Test Halo Infinite : un espoir pour l'avenir de la licence

Elliot Amor | 9 décembre 2021 - MAJ : 13/12/2021 13:11
Elliot Amor | 9 décembre 2021 - MAJ : 13/12/2021 13:11

Après six ans d'attente, ça y est, Halo 6 alias Halo Infinite est là. On ne va pas vous mentir, même si Halo 5: Guardians a pu décevoir les joueurs sous pas mal d'aspects, son cliffhanger a suscité beaucoup d'impatience. Voir la sortie du jeu être repoussée d'un an a donc été un coup dur pour, mais on ne souhaitait pas pour autant que 343 Industries bâcle son travail. Et du coup, ça vaut quoi ?

Ne pas faire de promesse à une Femme...

Petit récapitulatif de la fin de Halo 5 avant de commencer : Cortana a pris le contrôle des Gardiens, de gigantesques robots capables de détruire n'importe quelle planète dont le peuple refuse de se soumettre aux Entités (The Created en VO), un syndicat d'intelligences artificielles s'étant ralliées à Cortana. Après ça, le Major et sa Blue Team ainsi que le Spartan Locke et sa Fireteam Osiris se rendent sur Sanghelios pour discuter avec Sarah Palmer, l'Arbiter et le Dr. Halsey. La cinématique se termine avec une réplique d'Halsey : « Vous en avez mis, du temps ».

Halo Infinite démarre donc quelques mois (ou quelques semaines) plus tard, à proximité du Halo Zeta. L'UNSC Infinity, plus puissant vaisseau de la flotte humaine, est en train de se faire submerger par les Parias (les redoutables antagonistes de Halo Wars 2). Même le talent du Major est inefficace face à la puissance écrasante d'Atriox et son armée. Et pouf, ellipse de six mois après laquelle le Master Chief est retrouvé dans le vide spatial par le pilote du pélican Echo 216. Après ça, on a droit à une heure et demie de castagne et fusillade dans des carcasses de vaisseaux avant d'atterrir sur le Halo Zeta, également appelé Installation 07.

 

Halo Infinite : photoAh shit, here we go again!

 

On s'est permis de vous dévoiler des éléments du début de l'intrigue, mais on va désormais se calmer, ne vous en faites pas. Bref. L'histoire de Halo Infinite est bien plus intimiste que celle de son prédécesseur, le protagoniste est très majoritairement seul lorsqu'il effectue des missions, on ne sait d'ailleurs pas vraiment ce qui a pu arriver à la Blue Team ou à la Fireteam Osiris, les seules informations à notre disposition sont des archives qu'on trouve par-ci, par-là dans la map. On ne sait pas non plus si des personnages comme le capitaine Lasky ou le commandant Palmer sont toujours en vie (c'est tout le mal qu'on leur souhaite). Et bon sang, où est l'Arbiter ? John venait à peine de le retrouver à la fin de Halo 5 !

Notez bien que nous n'avons pu jouer au jeu que pendant 15 petites heures, juste le temps de faire l'histoire principale tout en s'amusant avec quelques objectifs secondaires. Il est donc évident que beaucoup d'informations concernant la backstory nous soient passées sous le nez. On vous invite à en discuter dans les commentaires si vous le souhaitez. Par ailleurs, quatorze heures de jeu pour un Halo, c'est relativement long (donc un bon point) ; mais le climax arrive comme un cheveu dans la soupe et nous laisse un peu sur notre faim (donc pas de bon point).

Comme Halo : Combat Evolved, toute la campagne du dernier Halo a lieu sur un seul et même anneau Forerunner (sauf l'intro). Et comme dans Halo 3, le Master Chief doit accomplir sa mission, tout en entendant la voix de Cortana dans sa tête (alors que cette dernière n'est pas là). Il est assez clair que les développeurs comptent beaucoup sur la nostalgie pour nous faire apprécier le jeu, cela se sent jusque dans les musiques ; beaucoup d'éléments du cinquième volet sont d'ailleurs écartés de l'intrigue ou simplement développés dans la backstory.

 

Halo Infinite : AtrioxAtriox

 

Si on n'est pas sûr de la tenir

On vous disait qu'on se sentait seul lors des missions, mais le Major se voit quand même attribuer non pas un, mais deux sidekicks. On a d'abord le pilote qu'on évoquait plus tôt (qui nous fait beaucoup de peine même s'il est drôle), ce dernier nous livre tous les véhicules qu'on lui commande. Et nous avons la petite Arme, une intelligence artificielle aux traits de Cortana, créée par Halsey pour... tuer la vraie Cortana, nous l'appellerons donc Cortana 2.

