Marvel : Avengers, Iron Man, Spider-Man... les 10 pires jeux de l'univers

JL Techer | 31 août 2021 - MAJ : 31/08/2021 15:06
JL Techer | 31 août 2021 - MAJ : 31/08/2021 15:06

Si la success story de Marvel au cinéma ne se dément plus depuis Iron Man en 2008, pour ce qui est du jeu vidéo, ce n'est pas vraiment la même limonade. On pourrait même plutôt parler d'une longue histoire d'amour-haine.

L'écurie Marvel a toujours été un énorme vivier de licences prêtes à êtes adaptées, notamment dans la galaxie vidéoludique. La Maison des Idées affiche à son compteur plus d'une cinquantaine de jeux vidéo, tous supports confondus, de la borne d'arcade à la Nintendo Switch. Mais si des titres comme Marvel VS Capcom ou le Marvel's Spider-Man  d'Insomniac laissent rêveurs les fans de superhéros en collants moulants, la grande majorité des adaptations Marvel sont au mieux moyennes, au pire totalement catastrophiques.

Tandis que le Prince T'Challa débarque chez le "il fait ce qu'il peut" Marvel's AvengersÉcran Large a traversé l'enfer pour revenir sur 10 affreux jeux de cette famille. Entre plateformers ratés, beat'em up paresseux et jeux de combats mollassons, voici les 10 pires jeux Marvel.

 

photoAvengers... Disassemble

 

10. Thor : God Of Thunder (PS3, 360, Wii, 2011)

C'est quoi ce truc : Quand Thor essaie de se la jouer God of War, il ne parvient pas à être aussi fun, bien évidemment. Le pseudo-Chris Hemsworth numérisé qui sert de héros semble gonflé aux stéroïdes, ses muscles paraissent faire deux fois la taille de sa tête, et son casque à ailettes lui donne un air d'Astérix passé à la moulinette hollywoodienne.

Un jeu qui est loin d'être catastrophique, mais qui s'est perdu dans la masse des clones de Kratos. On pourra lui reprocher cependant ses phases de shoot'em up sorties d'on ne sait où, et ses QTE (Quick Time Events) d'une extrême répétitivité.

Les trucs à garder : En dehors des phases de shoot assez bancales, le titre bénéficie d'une jouabilité plutôt sympathique, de compétences à débloquer comme son illustre modèle, et d'un scénario pas si mauvais que ça (même si le traitre porte sur son visage son statut de méchant).

 

photoÀ moi la potion magique !

 

9. Fantastic Four (Playstation, 1997) 

C'est quoi ce truc : Attendez-vous à avoir des problèmes de vue après avoir joué à ce titre tant il est laid. Les graphismes sont affreux, les décors vides et d'une banalité sans nom, sans parler des animations des personnages qui sont d'une raideur cadavérique. Et dire qu'il est sorti la même année que Final Fantasy VII...

À défaut des 4 Fantastiques, c'est un fantastique four à l'écran. Malgré tout et avec des efforts, le titre conserve une sorte d'aura nostalgique assez charmante, et son format beat'em up à scrolling horizontal offre un bon et bête défouloir, idéal pour quelques parties entre amis. 

Le truc sympa quand-même : On peut jouer avec She-Hulk. Et rien que pour ça, il vaut le coup d'être joué au moins une fois. 

 

photoShe-Hulk tout en subtilité

 

8. the Uncanny X-Men (NES, 1989) 

C'est quoi ce truc : La NES a su offrir des grands moments de jeu vidéo avec notamment The Legend of Zelda ou Metroid, et The Uncanny X-Men n'en fait clairement pas partie. Avec au maximum quatre couleurs à l'écran, il est difficile de croire que le jeu tourne sur NES. Le titre aurait plutôt eu sa place sur Amstrad CPC tant il est horrible à voir.

Une fois passé le choc visuel, reste un jeu de tir en vue du dessus, où il faut shooter tout ce qui bouge sans la moindre réflexion. On plaint les enfants qui ont reçu cette immondice comme cadeau de Noël.

