Élite : que vaut le nouveau phénomène espagnol à La casa de papel de Netflix ?

Alexandre Janowiak | 23 octobre 2018 - MAJ : 23/10/2018 17:30
Alexandre Janowiak | 23 octobre 2018 - MAJ : 23/10/2018 17:30

Près d'un an après l'arrivée de La casa de papel sur Netflix, la plateforme a dévoilé une nouvelle série espagnole sans doute pour surfer sur le succès de la série de braquage avec Élite. Ecran Large s'est attelé à cette première saison disponible sur la plateforme depuis le 5 octobre dernier. Verdict.

 

 

C'EST QUOI LE PITCH ?

Élite raconte l'histoire de Nadia, Christian et Samuel. Ces trois jeunes étudiants, issus de la classe ouvrière, sont dans l'obligation de quitter leur école lorsque celle-ci est détruite. Ils intègrent alors la prestigieuse école Las Encinas, la plus huppée et compétitive d'Espagne. Cependant, leur arrivée ne va pas plaire à tout le monde. Une ambiance particulièrement pesante commence à régner entre ces oubliés de la société et la future élite désignée du pays.

Une confrontation qui va finalement aboutir au meurtre de quelqu'un. Qui est décédé ? Qui a commis ce crime ? Une enquête débute alors pour résoudre ce crime, et elle pourrait bien mener à de nombreuses révélations sur la phase cachée de cette école si glorieuse.

 

Photo Itzan Escamilla, Miguel Herrán, Mina El HammaniLes trois intrus dans ce monde élitiste

 

Si La casa de papel a eu un succès incroyable auprès du public, on ne pouvait pas dire pour autant que la série révolutionnait le monde des séries et méritait absolument ce bouche à oreille ultra positif. Au contraire, elle bénéficiait certes de quelques qualités et notamment un rythme narratif très appréciable, mais elle reprenait surtout des codes éculés et profondément agaçants.

Cependant, quand une série est une réussite publique, il est presque devenu impossible que les diffuseurs et producteurs n'essayent pas de surfer sur la vague. Ainsi, La casa de Papel aura le droit à une saison 2 (dite saison 3 en France) prochainement, alors qu'il n'y en avait clairement pas besoin, pour attirer le chaland à nouveau autour de cette équipe de braqueurs.

Au-delà, le triomphe de cette série a donc sûrement poussé Netflix a lancé une nouvelle série espagnole avec une bande de jeunes et des histoires de meurtres, de romances et d'argent. Ainsi est né Élite, créée par Darío Madrona et Carlos Montero, dont le tournage a débuté en février 2018, quelques mois après le début de la diffusion de La casa de papel sur Netflix. Une partie du casting de Elite est d'ailleurs présente dans la série phénomène espagnole avec Miguel Herrán (Rio), Jaime Lorente Lopez (Denver) et María Pedraza (Alison Parker).

 

Photo"J'étais dans La casa de papel moi, mais en vrai ça n'a aucun rapport, promis m'sieur"

 

DÉLITEMENT PRESQUE IMMÉDIAT

Dès les premiers instants d'Élite, impossible de ne pas tout de suite comprendre que la série ne présentera que peu d'intérêt. Avec sa narration juxtaposant souvenirs avant le meurtre et interrogatoire policier suivant le drame, ses personnages extrêmement clichés et ses rebondissements prévisibles, la série n'annonce rien de très original. Pourtant, malgré leurs défauts, les deux premiers épisodes sont étonnamment sympathiques à visionner et l'on se surprend à ne pas s'endormir face à un tel amas de banalité scénaristique.

Un plaisir couplable qui ne va pas durer. Au fil des épisodes et des péripéties racontées, la série estampillée Netflix est vite rattrapée par sa fadeur et ses innombrables défauts.

 

Photo Itzan Escamilla"J'ai du sang sur moi, mais je suis peut-être pas le tueur"

 

Si la série se tient globalement puisqu'elle ne prend aucun risque, le scénario est d'une platitude endormante. Les facilités scénaristiques sont légions (notamment pour relier plus facilement les personnages entre eux) et l'intrigue sur le meurtre est des plus insignifiantes. Élite a pourtant des intentions nobles puisque la série veut développer des thématiques importantes. Problème, elles sont beaucoup trop nombreuses.

En huit épisodes, la série évoque ainsi l'homosexualité, la sexualité, le SIDA, la drogue, la religion, l'adoption, l'identité, la solitude, l'infidélité, la corruption, l'injustice, le système éducatif espagnol, premières amours, l'émancipation adolescente... Autant de sujets abordés en surface et donc en vain au coeur de sous-intrigues ridicules, trop abondantes par conséquent, et avec des dialogues ternes et insipides.

