Le Retour de Wolverine : critique d'outre-outre-tombe

Elliot Amor | 15 septembre 2020
Elliot Amor | 15 septembre 2020

En 2014, Charles Soule et Steve McNiven mettaient en scène La Mort de Wolverine, run dans laquelle Logan rendait son dernier souffle, tel un héros. Quatre ans plus tard, Marvel publie aux États-Unis un chapitre nommé À la recherche de Wolverine qui précède les cinq numéros du Retour de Wolverine. Toujours sous la plume et le pinceau de Soule et McNiven, la résurrection de l'Arme X est un court récit qui vaut le détour, on vous dit pourquoi.

MEURS UN AUTRE JOUR

Quand un héros ou un vilain de comics meurt, on ne s'inquiète jamais vraiment, car on sait que les maisons d'édition (en particulier DC et Marvel) trouveront un prétexte pour le ramener à la vie. C'est le cas de Wolverine. Le bougre s'était éteint juste avant le gigantesque crossover Secret Wars qui mettait en scène la destruction du multivers Marvel (on aurait tant aimé qu'il soit là), mais on se doutait bien qu'il allait finir par pointer le bout de ses griffes.

Logan se réveille totalement amnésique au beau milieu d'un carnage. Jusqu'ici, tout va bien, rien de trop inhabituel. Il affronte des créatures préhistoriques, des hommes armés lui tirent dessus en vain, quelques souvenirs surgissent le temps d'une vignette, il sauve un personnage féminin qui va le guider pendant quelques chapitres (toujours rien d'inhabituel), il se bat encore, etc. Et peu à peu, cet arc va ressembler à Demolition Man. C'est loin d'être la pire des références.

 

Nyaaaargh!Bref résumé de la rentrée des classes

 

L'intrigue de cette mini-série a pour unique objectif de réintégrer ce bon vieux Logan parmi les X-Men (et parmi les Avengers ?), il ne fallait donc pas s'attendre à un récit long et innovant. En seulement cinq chapitres, Charles Soule parvient tout de même à mettre en scène la plupart des leitmotivs présents dans les aventures de Wolverine : il tue plein d'hommes de main, il rencontre une femme qui va tôt ou tard l'embrasser, il échoue le sauvetage d'une ou plusieurs personnes, quelques X-Men font irruption, il prend cher, etc.

On peut se réjouir de lire une run plutôt spectaculaire, en particulier lorsque les X-Men (Kitty Pryde, Tornade, Jean Grey, Iceberg et Diablo) débarquent dans la « ville » de Soteira ou quand Logan détruit la station spatiale de l'antagoniste... Dans l'espace, du coup. Et hormis beaucoup de scènes de bagarre et quelques petits rebondissements scénaristiques, on ne peut pas dire qu'il se passe énormément de choses dans cet arc. Mais bon, on n'en demande pas plus de la part d'une série en cinq chapitres.

 

photoRassurez-vous, il y a parfois des tirades, et même des dialogues !

 

DÉGÉNÉRATION X

Certes, Wolverine reste fidèle à lui-même après sa résurrection, mais il a une nouvelle capacité : ses griffes peuvent se chauffer à blanc. Évidemment, ce nouveau pouvoir n'est pas sans conséquence et ne peut s'utiliser à volonté. Non seulement Logan doit puiser dans sa propre rage pour l'activer, mais en plus, ce pouvoir lui pompe son énergie vitale, il perd donc temporairement son facteur guérisseur. Donc on se doute bien que, à l'avenir, ses griffes d'adamantium ne seront pas souvent dans cet état.

C'est lors de sa c.onfrontation avec les X-Men que ce nouvel aspect de sa mutation se manifeste (même si le début du premier chapitre nous montrait un aperçu). Et ça fait mal, surtout à Iceberg. On relève d'ailleurs que, dans cette mini-série, Diablo a sa fameuse barbe qu'on voit dans les Uncanny X-Men de 2018 (publiés en février 2019 chez nous). Et cette barbe lui va à ravir. En revanche, la nouvelle panoplie de Jean Grey (apparue dans X-Men: Red) est toujours nulle, c'est dommage.