Le truc qui le rend fun malgré tout : Le fait d'avoir le choix entre plusieurs personnages des X-Men jouables, entre Colossus, Wolverine, ou Iceman, est assez réjouissant. Cependant, cela ne changera strictement rien à la jouabilité et le jeu est d'une répétitivité exécrable. 

 

photoSeuls les daltoniens s'en sortiront

 

7. Marvel's Avengers (PS4, Xbox One, PC, 2020)

C'est quoi ce truc : Ils pensaient peut-être avoir droit à plus de clémence et surfer sur le raz-de-marée Avengers : Infinity War et Avengers : Endgame, mais non. Parce que Marvel's Avengers est loin d'être un bon jeu, comme détaillé dans le test qui lui a été consacré.

Sans même parler de l'absence des acteurs du MCU (chose très commentée dès les premières images), le jeu pêche surtout par un gameplay aux fraises, avec l'impression de diriger des personnages lourds comme des paquebots. Qui plus est, son scénario ne tient absolument pas la route, et son mode solo n'est en fait qu'un long tutoriel destiné à préparer le joueur aux modes de jeu en ligne.

Les trucs cools quand même : Certes, ce ne sont pas les acteurs des films, mais le casting est plutôt sympathique. De plus, Black Panther arrive, et Spider-Man ne devrait pas tarder non plus. Mais l'arrivée de Marvel's Guardians of the Galaxy pourrait bien enterrer Marvel's Avengers...

 

photoFulguro-Poing !

 

6. Silver Surfer (NES, 1990)

C'est quoi ce truc : Qui s'est dit que faire du Surfer d'Argent le personnage central d'un shoot'em up était une bonne idée ? Entre la difficulté insurmontable et les graphismes indignes d'une NES, Silver Surfer cumule les défauts.

Le plus gros d'entre eux étant le fait d'incarner un Silver Surfer, en théorie détenteur de pouvoirs cosmisques phénoménaux, mais qui explose au contact d'un rocher ou d'un piranha (on ne lui connaissait pas ces faiblesses). En bon vieux shoot'em up old school, il vous faudra connaître par coeur tous les niveaux pour espérer en voir le bout.

Le truc qu'on qualifiera de bonne idée : Le fait de changer de vue entre les niveaux, avec un scrolling tantôt horizontal, tantôt vertical, renouvelle un peu le gameplay. 

 

photoSilver Surfer R-Type

 

5. Iron Man (PS3, 360, Wii, 2008)

C'est quoi ce truc : Pour accompagner la sortie du film éponyme, Sega a produit à la va-vite un jeu d'une médiocrité rare. Le titre est rongé par les bugs et mauvaises idées au point d'être littéralement injouable, avec des commandes qui s’inversent entre la marche et le vol, ce qui pousse à une gymnastique mentale dont personne ne veut pour un jeu d'action.

C'est à croire qu'il s'agit de deux jeux en un : un titre dédié au Iron Man volant, et un autre à la boite de conserve qui passe d'usine en usine dans une sorte de médiocre beat'em up 3D.  Et ces deux jeux sont aussi pénibles l'un que l'autre...

Le truc qui fait sourire : Robert Downey Jr. a donné de la voix pour le doublage. Et c’est tout.

 

photoAussi moche qu'injouable

 

4. Marvel Nemesis : Rise of the Imperfects (GameCube, Xbox, PS2, 2005)

C'est quoi ce truc : Quand Electronic Arts, toujours dans les bons coups (ou pas), se retrouve en charge de produire un jeu sous licence Marvel, la firme conçoit un jeu de combat en 3D, en arène fermée. Peut-être que le but était de copier le succès de Naruto Ultimate Ninja, mais quand on accouche d'un clone dont le titre français est "l'Avènement des Imparfaits", il ne faut pas s'étonner du résultat.

Encore une fois, les rétines des joueurs sont mises à rude épreuve, et le jeu est aussi répétitif que mollasson. Et ce n'est pas l'absence totale de charisme des vilains de service, que tout le monde oubliera en un quart d'heure, qui sauvera quoi que ce soit. 

