Avengers : Robert Downey Jr. craque et descend violemment le cinéma indépendant

Jacques-Henry Poucave | 1 mai 2015
Jacques-Henry Poucave | 1 mai 2015

Au sommet de la chaîne alimentaire hollywoodienne, Robert Downey Jr. a profité de la tournée promo du blockbuster Avengers : L'Ere d'Ultron pour régler quelques comptes avec le cinéma indépendant et Alejandro Gonzalez Inarritu, réalisateur de Birdman.

A Entertainment Weekly, qui l'interroge sur la possibilité de tourner des films plus indépendants entre deux Marvel, le comédien a ainsi sorti un laïus pour étoffer son refus catégorique :

"Parce qu'ils sont épuisants et parfois nuls et on se dit, "Qu'est-ce que je pensais ?". Mais je suis intéressé par toutes sortes de films. Parfois les petits films sont ceux qui demandent le plus parce qu'ils sont du genre à dire, "Hey mec, on a quelques jours de retard. Tu penses que tu peux rester le jour de ton anniversaire et revenir le 4 juillet ? Et au fait, l'équipe, tu pourrais payer leur bouffe ? Ah et au fait, quand on ira à Sundance, est-ce qu'on pourra te mettre sur une chaise pour que tu vendes le film six jours d'affilée pour qu'on puisse se faire 160 euros quand il sortira dans une salle ?"

Photo Avengers

La superstar lâche ensuite qu'il considère que beaucoup d'artistes de ce petit monde qu'est le cinéma indépendant sont "inexpérimentés et nazes". Un discours inhabituel puisque les acteurs pêchent souvent des rôles à Oscars dans cet univers, et qui prête à sourire lorsqu'on considère que l'acteur a pu se racheter une carrière en passant par le case du cinéma indépendant à une époque où plus personne ne voulait de lui. Sans parler de la promo, bien plus lourde et exaspérante pour une superproduction.

Il n'y a qu'à regarder ses derniers films hors Marvel pour rire de ses propos : Le Juge était clairement une tentative de contrebalancer son image de comédien pop corn avec un rôle "sérieux" typiquement inscrit dans la tradition d'un cinéma indépendant (Robert Duvall a eu la nomination aux Oscars, pas lui), et il a assuré le service minimum dans #Chef pour rendre service à Jon Favreau (Iron Man, Iron Man 2), comme Scarlett Johansson, dans un de ces banals feel good movie indé qu'Hollywood s'est appropriés depuis les succès de Little Miss Sunshine et consorts.

 

The Avengers : l'ère d'Ultron

 

Visiblement à bout de nerfs après une tournée promotionnelle intensive pour vendre son dernier blockbuster, Downey Jr. a également confié au Guardian son sentiment sur Alejandro Gonzalez Inarritu, qui avait dit à la sortie de Birdman qu'il n'appréciait pas beaucoup les films de super-héros, ou en tout cas pas autrement que comme des machines à pop-corn. Le cinéaste, oscarisé depuis, avait même parlé de "génocide culturel". Iron Man rétorque, en pesant toutefois ses mots vu la popularité du réalisateur :

"Je le respecte énormément et pour un homme dont la langue natale est espagnole, être capable d'assembler une phrase comme "génocide culturel" montre à quel point il est brillant"

Une interview terminée à cause d'une question gênante, des propos sans langue de bois sur un cinéma qui offre régulièrement des Oscars sur des plateaux aux acteurs hollywoodiens : Robert Downey Jr. a semble t-il besoin de vacances.

 

commentaires

Yop Yop
02/05/2015 à 09:02

Vous connaissez la loi de la Gravité : Tous ce qui monte un jour redescend inéluctablement.

Ann Perkins
02/05/2015 à 00:29

@Postman et ses homologues pseudo cinéphiles experts
"Tout le monde a deux métiers : le sien et critique de cinéma" Truffaut serait sur le cul s'il était encore en vie et sur Twitter

Judged
02/05/2015 à 00:28

@Postman
C'est écrit "inscrit dans la tradition d'un ciné indé étriqué"
Et c'est totalement vrai : les studios (notamment en créant des filiales indé) ont recopié le schéma respectable de ce ciné auteurisant
Le Juge, avec sa belle leçon de vie, est précisément là dedans
Comme Un été à Osage Country, qui regorge de stars mais a l'apparence de ces produits estampillés Sundance

Faudra un jour commencer à juger le "professionnalisme" des cinéphiles autoproclamés qui se répandent en commentaires mauvais sur tous les sites, genre "ouai moi aussi j'ai un avis, donc je peux faire ton job".
C'est comme ça qu'on se retrouve à Noël avec des vieux qui te disent "ouai le bleu de Klein moi aussi je peux le faire"

Spip
01/05/2015 à 18:33

Oh.... Mais c'est qu'il va nous exploser à nouveau en plein vol, notre RD JRr !
Il a oublié que quand on bosse pour Disney, il faut attendre la fin de son contrat pour ça .;

postman
01/05/2015 à 17:37

RDJ est devenu aussi boursoufflé que Tony Stark : un ego énorme, un humour de plus en plus lourdingue et embarrassant. ceci dit, l'acteur est bon (Kiss Kiss Bang Bang !). Et un type qui crache sur Birdman a toute ma sympathie ...
Quant à qualifier Le Juge (produit par Warner) de film indé, EL démontre encore une fois son professionnalisme...

Mad
01/05/2015 à 17:24

Jamais aimé ce connard prétentieux et ces nouvelles paroles de sa part me donnent raison. Un bel abruti qui tourne dans des films de merde . Honnêtement les deux seuls bons film que j'ai vu avec lui c'était Zodiac de David Fincher, (et même dans son rôle mineur il m’exaspérait) et Chaplin de Richard Attenborough où il se montre être quelque peu talentueux dans un rôle au cinéma.

votre commentaire