LEGO Star Wars : La Saga Skywalker – le jeu au cœur de la tourmente après l'annonce de sa date de sortie ?

Antoine Desrues | 21 janvier 2022
Antoine Desrues | 21 janvier 2022

LEGO Star Wars : La Saga Skywalker a annoncé sa date de sortie, avant que Polygon ne dévoile une enquête sur les conditions de travail de ses créateurs.

À l'origine pensé pour coïncider avec la sortie de L'Ascension de SkywalkerLEGO Star Wars : La Saga Skywalker a été grandement dépassé par ses ambitions. En plus de devoir gérer la crise du Covid, le studio TT Games a adapté à la manière de la marque danoise les neuf films principaux se déroulant dans la galaxie lointaine, très lointaine.

Mais au cas où cela ne suffisait pas, TT Games a voulu quelque peu revoir la dynamique de son gameplay, ce que vient de révéler la dernière bande-annonce du jeu. Le système de combat a en particulier été repensé, avec de nombreux combos au sabre laser et une gestion du tir poussée bien plus loin que le précédent LEGO Star Wars, dédié au Réveil de la Force. Ajoutez à cela de nombreux éléments à débloquer (y compris des centaines de personnages) et quelques features de RPG, et on peut se dire que les fans de la franchise devraient en avoir pour leur argent.

 

 

Après trois reports du titre, cette nouvelle vidéo a enfin permis de confirmer sa date de sortie officielle, à savoir le 5 avril 2022. Mais au même moment, le site Polygon a publié une longue enquête sur les conditions de travail des employés de TT Games, bien loin d'être en accord avec les valeurs familiales des jeux qu'ils créent.

Depuis le succès du tout premier LEGO Star Wars, le studio a assumé une forte politique de crunch, pratique consistant à encourager les heures supplémentaires pour s'accorder avec les deadlines des jeux en développement. Si la chose est de plus en plus critiquée au sein de l'industrie, elle reste un fléau que peu de studios sont enclins à repenser.

 

LEGO Star Wars : La Saga Skywalker : photoÇa va cruncher !

 

À vrai dire, l'article de Polygon montre d'ailleurs que la situation de TT Games est maintes fois remontée auprès des responsables et du management, sans pour autant que ces derniers ne fassent quoi que ce soit pour améliorer ces conditions de travail. En 2008, lorsque le studio a été racheté par Warner Bros. Games, l'éditeur en a profité pour mener une enquête de satisfaction, dont les résultats ont été parmi les plus bas jamais reçus par l'entreprise.

Dans la foulée, le directeur et co-fondateur de TT, Jon Burton, a promis un retour à la case départ. Ce qu'il a entendu par là, c'est une poignée de révisions sur des détails aberrants, comme la possibilité pour les employés d'avoir accès à Internet de leur ordinateur, ou de prendre des coups de téléphone de leur bureau. Certains témoignages ont d'ailleurs précisé que Burton a toujours été le premier à crier sur les programmateurs et les artistes lorsque ceux-ci essayaient de quitter leur bureau à une heure décente.

 

LEGO Star Wars : La Saga Skywalker : photoRetour en Force ?

 

Comme bien souvent, la culture du crunch intensif s'est imposée chez TT Games par la culpabilisation, des promesses de poste au cas où l'employé ferait ses preuves, voire des menaces de renvoi. L'information la plus terrible de l'enquête, c'est que ces statistiques ont explosé sur LEGO Star Wars : La Saga Skywalker, où certains ont pu se retrouver à travailler entre 80 et 100 heures par semaine, sur un total de six jours.

Malheureusement, cette culture d'entreprise toxique va de pair avec d'autres éléments qui, à force, surprennent peu. Les femmes travaillant chez TT Games sont pour la plupart moins bien payées que leurs homologues masculins, en plus d'être discriminées et d'avoir moins facilement accès aux postes à haute responsabilité.

 

LEGO Star Wars : La Saga Skywalker : photoÇa tire à lasers réels

 

Enfin, l'article de Polygon a surtout reflété à quel point la production actuelle de AAA peine à entretenir une communication saine entre ses décideurs et les petites mains qui créent les jeux. Dans le cas précis de La Saga Skywalker, nombreux ont été les programmateurs et animateurs à demander au studio de passer au moteur graphique Unreal Engine (même si ce dernier impose l'achat des droits de licence). À la place, TT a privilégié son moteur interne, NTT, malgré ses coutures encore grossières. Features manquantes, bugs en pagaille, et sauvegardes mal réalisées par le logiciel, ce dernier a fait perdre beaucoup d'heures de travail aux employés.