 

Photo María Pedraza"Viens on fait notre propre film, la série est vraiment pas ouf en vrai"

 

STEREOTYPO

Il faut dire qu'à côté de cela, les personnages de la série du duo Madrona - Montero sont tous des stéréotypes ambulants, n'aidant en aucun cas la série à s'extirper de sa mauvaise passe. Seuls les personnages d'Omar (Omar Ayuso) et d'Ander (Arón Piper) présentent un minimum d'intérêt quand les autres sont soit insignifiants soit incohérents (le personnage de Guzman incarné par Miguel Bernardeau est une aberration).

En résulte, une profonde exaspération devant la série que la réalisation sans âme ou démodée (les plans au ralenti où un groupe marche devraient être bannis en 2018) et les incessants raccords sonores diégétiques faussement inspirés viennent augmenter à chaque minute. Et au final, à l'heure de la révélation finale sur l'identité du meurtrier (ou de la meurtrière), on se moque bien de savoir si il/elle sera arrêté(e) par la police et si justice sera faite.

Un détachement qui empêche alors toute empathie et donc toutes émotions devant les huit long épisodes de Élite (qui durent pourtant chacun entre 45 et 55 min).

 

Photo Omar Ayuso, Arón PiperLes seuls personnages intéressants de la série ?

 

Élite ne présente aucun intérêt et ressemble à toutes les séries clichés, banales et particulièrement vaines sorties ces quinze dernières années. Un classicisme ennuyeux qui n'a apparemment pas empêché la série d'attirer un large public (majoritairement jeunes) et de s'octroyer un large succès. Netflix a en effet d'ores et déjà commandé une saison 2. Madre de dios...

Elite est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 5 octobre 2018.

 

Affiche officielle française

commentaires

Kilian
10/09/2019 à 17:09

Avez vous tout regarder ? C'est carrément l'une des séries que j'adore le plus , avez fait essayer à des ados ??

Alexandre Janowiak - Rédaction
02/11/2018 à 14:39

@Supermam'

Nous n'avons pas fait de commentaires sur le doublage français de la série en effet puisque nous l'avons regardée en version originale.

Bonne journée :)

Supermam’
02/11/2018 à 12:59

Et vous n’avez pas abordé le doublage !
J’ai été atterré par la voix pleine de stéréotypes du père d’omar !
Mr les doubleurs , faites attention aux « accents clichés ».

blondiie
27/10/2018 à 18:29

moi j'ai super bien aimé la série ELITE et j'espère de tout coeur qu'une saison 2 suivra vite.

Nany
26/10/2018 à 10:52

@mikegyver

Elite est bien une série originale Netflix, c'est noté dans le menu Netflix.

J'ai trouvé cette série inintéressante. Pour combler chaque vide scénaristique, une scène de sexe...
Des acteurs franchement pas convaincants, mis à part Jaime Lorente et Omar Ayuso.

Bref, pas terrible...

T-Rex
25/10/2018 à 01:05

@Spooky

"Elle est adaptée du roman policier éponyme de Vikram Chandra, paru en 2006."

Spooky
24/10/2018 à 16:20

@T-Rex

Cette série dont vous parlez, "Le Seigneur de Bombay", a tout hasard, est-elle adapté du roman éponyme ?

mikegyver
24/10/2018 à 09:49

vous avez toujours pas compris la difference entre "sur" et "de" en parlant de netflix.

toujours pareil, ils sont distributeurs de 99% de leurs contenus,

donc on doit ecrire "elite , le nouveau phenomene SUR netflix" , comme on parle bien de "good doctor, sur TF1" parce qu'ils sont juste diffuseurs (et ptet distributeurs francophone,etc...)

vous avez decouvert les series avec Netflix, content pour vous, maintenant vous avez plus qu'a apprendre comment on les fait, d'ou ca vient,etc....

Alyon
24/10/2018 à 09:34

Des personnages sans réelle nuance, un scénario d'un banal, et une mise en scène bof bof j'ai même pas trouvé d'intérêt aux premiers épisodes. Sans intérêt aucun d'autant plus que je sortais du finalement très moyen Casa de Papel ...

MystereK
23/10/2018 à 20:03

Idem que T-REx, Le seigneur de Bombay mérite qu'on s'y attarde mais également les autres films de ces réalisateurs sur Netflix, le génial Ugly et les très bons Psyho Raman et Bhavesh Joshi (et si vous avez Amazon Prime, L'excellent Trapped !)

Plus

votre commentaire