La Planète des Singes : Suprématie sera encore plus sombre et brutal que les précédents

Christophe Foltzer | 10 décembre 2016
Christophe Foltzer | 10 décembre 2016

Nous avons enfin découvert la bande-annonce de La Planète des Singes : Suprématie et le moins que l'on puisse dire c'est que ça valait le coup d'attendre. Mais le ton est donné dès le départ : ce ne sera pas une franche rigolade.

Il faut bien reconnaitre que, dès le départ, le principe de La Planète des Singes ne se prête pas à la gaudriole : la chute de l'humanité qui conduira à l'esclavage de la population par une bande de singes surdoués, ce n'est pas vraiment un postulat digne d'une grande comédie. Encore que, mal fait cela pourrait être involontairement drôle. Mais voilà, la nouvelle version de La Planète des Singes n'est pas confiée à n'importe qui et le résultat étant ce qu'il est, nous sommes dans le gros drame.

 

Photo 5

 

Particulièrement durant le second film, véritable tragédie shakespearienne qu'on ne se lasse pas de revoir tant il est bon. Alors, forcément, quand arrive le nouveau volet, Suprématie, on s'attend encore à se prendre une bonne grosse déprime en mode "No Future". Et il semble que nous n'avions encore rien vu puisque Andy Serkis vient de déclarer au micro de Collider que ce nouveau chapitre serait encore plus sombre, brutal et désespéré que le précédent. Youpi.

"César vit maintenant dans une situation où les hommes et les singes sont en guerre. Dans un certain sens nous en sommes au point culminant du conflit, au point où chacune des espèces est sous le coup d'une grande menace et c'est plutôt apocalyptique."

 

Photo 2

 

D'ailleurs, le trailer ne s'en cache même pas, montrant dès le départ que cela va tourner à la boucherie tout autant qu'au gros drame qui tâche, César ne pouvant pas haïr totalement l'espèce humaine mais devant l'anéantir car elle représente une menace pour son peuple.

"Le film est bien plus sombre et dur que le précédent. Il est très brutal. Du moins autant que l'on peut l'être dans le cadre d'un PG-13. Il n'est pas très graphique mais il se rattrape sur le versant émotionnel de son contexte. Il y a vraiment une sensibilité prémonitoire dans ce film.

 

Photo 3

 

Les deux camps sont érodés... Le peuple de César doit quitter son camp dans les bois pour gagner en hauteur dans les collines et y installer une base temporaire. Mais il se passe quelque chose au début du film qui le fait vriller et qui menace de le dévorer de l'intérieur."

Donc oui, nous irons à la projection avec quelques Xanax, on ne sait jamais. En tout cas, on n'en attendait pas moins de Suprématie. Après tout la chute de l'humanité n'est pas très drôle quand on y réfléchit. Début de la psychothérapie de groupe prévue à partir du 2 août 2017.

 

Tout savoir sur La Planète des singes : Suprématie

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Euh!
11/12/2016 à 02:52

C'est vrai que cette trilogie fait vraiment figure d’ovnis à notre époque tant les gros blockbuster qui sortent sur nos écrans depuis plus de 10ans sont gentillet, fades et sans grande dramaturgie.
En tout cas j'ai beaucoup aimé cette orientation pour cette relecture, mais je suis un peu frustré que l'histoire ne rattrape pas encore celle des films originaux, celle ou on voit la statue de la liberté ensevelie sur une plage.
Peut etre entameront-ils une nouvelle trilogie apres celle là justement pour boucler la boucle.

votre commentaire