Rien que dans sa personnalité, cette nouvelle Cortana paraît plus jeune que l'originale. On croirait voir une adolescente brillante, curieuse, rebelle et innocente qui fait tout pour attirer l'attention d'un homme qu'elle considère comme son grand frère. Le personnage devient de plus en plus attendrissant, à tel point qu'on ressent beaucoup de peine lorsqu'elle est en danger ou lorsqu'elle remet en question sa propre existence. On avait justement un peu peur que Cortana 2 ne soit pas à la hauteur du modèle original, mais elle s'avère être une des plus grandes réussites du jeu.

 

Halo Infinite : photoTu ne remplaceras jamais la vraie Cortana mais on t'aime

 

Les deux prochains paragraphes contiennent du spoil. Pour l'éviter, réfugiez-vous sous l'image d'Escharum la Brute. Hormis Halo: Reach et Halo 3: ODST, les jeux des franchises ont toujours eu des antagonistes bien définis qu'on finit par affronter tôt ou tard. Halo Infinite est un cas un peu particulier. La cinématique d'introduction nous montre le Major se faire dominer et vaincre par Atriox qui, apparemment, a fait exprès de laisser le héros en vie pour lui montrer les conséquences de sa défaite. Le problème est que, six mois plus tard, Atriox est décédé et restera à jamais l'adversaire que le Spartan John-117 n'a pas réussi à battre.

Le chef des Parias devient alors Escharum le chef de guerre. Autrefois mentor d'Atriox, ce vilain pas beau nous envoie tout ce qu'il a pour nous arrêter et le combat contre lui est parmi les plus difficiles. En parlant de boss fight, la mystérieuse Augure de la Vérité (Harbinger of the Truth) semble faire partie d'une espèce extraterrestre ayant côtoyé les Forerunners. Elle essaie de faire revenir à la vie les « Éternels » (the Endless en VO, donc rien à voir avec Marvel) que Cortana considère comme « pires que le Parasite ». En sachant ça, on se demande vraiment dans quelle direction la saga va partir.

 

Halo Infinite : photoEscharum la Brute

 

Si c'était aussi simple

Même si le PC de l'auteur de ces lignes ne permettait pas à Halo Infinite de tourner à plein régime, on peut vous affirmer que le jeu est beau. En revanche, on remarque un downgrade graphique dans certaines cinématiques en comparaison aux bandes-annonces et ça peut piquer légèrement les yeux. Il n'empêche que les visages sont plutôt bien détaillés, la synchronisation des lèvres est agréable (quand on joue en anglais), les cinématiques sont de beaux plans-séquences (un peu comme God of War), et les décors n'ont jamais été aussi beaux dans la saga Halo. À propos de décors, la petite portion du Halo Zeta qui nous est accordée manque trop de variété et c'est bien dommage.

Beaucoup de fans s'inquiétaient de voir arriver un Halo en monde ouvert, nous sommes là pour vous rassurer. L'exploration de la carte est très agréable, parfois même relaxante lorsqu'on se balade en véhicule ou à pied dans une zone avec peu d'ennemis, la conduite des véhicules terrestres et aériens se fait sans problème (sauf le Scorpion). Ces promenades ne sont pas sans rappeler les licences Destiny ou Borderlands. Le Major a une liberté totale sur les objectifs qu'il souhaite atteindre, la carte se lit facilement, à une exception près : les objectifs déjà complétés peuvent se confondre avec ceux encore en cours quand on regarde la carte.

Le menu de la carte tactique ne met pas le jeu en pause, regardez bien votre capteur de mouvement l'ouvrir. Pareil pour le menu des archives et des améliorations de l'armure Spartan (bouclier, grappin, super esquive, etc.) ; et oui le grappin est super pratique, c'est même un très bon ajout à l'arsenal du Major. On a également remarqué que la fin de certains chargements (la plupart du temps très courts) ne vous protège pas des ennemis alentours, vous ne pourrez rien faire à part entendre une Brute entamer votre barre de vie. Oui c'est stressant.

 

Halo Infinite : photoOn vous a dit qu'il n'y avait pas de dégât de chute ?

 

Dans Infinite, les Covenants sont enfin un lointain souvenir, le Master Chief fait désormais face aux Parias, des ennemis beaucoup plus agressifs que leurs prédécesseurs, y compris les Grognards et les Rapaces. Cela ne veut pas dire que le jeu est plus difficile que les précédents, mais c'est plaisant de voir les comportements des ennemis se renouveler d'un Halo à l'autre (dites ces trois mots à voix haute).