 

OupsUn chant de glace et de feu

 

Parlons peu, parlons antagonistes. Persephone est en réalité la seule antagoniste du récit, elle n'a rien à voir avec la divinité grecque, elle a juste un égo surdimensionné. Cette super-vilaine a le pouvoir de ramener à la vie tous les cadavres qu'elle touche, tout en leur donnant vraiment l'impression qu'ils sont en vie. C'est d'ailleurs ce que cette nécromancienne de haut niveau a fait avec le cadavre de Logan pendant l'arc À la recherche de Wolverine. Son pouvoir s'apparente un peu au Roi de la nuit de Game of Thrones ou au Nécromancien de la saison 3 de Castlevania, mais les morts de Persephone sont plus propres et ils peuvent parler.

C'est un peu décevant de se dire que cette méchante n'a existé que pour faire revenir Wolverine à la vie. Il est vrai que c'est déjà pas mal, mais sa nécromancie a beaucoup de potentiel, on peut donc espérer la voir resurgir. Cette antagoniste est aussi une fangirl de Wolverine, elle possède même le cadavre de Daken, le fils caché de Logan qu'on ne verra jamais au cinéma. Et la rencontre entre le père et le fils est un peu inutile, l'un a perdu la mémoire tandis que l'autre est un cadavre ambulant. Super, les retrouvailles.

 

Daken vs WolverineUne relation père-fils encore compliquée

 

MUTANT × MUTANT

Célèbre pour avoir notamment dessiné Civil War et Old Man Logan, Steve McNiven s'occupe du premier et du dernier chapitre de cette courte aventure, les trois autres sont signés Declan Shalvey. Le style de McNiven s'est légèrement amélioré depuis La Mort de Wolverine et le travail de son encreur Jay Leisten est plus chatoyant que d'habitude. Le dessin de Declan Shalvey est bien différent, ce dernier a un côté comics indépendant, c'est comme si les deux illustrateurs ne dessinaient pas le même Wolverine. Le contraste peut être un peu brutal, d'un chapitre à l'autre.

Soyez rassurés, Shalvey et McNiven ont tous les deux un bon sens du découpage. Les scènes d'action sont toujours bien mises en scène et tout à fait lisibles. Après quelques pages, on a envie d'écouter du country rock (et peut-être un peu de heavy metal) jusqu'au bout du récit. C'est d'ailleurs ce qu'on a fait.

 

photoGreenland, par Steve McNiven

 

Le subconscient de Logan est représenté par une prison, un pénitencier dans lequel sont enfermées les différentes facettes du héros. Ce dernier doit lui-même ouvrir les cellules pour déverrouiller ses souvenirs, pas seulement les moments vécus avec des proches, mais aussi les nombreux combats qu'il a pu livrer. Le problème, c'est qu'il est un peu réticent à l'idée d'ouvrir ces portes, un peu comme Naruto quand il fait face à Kyûbi dans son esprit (encore une référence pas très utile à Naruto, l'auteur de ces lignes vous présente ses excuses).

Si Logan est réticent, c'est parce qu'il a déjà ouvert une de ces cellules à deux reprises dans les chapitres 2 et 3. Une cellule dans laquelle est enfermé le monstre qui active les griffes brûlantes, il ressemble d'ailleurs un peu au X-24 de Logan. On peut supposer que cette créature continuera de faire surface tant que le héros ne parviendra pas à maîtriser son nouveau pouvoir. Bref, c'est après un climax plutôt meurtrier que Wolverine rentre à la maison. Vous savez de laquelle on parle.

 

finC'est reparti, Bub.

Couverture

Résumé

Un retour réussi pour le plus meurtrier des Avengers. Charles Soule, Steve McNiven et Declan Shalvey nous proposent une suite fidèle aux précédentes aventures de Logan. Le Retour de Wolverine n'est pas un must have pour les lecteurs occasionnels, mais l'arc annonce tout de même de beaux récits dans la galaxie X-Men.

commentaires

Marc
18/09/2020 à 18:57

Et le retour de IRON MAN on en parle ? Déjà tuer Wolverine dans LOGAN m'a mis un uppercut C'est pour cette raison que ce film est le plus grand film de Super héros grandiose tragique.

Elliot Amor - Rédaction
15/09/2020 à 21:25

Nous disposons déjà de tout ceci. Merci de vous en préoccuper !

micropoint
15/09/2020 à 21:18

Bonjour ou bonsoir,
soutenez EcranLarge et soyez donateur pour qu'ils puissent acheter une 1060, une Nintendo Switch et une Microsoft Xbox One afin que la rubrique Jeux Vidéo ne fasse plus honte.
Merci a tous
fr.tipeee.com/ecranlarge

votre commentaire