Activision-Blizzard : l'éditeur de Call of Duty dénoncé pour sa culture du harcèlement sexuel

Antoine Desrues | 26 juillet 2021 - MAJ : 26/07/2021 11:26
Antoine Desrues | 26 juillet 2021 - MAJ : 26/07/2021 11:26

Activision-Blizzard est au cœur de la tourmente depuis que l'état californien a déposé une plainte contre la société, provoquant les réactions de l'industrie.

On le sait, entre les crunchs institutionnalisés et le sexisme inhérent du milieu, l'industrie du jeu vidéo a encore de nombreux progrès à faire en ce qui concerne le bien-être de ses employés. Si d'aucuns préfèrent ne pas savoir comment leur saucisse préférée est fabriquée, certaines polémiques ont éclaté ces dernières années, concernant même des poids lourds de l'industrie comme Rockstar, Naughty Dog ou encore Ubisoft.

Or, depuis ce mardi 20 juillet 2021, c'est le géant Activision-Blizzard, responsable de Call of Duty et de World of Warcraft, qui s'est retrouvé dans le collimateur de la justice. En effet, le département de l'emploi équitable et du logement de Californie a déposé une plainte contre l'éditeur pour comportements toxiques. Suite à une enquête de deux ans, des témoignages ont mis en avant une culture du harcèlement sexuel, entre attouchements, commentaires et autres avances déplacées. Alors que les femmes ne représentent que 20% des effectifs de l'entreprise, la discrimination à leur égard n'en serait que plus grande, au point où une employée a fini par se suicider des suites d'un harcèlement répété.

 

photoWorld of Warcraft

 

Tandis que Fran Townsend, le directeur général d'Activision-Blizzard (et ancien conseiller à la Sécutité nationale de George W. Bush, ne l'oublions pas) n'a pas manqué de délivrer un mémo cherchant à noyer le poisson, certains membres de l'industrie ont perçu dans ce scandale à grande échelle l'opportunité de libérer la parole.

Ainsi, le studio Bungie, ancienne filiale d'Activision, a partagé dans un long thread Twitter son indignation, et son soutien aux victimes de harcèlement. Pour rappel, les développeurs derrière les premiers Halo et Destiny s'étaient séparés de la maison-mère pour gagner en autonomie sur Destiny 2. D'après leurs propres mots, cette nouvelle direction a justement permis de créer un environnement de travail plus sain, appliquant une "tolérance zéro" en ce qui concerne les comportements toxiques :

 

photoUne certaine idée de la "frat culture" ?

 

"Bungie est construit sur l'envie de donner du pouvoir à nos employés, quelles que soient leur identité, leurs origines ou leur manière de s'identifier. Nous avons la responsabilité de reconnaître, de réfléchir et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour lutter contre une culture persistante de harcèlements, d'abus et d'inégalités qui existe dans notre industrie.

Bien que les témoignages présents dans l'actualité de cette semaine sont difficiles à lire, nous espérons qu'ils mèneront à la justice et à une prise de conscience, et qu'ils obligeront les responsables à rendre des comptes.

 

photoIl y a encore du chemin à faire...

 

Nous pratiquons la tolérance zéro chez Bungie en ce qui concerne les environnements de travail qui entretiennent cette culture toxique, et nous sommes dévoués à faire notre possible pour les déraciner, de sorte à défendre les personnes qui risquent de les subir. Les femmes, les personnes de couleur et les communautés sous-représentées n'ont rien à gagner en revivant leurs traumatismes. Nous les croyons lorsqu'elles se présentent avec des signalements d'abus ou de harcèlement.

Nous ne prétendons pas que Bungie soit parfait et que personne n'y a subi de harcèlement. Mais nous ne le tolérerons pas et y ferons face. Et nous allons continuer de travailler chaque jour pour nous améliorer. Notre objectif est de continuer à améliorer l'expérience de travail chez Bungie et de jouer notre rôle, afin de faire que l'industrie du jeu vidéo dans son ensemble soit plus accueillante et plus inclusive."

En tout cas, on espère sincèrement que le procès contre Activision-Blizzard va plus que jamais responsabiliser les studios de développement et les éditeurs face à ce type de comportements.

Tout savoir sur Activision-Blizzard

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Giro
26/07/2021 à 12:23

Nerds et hommes puissants, frics et pression, frustration et ego = Pauvres femmes :(

votre commentaire