Élite saison 2 ou quand Netflix part dans l'excès le plus total avec sa série espagnole

Alexandre Janowiak | 10 septembre 2019 - MAJ : 15/09/2019 16:53
Alexandre Janowiak | 10 septembre 2019 - MAJ : 15/09/2019 16:53

Entre La Casa de papel et Les demoiselles du téléphone, Netflix a bien compris que les séries espagnoles avaient un fort potentiel. C'est la raison pour laquelle la très clichée Élite, malgré une première saison inintéressante, revient pour une nouvelle salve d'épisodes dans sa saison 2. Alors c'est un peu mieux ou pas ?

L'ÉLITE DU DIABLE

À dire vrai, au vu des qualités de la première saison d’Élite, on ne donnait pas cher de cette deuxième saison de la série espagnole pour adolescents. Pourtant, dès les premières minutes, la série surprend en déployant une bien plus grande maitrise de son ensemble. La nouvelle intrigue est installée rapidement, les nouveaux personnages du show (et de l'école Las Encinas) sont intégrés efficacement au récit et surtout la série gagne en ampleur visuellement.

Ce n'est pas tant que la série devient un bijou de mise en scène avec ces premiers épisodes, tant s'en faut. Les cadres et jeux de lumière ne sont pas aussi sophistiqués que peuvent l'être ceux de David FincherPaul Thomas Anderson ou Juan Antonio Bayona pour citer un réalisateur espagnol, mais peu importe. Élite se montre plus soignée dans sa mise en scène et surtout dans sa façon de faire interagir ses personnages entre eux, et c'est déjà ça de pris par rapport à la saison 1.

 

Photo Álvaro Rico, Danna Paola, Jorge López, Miguel BernardeauRegardez comme ils interagissent bien

 

Cette amélioration, la série la doit avant tout à l'idée vivante et dynamique des soirées dansantes dans les maisons de luxes ou en boite de nuit, où tous les personnages se retrouvent, et qui jalonne toute cette nouvelle saison. C'est un moyen efficace de donner vie au récit, de facto toujours en mouvement, et d'éviter les temps morts puisque les personnages se côtoient finalement jour et nuit. 

Ainsi, si l'intrigue principale d’Élite saison 2, à savoir la disparition d'un des personnages principaux (est-il mort ou simplement disparu ? A-t-il été tué ?), n'a rien de très innovante et reprend de nombreux codes du genre, elle avance efficacement. En cela, la série de Darío Madrona et Carlos Montero réussit brillamment son retour tant les huit épisodes qui composent cette saison 2 se regardent d'une seule traite.

 

photoEn voilà une idée simple, mais efficace

 

ARISTO-CROTE

Pour autant, la maitrise d'un scénario d'une grande banalité ne peut pas être considérée comme un exploit de taille. Alors quand la série se permet, en plus, de sortir à chaque moment de son intrigue des facilités scénaristiques au mieux ridicules (les amours instantanés) au pire abusées (ces personnages éclipsés), pour mener à bien son histoire et ne jamais complexifier l'ensemble, Élite perd finalement toute la valeur ajoutée qu'elle trouve sur le plan technique. L'utilisation des flashbacks et flashforwards n'est pas, non plus, extrêmement bien gérée et alourdit souvent la narration.

Au-delà, sans surprise, la série espagnole essaye de développer des sujets profonds et importants reliés à l'adolescence à travers de nombreuses intrigues secondaires. À côté du culte de l'apparence, de l'amitié, de l'homosexualité, du regard des autres, de la drogue, du mensonge, des nouvelles technologies... c'est surtout la sexualité des adolescents qui est au coeur de cette deuxième saison.

 

Photo Arón Piper, Omar AyusoLa seule relation traitée plus ou moins correctement

 

Qu'il soit incestueux, manipulateur ou consenti, le traitement du sexe dans Élite est sans doute l'une des pires choses que le monde du petit écran ait vues ces derniers temps. Loin de la pédagogie de Sex Education, de la délicatesse de 13 Reasons Why ou de l'authenticité d'Euphoria, la série espagnole parle et filme le sexe comme un jeu sans véritable conséquence.

À dire vrai, on comprend aisément qu'offrir un spectacle aussi "sulfureux" est un gage probable de succès auprès du public ciblé par les scénaristes et Netflix. Cependant, à trop tirer sur la corde sur tout et n'importe quoi pour créer le buzz (l'usage excessif de drogue, la consommation démesurée d'alcool, la description polémique de la religion musulmane et le sexe à gogo donc), Élite s'enfonce dans un grand-guignol où le ridicule est roi. Au fur et à mesure de l'avancée, toutes les actions et sous-intrigues semblent n’être qu'un subterfuge pour alimenter l'outrance de l'ensemble, et en aucun cas une envie de développer des thématiques sérieuses.

