Blizzard renvoie le réalisateur de Diablo IV suite à des poursuites judiciaires (et ce n'est que le début)

JL Techer | 12 août 2021 - MAJ : 12/08/2021 17:10
JL Techer | 12 août 2021 - MAJ : 12/08/2021 17:10

Diablo IV et World of Warcraft perdent leurs têtes pensantes suite au ménage fait par Blizzzard dans ses rangs, en raison de multiples plaintes pour discriminations sexuelles.

Le milieu du jeu vidéo peut sembler être le nouvel Hollywood depuis plusieurs années. Mais à l'instar de son grand-frère cinématographique, il n'est pas fait que de projecteurs et de paillettes, et a une facette bien plus sombre. Entre la culture du crunch, les méthodes de management toxique et l'inclusivité qui tient plus du mythe que de la réalité, le milieu est loin d'être l'El Dorado que certains pensaient découvrir. 

Les affaires de plaintes pour harcèlements et discriminations sexuelles se multiplient depuis plusieurs mois, touchant de grands noms de l'industrie, dont Electronic Arts et Ubisoft. Activision-Blizzard est également dans la tourmente, comme nous vous l'évoquions dans un précédent article, et l'éditeur paraît être bien décidé à mettre de l'ordre dans ses rangs. Les têtes ont ainsi commencé à tomber, et ce sont de grands noms qui passent au supplice de la planche, y compris celui du directeur de jeu de Diablo IV.

 

photoBienvenue chez Blizzard

 

Il y a une semaine, l'État de Californie a annoncé qu'il poursuivait Activision-Blizzard pour discrimination sexuelle à la suite d'une enquête de deux ans. Bien que l'entreprise ait initialement clamé son innocence à l'égard de toutes les accusations, de nouveaux détails concernant le harcèlement et les abus sexuels au sein de l'entreprise semblent avoir conduit à une véritable action en interne. On rapporte désormais que trois noms clés de Blizzard ne font plus partie de la société.

Le nom le plus connu d'entre eux est celui de Luis Barriga, qui était jusqu'à présent directeur en charge de Diablo IV. Auparavant, Luis Barriga avait travaillé comme game designer principal sur World of Warcraft, et avait participé au développement des extensions The Burning Crusade, Wrath of the Lich King et Cataclysm. Bien qu'aucune raison officielle n'ait été fournie concernant son départ, son nom n'ayant pas été associé aux procédures en cours contre Blizzard, les informations du magazine Kotaku confirment que son licenciement y est bien lié. 

 

photoActivision qui essaie de faire profil bas

 

Le deuxième nom de la liste est davantage associé aux récentes révélations concernant les discriminations sexuelles chez Blizzard. Le lead designer Jesse McCree aurait été licencié suite aux fuites controversées de la "Cosby Suite" d'Activision, une "salle de pause", où l'alcool coulait à flots, et où les propos les plus indignes circulaient librement. Jesse McCree est notamment connu, car il a donné son nom au personnage du cow-boy d'Overwatch. Des membres de la communauté Overwatch ont d'ores et déjà demandé à ce que son nom soit modifié ou supprimé du jeu.

 Enfin, le designer de World of Warcraft Jonathan LeCraft a également été renvoyé. Celui-ci était aussi lié aux fuites au sujet de la controversée "Cosby Suite", puisqu'il figurait sur une photo prise avec un groupe de développeurs, sur laquelle figurait un poster encadré de Bill Cosby, emblème du groupe. Les réseaux sociaux se sont empressés de relayer la nouvelle de leurs licenciements, en précisant que trois membres de la "Cosby suite" avaient été renvoyés. 

 

Un quatrième développeur aurait également été visé par ces procédures internes à Blizzard. Cependant, celui-ci a été mis en congé plutôt que licencié. Il s'agit de Cory Stockton, le lead designer principal de World of Warcraft. Il faisait partie des personnes se trouvant sur la même photographie de la Cosby Suite, aux côtés de Jonathan LeCraft. 

 

photoÇa sent le roussi chez Activision-Blizzard

 

Rien ne prouve clairement que ces trois hommes ont été licenciés par Activision-Blizzard en raison des procédures menées par l'État de Californie au sujet des discriminations sexuelles au sein de l'entreprise. Le fait que leurs noms aient été mentionnés dans l'affaire de la Cosby Suite pourrait être une simple coïncidence.

Cependant, cela rappelle énormément ce qui s'était passé chez Ubisoft en 2020, avec une vague de licenciements qui avait suivi les premières accusations de harcèlement. Quoi qu'il en soit, il est fort peu probable que Blizzard fasse le moindre commentaire concernant ces mises à l'écart de leurs studios.

Tout savoir sur Diablo IV

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kyle Reese
15/08/2021 à 16:54

La Lilith qu’ils ont créé et qu’ils admirent va sûrement les poursuivre en enfer pauvres fous lol !
J’espère qu’après tout ça ils vont repartir sur des bases saines et poursuivre le travail dans de bien meilleure conditions. Diablo IV doit être exceptionnel, perso je peux attendre encore quelques années ça ne me dérange pas.

Joejoe
13/08/2021 à 12:28

"Tant que ça n'impact pas sur Diablo IV..."
Bien sur que ça va l'impacter :) Je vois pas comment avec l'ambiance qui doit régner actuellement dans leurs entreprises, la motivation des employés peut être au top pour produire de la qualité. (Malheuresement)

Madolic
13/08/2021 à 09:32

@La rédac
Aucun soucis avec le contenu de l'article, très bien écrit.
En revanche, à partir du moment où vous concluez par
"Rien ne prouve clairement que ces trois hommes ont été licenciés par Activision-Blizzard en raison des procédures menées par l'État de Californie au sujet des discriminations sexuelles au sein de l'entreprise"
Va peut-être falloir songer à changer de titre ^^

Kyle Reese
13/08/2021 à 00:48

Hum très cynique de leur part d’avoir nommé cet endroit la Cosby suite …

Lougnar
12/08/2021 à 23:05

Tant que ça n'impact pas sur Diablo IV...

votre commentaire