Parmi les objectifs secondaires disponibles sur l'Installation 07, il y a les « cibles prioritaires ». Ce sont grosso modo des boss facultatifs qui permettent d'ajouter de bonnes armes à notre arsenal. Ces ennemis sont généralement équipés d'un bouclier qui se recharge et d'une arme ou d'un véhicule qui font plus mal que les autres. On en parle parce qu'il n'y a jamais eu beaucoup de combats de boss dans Halo, on n'en compte pas plus de cinq parmi tous les FPS de la saga. Alors que là, il y en a une pléthore.

 

Halo Infinite : photoTellement facile à battre, celui-là.

 

En ce qui concerne le mode multijoueur, on doit vous avouer qu'on a eu d'abord l'impression de jouer à un mélange entre Call of Duty et Destiny. Et c'est quand même un peu le cas, mais en découvrant toutes les maps, on voit à quel point elles sont plutôt bien pensées et on commence à retrouver l'ambiance des modes en ligne de Halo 3 et Halo: Reach (qui resteront à jamais inégalés, évidemment). On sait aussi que de nombreux modes de jeux plus ou moins amusants vont très vite faire surface, on ne s'inquiète pas plus que ça pour la prospérité du multijoueur. Sans oublier qu'il est gratuit.

Côté musique, l'héritage du légendaire Martin O'Donnell flotte dans l'air, on ne se souvient pas avoir ressenti ça en jouant à Halo 4 et 5. Cette bande originale donne parfois des frissons, nous rend nostalgiques, nous donne la motivation pour effectuer plein de tirs à la tête... et elle nous émeut, notamment lors d'une cinématique qui arrive vers la fin. Oui, Halo Infinite est capable de nous faire lâcher une petite larme à un moment précis, chose dont très peu d'autres Halo sont capables (éventuellement le 3, le 4 ou Reach).

Avec une fin aussi ouverte et rapidement expédiée, il est difficile de savoir comment la suite va être amenée. Doit-on attendre encore cinq ans pour un nouveau jeu ? Ou bien les développeurs vont-ils apporter une mise à jour gratuite ? Ou encore des DLC, comme le fait Destiny ? Quoi qu'il en soit, nous sommes intrigués par ce que nous prépare 343 Industries (en espérant que ce sera bien). Et surtout, n'hésitez pas à partager vos théories autour de la scène post-générique.

Date de sortie : 8 décembre 2021 / Éditeur :  Xbox Game Studios / Développeur : 343 Industries  / Jeu testé sur PC / Jeu disponible sur Xbox One, Xbox Series et PC

 

Poster

Résumé

Il est évident que Halo Infinite compte parmi les meilleurs jeux AAA de l'année, peut-être même le meilleur FPS de 2021. Le studio 343 Industries revient sur de bonnes bases plutôt solides, même si on regrette que la fin nous donne un sentiment d'inachevé. Toutefois, vu ce qu'elle annonce, on va avoir l'occasion de s'amuser.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.2)

Votre note ?

commentaires
Hito
16/12/2021 à 06:52

Sur PC avec les graphismes en ultra le jeu est magnifique

Andarioch2
13/12/2021 à 19:15

J'avais pas fait de fps depuis un bail. Et jamais joué à Halo donc côté nostalgie...
Bref, c'est pas très beau, pour le moment décors pas variés et rien d'excitant niveau baston.
Si je voulais faire dans la comparaison ciné c'est comme se taper un The Rock des familles
ça passe le temps

Matox74
12/12/2021 à 15:05

@Pierre t'aimes bien dire des conneries toi hein, la végétation est très belle. Mais toi toujours plus à dire que ça fait 360 voir pire mais mdrr, t'es pitoyable

Omegaton
10/12/2021 à 12:28

Je resterai sur warframe. Bien plus divertissant

Lubu
10/12/2021 à 02:09

Perso j'ai quelques lags et des textures pas très jolies (genre les arbres) mais le jeu est plus beau qu'Halo 5

Pierre
09/12/2021 à 23:56

Je confirme c'est moche par moment.
Rien que l'herbe en extérieur, c'est niveau 360 voir pire... Idem pour certaines textures de rocher.
Heureusement tout le jeux n'est pas aussi moche.

Kyle Reese
09/12/2021 à 18:31

Ça me semble très lisse quand même tout ça.

Mushy
09/12/2021 à 17:48

@Tom31
C'est un jeux cross gen donc oui c'est un jeux One :)

Tom31
09/12/2021 à 17:38

Techniquement le jeu est à la ramasse complet. On croirait un jeu One. C'est moche.

votre commentaire