Cannes 2015 : la presse italienne critique durement le Palmarès des Coen

Jacques-Henry Poucave | 26 mai 2015
Jacques-Henry Poucave | 26 mai 2015

Avec trois films en compétition, l’Italie était sous le feu des projecteurs pendant le Festival de Cannes et ne s’attendait pas à repartir bredouille. Dans les médias transalpins, le Palmarès a des airs de violente gueule de bois.

Entre le Tale of Tales de Matteo Garonne, Mia Madre de Nanni Moretti et Youth de Paolo Sorrentino, l’Italie pouvait raisonnablement espérer ramener à la maison, sinon la Palme d’Or, au moins un tripotée de prix.

Il faut dire qu’entre les appels du pied racoleurs de Sorrentino à Fellini et Visconti, le néo-réalisme teinté de comédie pouet-pouet de Moretti et le baroque festoyant de Garonne, les italiens couvraient un très large spectre du Septième Art, susceptible de séduire un jury hétéroclite.

Il n’en fut rien, et aucun de ces trois sérieux concurrents n’a décroché le moindre prix. Un véritable camouflet pour une nation qui aura souvent été présente sur la Croisette. Cette dernière est en effet un soutien important d’un cinéma moribond, qui semble aujourd’hui tout à fait incapable de retrouver la qualité et la productivité qui furent la sienne jusqu’à l’orée des années 70.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les médias italiens l’ont mauvaise. De toute évidence, nombre d’entre eux estimaient que l’Italie ne pouvait revenir les bras vide du Festival.

La Reppublica n’y va pas de main morte et explique carrément que « Cannes déçoit l’Italie », évoquant une véritable trahison de la part du Festival. Le Corriere Della Sera décrit pour sa part une « défaite italienne à Cannes. »

La Stampa évoque « la grande amertume du cinéma italien. » Le journal va plus loin et estime que les frères Coen, Présidents du Jury, ont « liquidé en quelques mots la question Italie. »

Alberto Barbera, le directeur artistique du Festival de Venise, n’y va pas par quatre chemin et suppose que c’est l’absence d’une personnalité italienne dans le jury qui est responsable de ce palmarès :« Une personnalité de poids et de prestige réussit d’habitude à arracher quelque chose. »

Voilà qui est accorder bien peu de valeurs aux œuvres elles-mêmes, sans compter que nous aussi à Ecran Large, nous aurions aimé retrouver Youth et surtout Tale of Tales au palmarès.

Tout savoir sur Tale of Tales

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Lolita
26/05/2015 à 20:14

Un peu comme la France à l'Eurovision cette année, les films italiens avaient l'air de grand-mères, joliment fagotées mais usées jusqu'à la corde.
Bon, une Vieille Dame peut toujours jouer une finale mais de là à gagner en 2015...

movies
26/05/2015 à 20:10

Ben là pour le coup c'est plutôt la presse italienne qui est chauvine

berserk
26/05/2015 à 18:51

et vous les français vous en avez pas mare de devenir de plus en plus chauvin

sylvinception
26/05/2015 à 17:41

Ça se prends pour les rois du monde niveau ciné, ça leur fait pas de mal...
Et puis sérieusement vous en avez pas eu assez de récompenses ??

votre commentaire