Les trucs suprenant malgré la médiocrité : La tentative courageuse du mode story, où deux personnagess importants meurent au bout de 20 minutes, et la présence de "Fatalités" façon Mortal Kombat

 

photoEt ça sort la même année que Resident Evil 4

 

3. Spider-Man : Web of Fire (32X, 1996)

C'est quoi ce truc : Une fois encore, Spidey doit combattre l'organisation secrète H.Y.D.R.A., mais aussi les New Enforcers, une équipe de méchants dont tout le monde se moque. Dans ce jeu de plateforme aux affreux décors dignes d'un cauchemar pixellisé, l'homme-araignée grimpe partout, tout le temps, et ce même quand on ne lui demande rien. Il se colle au moindre poteau, à tous les murs, que le joueur le veuille ou non.

Une belle preuve du fait qu'une jouabilité bancale peut réussir à tuer toute possibilité de fun. Ajoutons à ça un nombre d'animations qui tient sur une main et des graphismes indignes de la MegaDrive (et du coup encore moins de la 32X), et on assiste à un naufrage complet. 

Le truc positif : La jaquette est jolie.

 

photoQu'est ce que c'est de ces trucs dans le ciel ?

 

2. The Incredible Hulk : The Pantheon Saga (Playstation, Saturn, 1996)

C'est quoi ce truc : Basé sur la saga de comics du même nom, le jeu transforme Hulk en mini-géant vert, qui passe son temps à faire la toupie pour éliminer ses ennemis. Avec des angles de caméras qui pourraient rendre fou de rage le Dalai Lama, et un mélange de 2D et 3D au rendu visuel ignoble, The Incredible Hulk est vraiment incroyable - mais de nullité.

Hulk n'y est pas plus grand que ses adversaires, frappe comme un boxeur grabataire, et passe son temps à errer dans des couloirs tous identiques. Mention spéciale aux énigmes de niveau CP et aux temps de chargement longs à mourir, ultimes preuves qu'il s'agit d'un pur produit commercial tout juste destiné à extorquer quelques piécettes aux fans du géant vert.

Le truc utile : Le CD peut servir de sous-verre. 

 

photoL'objet du délit

 

1. Avengers In Galactic Storm (Arcade, 1995)

C'est quoi ce truc : Décidément, l'année 1996 fut synonyme de catastrophe pour les jeux Marvel. Après Hulk et Spider-Man, c'est au tour de toute l'équipe des Avengers de subir une adaptation malheureuse. Avec Data East (Windjammers, Fighter's History) aux commandes pour produire un jeu de combat dédiés aux Avengers, l'espoir était permis. Mais la déception fut à la hauteur des attentes.

 

photoHors de question d'y mettre la moindre pièce 

 

La tentative d'inclure des personnages 3D dans un plan 2D (comme pour Killer Instinct) est un échec total, et le résultat ressemble à une immonde bouillie de pixels. A commencer par les huit personnages, qui sont extrêmement mal animés et bougent comme des pantins désarticulés.

Quant au casting de départ, hormis Captain America, le jeu propose un lot de seconds couteaux inintéressants au possible. Pourquoi jouer avec Hulk, Hawkeye ou Black Widow quand on peut incarner Supremor, Korath, Shatterax et Dr Minerva ?… Et dire que Marvel Super Heroes de Capcom est sorti la même année. Incompréhensible.

Le truc à sauver : On a décidé d'arrêter de chercher.

Tout savoir sur Marvel's Avengers

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires

01/09/2021 à 09:01

Eeeeeh j'avais quand même bien kiffé le Iron Man solo. Un peu teuteu mais j'avais pas tant galéré que ça.

Joe Staline
31/08/2021 à 16:35

Le Superman de la N64 est une belle merde aussi ...

Rayan
31/08/2021 à 13:07

MARVEL'S AVENGERS c'est quand même le sommet du ratage et une leçon de comment foirer un jeu à énorme potentiel, déjà des l affiches des perso et leur tronche qui ressemble à rien, Steve Rogers avec la tête de Michael de GTA V j'avais même pas envie de le toucher alors que la hype était énorme

votre commentaire