Apple vs Epic Games : qui a gagné la première manche du procès autour de Fortnite ?

Antoine Desrues | 13 septembre 2021 - MAJ : 13/09/2021 12:37
Antoine Desrues | 13 septembre 2021 - MAJ : 13/09/2021 12:37

De premières décisions ont été prises dans le procès entre Apple et Epic Games, l'éditeur de Fortnite.

Cela fait maintenant quatre mois que s'est lancé le procès opposant Apple à Epic Games. Pour rappel, cette affaire sans précédent dans l'histoire du numérique a eu pour point de départ le bannissement de Fortnite sur l'App Store. Pourquoi ? Tout simplement parce que son éditeur (Epic donc) avait mis en place un système de microtransactions à l'intérieur même du jeu, évitant ainsi aux joueurs de passer obligatoirement par la plateforme d'Apple, qui se faisait au passage une commission allant de 15% à 30%.

 

photoÀ l'assaut !

 

Si la marque à la pomme a tout de suite reproché à Epic Games de ne pas respecter ses conditions d'utilisations, l'éditeur et créateur du fameux Unreal Engine n'a pas tardé à riposter en amenant l'affaire dans les tribunaux, accusant Apple d'abus de position dominante. C'est alors qu'a commencé une bataille juridique assez exceptionnelle, qui a notamment révélé les sommes ahurissantes générées par Fortnite, ainsi que les pertes d'argent sèches que l'éditeur connaît depuis le lancement de sa plateforme Epic Games Store.

Mais alors, qu'en est-il ? Ce vendredi 10 septembre, la juge Yvonne Rogers a tranché sur l'affaire, en donnant en partie raison à Epic Games. En effet, il sera désormais impossible pour Apple d'imposer son système de paiement au sein de ses applications. Pour autant, malgré cette supposée victoire, Epic a tout de même fait appel. Explications.

 

photoIl ne peut en rester qu'un...

 

En réalité, si d'aucuns ont pointé l'éditeur comme le vainqueur de cette affaire, les faits sont beaucoup moins évidents. Le procès a surtout eu lieu dans le but de montrer qu'Apple exerçait un monopole via l'App Store. Néanmoins, la justice en a décidé autrement, comme l'a révélé Yvonne Rogers :

"Apple ne détient pas de monopole sur le marché des transactions dans les jeux mobiles. La Cour a déterminé qu’Apple jouit d’une part de marché considérable, supérieure à 55%, et des marges de profits extraordinairement élevées, mais ces facteurs ne suffisent pas à prouver une infraction au droit de la concurrence. Le succès n’est pas illégal."

Ainsi, Apple ne briserait aucune loi anti-Trust, ce qui n'a pas manqué d'agacer Tim Sweeney, le patron d'Epic Games : "La décision du jour n’est pas une victoire pour les développeurs et les consommateurs".

 

photoExtrait du procès

 

Bien entendu, si l'éditeur prétend se battre pour un marché plus équitable, il voit surtout une bonne partie des revenus potentiels de Fortnite lui échapper. D'ailleurs, le gérant du célèbre battle royale va devoir répondre au fait d'avoir contourné les règles d'utilisation de l'App Store, et devra donc verser à Apple 30% des 12 millions de dollars générés par le jeu entre août et octobre 2020, lorsqu'Epic a lancé son système de paiement concurrent.

Alors que le marché du jeu mobile est de loin le plus lucratif de l'industrie, la bataille entre ces deux géants est plus importante qu'il n'y paraît, et Apple ne s'y est pas trompé en voulant y conserver ses intérêts. Pour autant, avec les fortes commissions sur l'App Store, les plus petits développeurs se voient fortement pénalisés, s'obligeant à augmenter le prix de leurs jeux pour rentrer dans leurs frais, quitte à risquer de perdre une partie de leur public. Reste maintenant à voir si l'appel d'Epic Games pourrait encore faire bouger les choses...

Tout savoir sur Fortnite

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire