Cannes 2017 : Les Proies - la critique pour un fan de Sofia Coppola

Chris Huby | 24 mai 2017
Chris Huby | 24 mai 2017
Lorsqu'a été annoncé le remake DES PROIES de Don Siegel par Sofia Coppola, nombre d'observateurs du cinéma se sont posé la question des univers contradictoires entre un film réputé très masculin, pour ne pas dire machiste, et l'univers de la réalisatrice. Celle-ci s'est justifiée en arguant qu'il s'agissait plus exactement de la seconde adaptation du roman de Thomas Cullinan. Mais un tel choix pose pourtant la question, Coppola veut-elle changer la donne à propos d'un film qui se trouve être l'un des symboles de l'image ultra masculinisée de Clint Eastwood et d'un certain cinéma hollywoodien ? 

Les premières images marquent tout de suite. La nature envahissante du sud des Etats-Unis, encore sauvage, qui garnit les grands jardins des propriétés des confédérés est filmée en suivant les racines, la caméra se faufilant entre les feuilles et les immenses arbres. Quelque chose de primitif est dessiné ici, un rapport évident entre un inconscient naturel enfoui et une apparence trompeuse symbolisée par des jolies demeures ou des robes très apprétées. La grappe de femmes qui accueille le yankee blessé dans la maison n'est peut-être pas si claire avec elle-même, enfermée dans des codes de tradition et subissant les pulsions du désir enfoui. Les quelques gestes et paroles du début définissent chacun des caractères de manière assez simple, à la limite de l'utilitaire scénaristique, mais ce procédé fonctionne efficacement pour mieux casser l'intrigue par la suite. 

 

Photo Colin Farrell

 
Au bout de quelques minutes, on comprend le changement de point de vue sur le roman - Comme l'on s'y attendait, le sort du soldat qui se retrouve dans le guépier va être analysé du point du vue des femmes avec ce nouveau film. Alors que l'on suivait un Clint Eastowwod sûr de lui mais désabusé dans la version originale, Sofia Coppola construit donc un pensionnat de jeunes femmes victimes d'une manipulation masculine. Pourtant, ce qui semble interesser plus Coppola, c'est le désir que chacune porte sur le beau soldat sans pour autant se l'avouer, une analyse de fond qui est bien plus pertinente que les rouages psychomoteurs conscients et affichés des personnages. 
 
 

Photo Nicole Kidman


Cette thématique rejoint ainsi celle de son cinéma, et il est fort probable que la réussite du film soit dans les intentions de chacune d'entre elles, qui se retournent les unes contre les autres, dans une bataille amoureuse et sexuellement interdite. Les femmes sont originellement enfermées dans une maison, derrière une immense grille où paradoxalement les hommes peuvent venir manger à peu près quand ils veulent et où ils font la loi. L'empreinte masculine malgré son absence physique fait parti de l'éducation féminine. Faut-il y voir là un message d'éclaircissement sur le propos de Coppola, à savoir qu'avec des rouages sociaux tels qu'ils sont installés au fin fond du territoire, on se retrouvera automatiquement avec un désir féminin réprimé et qui ne fera que se retourner vers l'extérieur, notamment vers l'homme ?
 

Photo Kirsten Dunst

 
Alors que le film de Siegel proposait une vengeance sans pour autant développer les questionnements du désir enfoui, Coppola livre une oeuvre sensuelle et glacée en même temps qui ose donc aborder des thématiques plus modernes et bien plus ambigües. Kidman, en géniale patronne castratrice de la maison, chaperonne ses soldates et finit par protéger son troupeau du danger permanent à l'uniforme bleu. La réalisatrice choisit de s'attarder sur des corps, des humeurs et des décors immenses, comme si tout ce qui entourait les personnages les renvoyait automatiquement à leur nature profonde.    

Bien que ça ne soit pas le meilleur film de Sofia Coppola, il reste suffisamment interessant pour qu'on s'y arrête. Coppola filme en intégrant nombre d'éléments que l'on pourrait croire annexe. C'est pourtant un choix qui fait évoluer l'oeuvre et le premier film vers un récit plus ouvert à l'analyse de la répartition des émotions.
 
MAIS TOUT LE MONDE N'EST PAS DE CET AVIS, COMME LE PROUVE NOTRE CRITIQUE CONTRE, BIEN ENERVEE COMME IL FAUT.
 

Affiche

 

Tout savoir sur Les Proies

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

postman
24/05/2017 à 18:53

la critique "pour d'un fan"...

votre commentaire