Warcraft : le réalisateur veut briser la malédiction des adaptations de jeux vidéo

Jean-Luc Hassaique | 6 novembre 2015
Jean-Luc Hassaique | 6 novembre 2015

Alors que dans quelques heures, la première bande-annonce de Warcraft débarquera devant nos yeux émerveillés, le réalisateur du film, Duncan Jones, a pris la parole.

Bien conscient que les adaptations de licence vidéoludiques à succès sont souvent mal perçues et interprétées comme de viles tentatives d’extorquer les sous des fans, il a tenu à aborder le sujet. Car pour Duncan Jones, la malédiction qui pèse sur les blockbusters tels que Warcraft n’a rien d’une fatalité, mieux, elle devrait prochainement disparaître.

« Ce que je veux dire, c’est que ce stigmate a un temps été celui des adaptations de comics. Il a fallu une génération de cinéastes qui avaient élevé dans cette culture et l’aimait pour avoir des films qui vous touchent et vous plaisent. Je crois que c’est exactement la même chose qui se passe avec les jeux vidéo.

Je suis de la génération jeux vidéo, j’ai commencé sur Atari, Commodore 64 et Amiga. Je suis un gamer de cœur et je l’ai toujours été. Je suis aussi un cinéaste.

Je crois que ma sensibilité à la narration et aux personnages s’active automatiquement dès que je travaille sur un récit de quelque type que ce soit. Pour moi, le support de ce récit n’a pas une grande importance. Je cherche simplement à trouver un angle pour en faire une histoire intrigante avec des personnages auxquels s’identifier. »

Pour savoir si Warcaft et Duncan Jones sont parvenus à conjurer les mauvais pronostics et renouveler l’adaptation de jeux à succès, il vous faudra patienter jusqu’au mois de juin.

commentaires

KLM
07/11/2015 à 02:02

Les comics, comme les livres, posent moins de problèmes à mes yeux. Ils racontent des histoires avec une structure proche de celle des films, ou des séries (pour Marvel on va dire qu'ils ont surtout réussi l'exploit de faire des séries dans une dimension de blockbuster). Ils sont basés sur une attitude passive du lecteur, qui tourne les pages comme on voit les minutes passer à l'écran.
D'ailleurs à la base du cinéma, il y a vite des adaptations de livres, et la circulation entre l'écrit et le film est devenue ordinaire au fil des décennies.

En revanche, un jeu repose sur une expérience sensorielle, qui dépasse de loin la narration, qui s'étale sur des heures et des heures. Qui fait appel au joueur, à son instinct, à ses réflexes. Un jeu n'est pas uniquement une histoire, ou alors on parle des Quantic Dream et compagnie, où le gameplay est dépouillé jusqu'à devenir un film interactif.
J'ai beaucoup de respect pour le premier Silent Hill de Chris Gans par ex, mais on voit bien les limites de la transposition : difficile de redonner cette sensation de cauchemar, de puit sans fin, qui est l'ADN du jeu, quand on fait un film de 2h qui doit exister et avoir une raison d'être en soit.

Et je n'ai jamais dit qu'adapter un JV en film était inutile ou impossible hein. J'ai posé une question, et je pense sincèrement qu'on ne peut pas la balayer parce qu'on n'y croit pas ou qu'on a de l'espoir pour le futur. Jusque là, toutes les adaptations de JV ont prouvé qu'il y avait de vraies difficultés dans cet exercice, bien plus que pour adapter un Seigneur des anneaux, un Spider-Man, un X-Men ou un Harry Potter.

kick ass
06/11/2015 à 20:50

"Et parler du succès et phénomènes (Marvel) quand on parle qualité, est-ce bien pertinent ?"
Effectivement, ce n'était pas là mon meilleur argument :)
ceci dit, captain america :Winter soldier, les gardiens de la galaxie et même avengers (premier du nom) sont pour moi 3 succès artistiques. c'est peut-être peu eu égard au nombre de films produits par marvel.

je pense comprendre ton point de vue (que, même si je ne le partage pas du tout, je respecte totalement soit dit en passant) sur la difficulté INHÉRENTE de l'adaptation du jeu video au cinema en raison de la nature et de la différence entre les 2 médias. mais je dirais juste que des comics comme x-men ou spiderman paraissaient difficilement transposables au cinéma avant qu'on en voit les premières adaptations, qui, à défaut d'être des chefs d'oeuvre, étaient des films de SF/aventure tout à fait honorables.
ce parallèle avec les adaptations de comics me rend raisonnablement optimiste sur le futur des adaptations de JV

KLM
06/11/2015 à 18:34

Euh jamais je n'ai dit que le JV était inférieur au cinéma dans sa narration, ses ambitions et sa profondeur...
La forme d'un jeu, ce sur quoi repose l'expérience, la durée de vie, l'intéractivité : tout cela est loin du média cinéma, sur bien des aspects. Ce n'est pas un avis perso, c'est un fait. Si ça te semble absolument déconnecté des échecs (artistiques) des adaptations de JV, eh bien écoute, libre à toi.

Je parle de JV, pas de livres sinon. Ca c'est une autre question. Et parler du succès et phénomènes (Marvel) quand on parle qualité, est-ce bien pertinent ? ... Les films Resident Evil d'Anderson seraient dans ce cas à prendre au sérieux vu le "phénomène" en salles et le box-office.

Quant à Assassin's Creed et Splinter Cell et Warcraft donc, on verra bien. Inutile de les citer, on ne "sent" rien, y'a que de l'espoir à ce stade restons sérieux.

kick ass
06/11/2015 à 18:21

@klm

personnellement je ne suis pas du tout d'accord. pour moi cette "malédiction" des adaptations de jeux video au cinéma n'est absolument pas liée au support d'origine (d'ailleurs la qualité de la narration de certains jeux tels que Red dead redemption, GTA 4 ou encore heavy rain démentent largement ce point de vue et ce serait oublier qu'il y a quand meme eu quelques bonnes adaptations comme le film d'ANIMATION street fighter sorti en 1995 ou la web serie mortal kombat de kevin tancharoen) mais plutôt au respect de l'oeuvre originale.
il a fallu un peter jackson (un fan des livres) pour donner ses lettres de noblesse au seigneur des anneaux, il a fallu que marvel adapte son catalogue pour créer le phénomène que l'on connaît aujourd'hui, comme ubisoft est en train de le faire avec assassin creed ou splinter cell.
on assiste à l'amorce de ce mouvement pour les adaptations de jeu video. 2016 et 2017, vu les projets en préparation, pourraient être des années charnières

KLM
06/11/2015 à 16:46

Peut-être qu'on oublie aussi que tout n'est pas bon à adapter, et que le média JV n'est pas du tout le même que le cinéma. Super jeu, gros budget et super réal n'est pas forcément une bonne équation, même avec les meilleures intentions du monde...

votre commentaire