En bref, LEGO Star Wars : La Saga Skywalker a connu une production pour le moins compliquée, qui tend à interroger les potentiels acheteurs sur l'entretien d'un système de manipulation et d'emprise mentales inacceptable. Le jeu a d'ailleurs connu un turnover imposant durant ces dernières années. Pour sûr, cet épisode a l'air à la fois fun et généreux, mais peut-on vraiment le célébrer quand on connaît ses coulisses nauséabondes ?

Tout savoir sur LEGO Star Wars : La Saga Skywalker

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Neojino
26/01/2022 à 13:40

Bas ok mais pour ma part je vais acheté ce jeu ça fait 3ans et demi que je l'attend

Ça sera leur plus gros triplé À

J'ai apprécié jouer à tous leur jeu je vais apprécié jouer à celui la

Corporate rules
21/01/2022 à 18:26

L’image corporate de Lego peut elle être impactee par ce qui vu le buzz est pas loin de devenir un sujet ?
A priori oui : Lego société scandinave modèle sous traité a une société aux antipodes des valeurs de travail de ce type de pays la création d’un jeu familial
Idem pour Lucasfilm
Si cela continue TT Games risque de sortir des radars

Morcar
21/01/2022 à 14:39

Au fil des années, les jeux LEGO deviennent de plus en plus ennuyants (j'en ai fait 21 sur les 33 sortis à ce jour). J'y jouais avec ma femme au début. Aujourd'hui j'y joue avec mon fils parce que ça l'amuse encore à 9 ans, mais ça ne va pas durer.
Et découvrir ici les ajouts de cette nouvelle mouture ne m'emballe pas énormément. Pourtant celui-ci me tentait bien. Les tout premiers LEGO Star Wars étant parmi les meilleurs de TT Games.

Pour ce qui est de ce "crunch" en coulisse, bien que je sois le premier à critiquer le patronat au point d'être traité de gauchiste par certains, ceci n'a jamais impacté la façon de consommer des gens. Qui se souciait du salaire et des heures des employés de Télé2, à l'époque où ils proposaient des prix cassés face à France Telecom ? Qui se soucie de savoir si les caissières de Carrefour ou Leclerc son plus ou moins bien payées que celles de Lidl ? Tant que le monde sera gouverné par le fric, tout ça ne s'arrêtera pas.
Et alors qu'en France, les gens sont sans cesse à se plaindre des syndicats, ils oublient justement que c'est grâce à eux qu'on a un certain nombre de garde fous qui empêchent les entreprises de faire n'importe quoi comme aux USA.

Je suis malgré tout surpris de ce souci dans le monde de l'informatique. Je ne connais pas le marché américain, évidemment, mais en France (je travaille dans le domaine, donc je parle en connaissance de cause) il y a une telle pénurie d'informaticiens que les gens démissionnent sans arrêt pour aller trouver mieux ailleurs, que les entreprises appellent les gens pour leur proposer des conditions idéales pour les motiver à venir chez elles.
Je suis donc surpris que dans de telles conditions, les gens n'aillent pas chercher ailleurs. A moins que la pénurie d'informaticiens que l'on connait en France n'existe pas là-bas...

Liojen
21/01/2022 à 13:53

Merci à vous d'en parler car peu de médias français ont relayé cet article.
Malheureusement les gens vont se jeter sur le jeu (qui à l'air excellent au demeurant) ce qui donnera raison aux éditeurs concernant ces pratiques écœurantes (et qui s'en mettront évidemment pleins les poches au détriment des vrais artistes aux manettes)

Kyle Reese
21/01/2022 à 13:03

« Crunch … le chocolat qui croustille ! » vous vous souvenez ? Lol

Cette politique est en tout point à gerber, 80 à 100h par semaine ce ne sont plus des heures sup, c..est de l’exploitation pure et simple avec mise en danger de la santé d’autrui.
Toute industrie qui repose sur le « crunch » systématique pour être rentable a un problème de fonctionnement à la base ou ne devrait pas être viable.p de toute façon. C’est totalement malsain.

votre commentaire