Le réalisateur des Derniers Jedi avoue que Disney n'a pas tant prévu que ça l'avenir de Star Wars

Christophe Foltzer | 7 septembre 2017
Christophe Foltzer | 7 septembre 2017

L'univers Star Wars vient de connaitre quelques turbulences ces derniers mois, mais rien qui semble pouvoir le faire chuter. Mais cela exige qu'il faut quand même être au fait de quelques réalités.

Sacrifiant à la mode hollywoodienne qui veut que les réalisateurs ne sont que des techniciens sacrifiables, Disney vient encore de le prouver en dégageant en très peu de temps les réalisateurs originaux du film Han Solo (pour les remplacer par Ron Howard) et en remerciant pas plus tard qu'il y a quelques jours Colin Trevorrow de l'Episode IX, sans lui nommer de successeur pour le moment. Cela fait évidemment écho à tout ce qui s'était passé sur le plateau de Rogue One (qui avait vécu un parcours similaire) et nous fait nous questionner sur la liberté des réalisateurs employés sur ce type de projet.

 

teaser trailer

 

En bon petit soldat Rian Johnson, le réalisateur des Derniers Jedi, a contrebalancé l'affaire Trevorrow en déclarant au micro d'Empire qu'en dépit des grosses structures que sont ces films, il avait néanmoins toujours eu une certaine liberté. D'ailleurs, pour preuve, il est revenu sur le processus d'écriture du film :

"J'étais terrifié, j'avais l'impression d'être comme Barton Fink, de devoir un scénario depuis 6 mois et de n'en être qu'à la page 3 et à parler de marchands de poissons. Mais c'est ce que j'ai écrit qui m'a donné le plus de plaisir. Toute cette expérience a été incroyable : il fallait juste que je redevienne un gamin de 10 ans. Bien qu'il s'agisse de Star Wars, cette aventure m'a paru similaire à ce que j'avais vécu sur Looper ou sur Brick."

 

teaser trailer

 

Une manière comme une autre de prouver qu'il n'était pas enchainé dans une cave de Lucasfilm, fouetté par Kathleen Kennedy s'il donnait son avis sur quoi que ce soit. Evidemment, avec le départ de Trevorrow, c'est toute la question de l'avenir de la saga qui est posée actuellement, d'autant que pour le moment nous ne savons rien de ce qui se passera au-delà de l'Episode IX. Si des rumeurs veulent à présent que ce soit Rian Johnson lui-même qui s'occupe de ce film, le réalisateur en a profité pour confirmer ce que l'on savait déjà plus ou moins, à savoir que la franchise Star Wars n'avait pas de plan précis en tête :

 

kylo ren

 

"La perception que le public a de ces films est qu'ils sont tous planifiés à l'avance dans un document top-secret, alors qu'en fait pas du tout. On ne m'a jamais donné de mémo avec ce qui se passait dans l'histoire ou une liste d'éléments à intégrer absolument. On est vraiment en mode : "Ok, c'est quoi la suite ?"

Des propos qui se voudraient rassurants évidemment, autant de preuves pour confirmer qu'il existe bien une liberté sur ces gros films mais qui pourraient tout aussi bien produire l'effet inverse si Les Derniers Jedi déçoit nos attentes et ne soit, au final et au hasard, qu'une relecture de L'Empire contre-attaque. Mais il faudra attendre le 13 décembre prochain pour le savoir.

 

rey

Tout savoir sur Star Wars : Les Derniers Jedi

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

jango56700
07/09/2017 à 20:29

Vu que c'est la pire année du cinéma américain depuis 10 ans, on va finir l année en beauté avec le pire des star wars l'épisode 8 !!! je sens la force du coté obscure

Banquier
07/09/2017 à 13:44

On ne sait pas ce qu'on va raconter, mais on sait que ça va rapporter.

Dirty Harry
07/09/2017 à 13:26

tout à fait : terminer l'épisode 7 par un cliffhanger des familles fait penser en effet beaucoup plus à l'écriture de série TV que celle d'un film. D'ailleurs n'ont ils pas embauché JJ. Abrams qui vient de la TV ? Je pense qu'ils n'ont pas d'Arc et avancent (un peu) à l'aveugle en refilant façon cadavre exquis au suivant l'épisode qui suit. Maintenant dire que Disney leur laisse complète liberté ça nous fait bien rire sachant que dés qu'il y a "divergence artistique" ils se font virer, donc Disney/Lucasfilm ont bien des directives et une feuille de route concernant ces films (qui sont des véhicules pour vendre l'univers Star Wars, mais pour cet Univers tout le monde voit bien l'empreinte Disney : le "cuttie marketing" qui se met en place, tout le bazar sur les "minorités"..bref les standards habituels.

davmey
07/09/2017 à 12:17

Cela prouve juste que ce n'est en aucun cas une vraie trilogie et que ces nouveaux films sont construits comme des épisodes de série télé.

votre commentaire