et l'aspect tranche de vie scolaire, la série a complètement écarté l'action de son intrigue. En six épisodes, les Winx n'ont jamais combattu ensemble une seule fois et les fans n'ont eu droit qu'à deux ou trois pauvres scènes de "combats", qui comprennent le climax de la saison avec la transformation qui a duré dans les trois minutes et bouffé trois quarts du budget. 

 

photo, Danny Griffin, Hannah van der Westhuysen "Oh Brandon, euh, Sky..."

 

D'une façon globale, le rythme, tout comme la mise en scène, est incroyablement mou du genou, la série animée proposant beaucoup plus d'action et de scènes badass à base de girl power (qui l'eut cru ?). On sent malgré tout une réelle implication des jeunes acteurs envoyés au front. Mais aucun n'a réussi à briller avec une écriture aussi archétypale et minimaliste de leur personnage. La série appelle clairement une deuxième saison avec son cliffhanger désespéré et pourrait combler quelques brèches à cette occasion, mais probablement pas assez pour rendre cet univers refondu véritablement attractif.

Destin : la saga Winx est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 22 janvier

 

photo

Résumé

Après une descente aux enfers du dessin animé, la franchise du Winx Club entache un peu plus son nom avec Destin : La Saga Winx. En plus d'être une adaptation incompréhensible obligée de piétiner toute la mythologie de son matériau original, cette teen-série sans inspiration se contente d'accumuler les poncifs du genre sans réelles ambitions ni volonté de se démarquer dans le paysage de l'heroic fantasy.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.4)

Votre note ?

commentaires
bingewatcher
27/02/2021 à 22:22

Complètement d'accord avec la review.

Et DIEU MERCI il n'y a que SIX épisodes, c'est suffisant... Puisque le scénario est déjà pauvre. Dommage, y avait quand même des choses appréciables, les éléments, la nature, le côté château, et là bam, on se retrouve avec de la technologie, des voitures, des téléphones et réseaux sociaux à gogo, ça pue la série teen. Et non, je ne suis pas vieille, je vais avoir 23 ans, merci ! Mais quand on propose une série fantastique, féérique, surtout étant plutôt un clin d'oeil qu'un remake réelle des winx qui ont bercé mon enfance, ils auraient dû faire un minimum d'EFFORT sur les effets.

Même la reine de Solaria vient en voiture ! Et c'est tellement dommage car au lieu d'avoir plus d'intrigue prenante, plus de mystère, on a des scènes complètement inutiles d'ados qui se boivent, fument, se droguent, et des romances tellement fades. Franchement, les romances auraient dû être l'objet d'une deuxième saison, là, c'était juste trop rapide et insipide.

Et on tombe de cliché en cliché ! Le sujet du patriarcat très mal utilisé, il y a les beaux d'un côté, les nerd de l'autre, le beau blond qui se prend le charme d'une petite nouvelle nerd... Bref, je continue ou ça va aller ? On verra si la possible saison 2 rectifie le tir, sinon c'est une série teen poubelle.

Pas d'accord!
06/02/2021 à 13:55

J'ai regardé cette série avec ma meilleure amie et j'ai vraiment ADORÉ! Vraiment une trop bonne série !!! Je vous la conseille fortement ! C'était trop génial !

Dodo
29/01/2021 à 09:05

Bonjour,

Je ne suis pas tout a fait d'accord avec vous Lorsque l'on fait une critique il me paraîtrait judicieux de se renseigner d'avantage lorsque l'on avance des arguments. En effet, la série a supprimé certaines choses et en a ajouté d'autre, mais vous avez très clairement inventé/rêvé/interprété pas mal d'arguments. Je vous invite donc à allez revoir ne fusse que les 4 premiers épisodes de la série de base des Winx, vous pourriez ainsi découvrir que le nom Winx est bien le nom de leur groupe trouvé par Bloom et non le nom de leur chambre. Découvrir également que la majorité des traits des personnages sont inspiré des personnalités de l'animé puisque dès le début Stella (la pétasse blonde pour vous) fait par a ses amies de son souhait d'arranger ses problèmes familiaux.

Cette série n'est pas parfaite comme bien d'autres, mais il ne faut pas se lancer dans une critique lorsque l'on ne connaît pas réellement le fondement sur lequel s'appuie nos arguments.

Cathy
27/01/2021 à 18:14

Je suis une fan des Winx depuis l'âge de six ans, j'ai regardé la série Netflix et elle est franchement pas mal.
Évidemment ce n'est pas du tout l'univers et les personnages qu'on a connu petits mais je pense que pour apprécier cette série il faut oublier le fait qu'elle adaptée de ce dessin animé culte et la considérer comme une autre série adolescente comme par exemple Riverdale.

Amende Honorable
27/01/2021 à 07:13

Ma fille de 23 ans trouve cette adaptation super ! Dont acte

Gauthier
27/01/2021 à 07:08

J’adorais le dessin animé, et j’ai beaucoup aimer la nouvelle version.
Juste un déçu qu’il n’y ai que 6 épisodes, la série s’arrête quant tout commence à prendre forme.
Hâte de voire les autres saisons si il y en ????????????????

Wang
27/01/2021 à 03:44

Je trouve très con le pouvoir du feu pour combattre des brûlés et d'en être le personnage principal qui détient ce pouvoir

Marswelling
27/01/2021 à 02:28

Absolument pas d'accord. Comme quoi il en faut pour tous les goûts et toutes les couleurs.
J'ai accroché tout de suite ! Forcément ils ne peuvent pas faire comme le dessin animé. Et ils voulaient peut être toucher un public plus large que les "petites filles".... Donc exit les paillettes et la fée mignonne en croc top.
Le mieux faire sa propre idée.


26/01/2021 à 15:10

Entièrement d'accord avec vous, vous avez bien résumé ce que je pensais de cette série. Et désolé, mais faire une série feel good aurait très bien peu marcher. Surtout quand je vois tout les commentaires (d'adolescents et d'adultes) qui auraient voulu une série bien plus ressemblante au dessin-animé d'origine. Alors, arrêtés de dire que ça n'aurait pas marché. ????

Louig
26/01/2021 à 15:00

Il y en a effectivement une qui aime les beignets.

Plus
votre commentaire