Sans limites, la série clôt d'ailleurs sa deuxième saison sur un énorme cliffhanger grotesque afin de teaser sa troisième saison aux fans, mais prouvant également que la série n'a pas grand-chose à raconter (tournant encore et toujours sur le meurtre de la saison 1). Attention à ce qu'Elite ne prenne pas trop ses spectateurs pour des imbéciles où l'imposture ne durera plus très longtemps.

Les saisons 1 et 2 d'Élite sont disponibles en intégralité sur Netflix.

 

Affiche officielleC'est quoi cette affiche sérieux ?

Résumé

Malgré une mise en scène beaucoup plus soignée et un rythme plus efficace, la saison 2 d'Élite ne mérite pas vraiment d'attention. Son traitement de l'adolescence et des sujets qui y sont reliés (sexe, amitié, drogue...) est d'ailleurs profondément idiot et particulièrement gênant.

commentaires

Ariana
16/09/2019 à 02:01

Excellente critique!
Elle sait reconnaître ce qui est louable (la technicité de cette saison) et ne pas hésiter à soulever ce qui cloche (le sexe sans aucune subtilité et aucun sens).
La critique est bien construite merci d'être aussi lucide et je constate que ceux la condamnant le font surtout de mauvaise foi, dommage.
C'est à croire qu'ils ne lisent que ce qu'ils veulent lire ou alors qu'ils sautent des mots, ou le sens des mots?
Car c'est très clair.

Pour Dennis Tu devrais aller voir l'article de State qui pourrait répondre en partie à ta question.

Alexandre Janowiak - Rédaction
15/09/2019 à 16:56

@Mimi

j'ai fait une confusion sur une scène de relation sexuelle qui, dans mes souvenirs, n'était pas vraiment consenti par le personnage féminin. Après vérification, elle n'est jamais forcée, donc j'ai supprimé le mot dans l'article.

Merci pour la vigilance ! Bonne fin de week-end ! :)

Le visionnaire
13/09/2019 à 23:41

Cette série est excellente et en particulier la saisie 2. Faut vraiment arrêter de cracher son venin juste pour attirer des lecteurs

MImi
12/09/2019 à 06:16

Il y a du sex forcé dans Elite ?
Je n'ai pas remarqué.

Lola
11/09/2019 à 15:37

Moi je suis vraiment déçu du personnage de Nadia dans la saison 2 qui n'a rien à voir avec celle qu'elle était dans la saison précédente, la serie montre que Nadia prend confiance en elle que quand elle retire son voile et c'est ce que je trouve dommage, elle change totalement de comportement et n'est fidèle à elle même juste pour facilité son histoire avec guzman...

Dennis
11/09/2019 à 11:59

N ayant pas eu de réponse. Je réitère ma question: que voulez-vous dire par utilisation polémiques de la religion musulmane

Vous semble souscrire à la polémique concernant le voile comme problématique ? Ou j ai pas saisi

Alexandre Janowiak - Rédaction
11/09/2019 à 10:01

@Docteur Benway,

notre comparaison avec 13 RW et Euphoria (et Sex Education) ne concerne que la représentation du sexe dans ses séries, que l'on trouve plus juste et pas superficielle dans celles-ci contrairement à Elite. On ne parle en aucun cas des autres sujets-thématiques étudiés par ses séries dans notre article sinon on aurait largement à redire sur 13RW par exemple dont on est loin d'être fan (nous non plus on n'a pas aimé la saison 2 par exemple, vous n'avez qu'à aller lire notre critique).

Concernant Fincher... on signale juste que ce n'est pas aussi quali que leurs travaux mais on signale également très clairement dans la phrase que ce n'est pas le but recherché. Et le fait que la série soit déjà plus soignée à ce niveau et trouve des belles pistes de mise en scène (la boite...) est déjà un très bon point. Et si vous préférez, on a qu'à dire que la série est bien moins bien filmée que Euphoria et Sex Education par exemple, le comparo sera peut-être meilleur à vos yeux.

Et enfin, dernier point, selon nous Elite se veut plus qu'une simple série teen un peu trash... Le fait que les acteurs parlent de leur personnage sur des angles sérieux en interview (la foi par exemple pour Nadia) le montre bien.

Après comme on dit toujours, si vous avez aimé tant mieux, si vous avez pris du plaisir devant la série c'est le principal. Notre avis reste un avis, et ça n'empêchera en aucun cas la série de continuer sa route sur Netflix.

Bonne journée,

Melle
11/09/2019 à 07:23

Enfaite Élite c'est trop bien pas besoin de vos critiques pas très constructives du tout.(pas de débats)

Musashi1970
11/09/2019 à 06:49

On dirait une critique minable des Inrockuptibles, méchante gratuitement sans aucune impartialité sur une série à succès. Juste pour le plaisir de défoncer et provoquer. Ecran Large se décrédibilise tant avec ses critiques assassines sans fondements que cela en devient presque risible si ce n'était pas pathétique...

Justepourdire
10/09/2019 à 22:38

LoL Guy Luxe ????, en 2 phrases c'est toi qui a raison !

Plus

votre commentaire