Game of Thrones saison 5 : on a vu le premier épisode en avant-première

Simon Riaux | 10 avril 2015
Simon Riaux | 10 avril 2015

Le jeudi 9 avril avait lieu l’avant-première parisienne de Game of Thrones saison 5, grâce à l'action conjointe d'OCS et de Canal Sat. Journalistes, blogueurs et fans se pressaient dans la grande salle du MK2 Bibliothèque pour découvrir le premier épisode, s’adonner aux joies du fan service et récupérer quelques précieuses goodies. Retour sur une soirée d’exception.

 

FEED THE FAN

On pourra dire ce qu’on veut, mais la série HBO adaptée des écrits de George R.R. Martin a probablement les fans parmi les plus passionnés et dédiés de leur époque. Il suffisait d’approcher à moins d’un kilomètre du lieu de la projection attendue pour sentir les vibrations d’excitation émanant des centaines de spectateurs se pressant pour découvrir la chose.

Accueilli à coups de badges aux couleurs des grandes familles de Game of Thrones (Lannister, Stark, etc…), les spectateurs s’installent fébrilement. L’heure qui suivra témoignera de la ferveur qui les anime et du phénomène culturel qu’est devenu le show. Toutes les générations, âges et sexes sont réunis, et tout ce petit monde twitte furieusement, s’amuse et rigole de voir ses messages retranscrits sur le grand écran.

Hôtes et hotesses grimés en personnage du show déambulent sur scène et dans les allées, occasionnant accolades selfies sauvages et autres mciro-happening de fans service qui récauffent instantanément l'ambiance. La tension monte progressivement alors que résonne dans le MK2 Bibliothèque les accords de la célèbre série, tandis que les spectateurs fièvreux comparent la taille de leur fanatisme.

C’est bien simple, l’ambiance rappellerait presque un concert de Dorothée, mais avec une pilosité moyenne nettement plus élevée. Et à chaque morceau de bande-annonce, trailer, ou discours des organisateurs, la pression monte encore. Alors que les lumières s’éteignent, c’est un raz-de-marée de cris et de hurlements qui s’abat sur la salle.

Les spectateurs sortiront de la salle une bonne heure plus tard, visiblement repus et en proie à la folle excitation d'avoir pu découvrir en avant-première l'entame de cette saison 5 extrêmement attendue. Et comme une bonne chose n'arrive jamais seule, ils sont accueillis à cet instant par deux activités prisées des journalistes et autres gourgandins coureurs d'évènements. Un bar sur la gauche, et une série d'activités etd e stands photos sur la droite. 

On se gardera bien de vous dire qui a couru se faire photographier en compagnie d'hôtesses à la patience infinie et qui a juger plus sûr de ne pas risquer la déshydratation, mais une chose est sûre, tout ce beau monde semble avoir pris un pied phénoménal.

 

Et l’épisode dans tout ça ?

 

On l’oublierait presque, l’idée centrale de l’événement était tout de même de nous permettre de découvrir le tout premier épisode de la saison 5 de Game of Thrones. Rassurez-vous, nous n’allons pas vous spoiler en long en large et en travers cette introduction extrêmement attendue, qui sera révélée au monde entier le 12 avril prochain.

Si les déçus du show ou ses plus virulents critiques reprocheront à cet épisode inaugural un certain immobilisme, voire une volonté d’étirer au maximum chaque enjeu et situation, on se gardera bien de spoiler sans pitié. Voilà ce que nous pouvons vous dire sans déflorer l’intrigue (de toute façon très pauvre en rebondissements).

Cette première incartade dans le Royaume de Westeros a logiquement pour but de remettre les compteurs à zéro, de permettre à tout le monde de se reconnecter avec un univers dense et ses enjeux. En cela, l’épisode fait très bien le job. Carré, simple sans trop manquer d’intensité, il a le bon goût d’être à peu près clair et didactique.

Notons que bien sûr, les dragons sont toujours aussi impressionnants et nous offrent une brève séquence, qui souffrait hélas d’un bruit numérique envahissant, mais dont les effets spéciaux laissent entrevoir d’infinies possibilités en matière de spectaculaire.

Une fois n’est pas coutume, les passages les plus réussis de l’épisode seront probablement ceux dédiés à Jon Snow (Kit Harington), qui bénéficie enfin d’une dramaturgie comparable à celle des autres personnages et laisse entrevoir un arc narratif conflictuel et riche. On n’y croyait plus.

On est beaucoup plus circonspects en revanche quant au traitement réservé à la pauvre Emilia Clarke, dont le rôle de Mère des Dragons s’apparente de plus en plus clairement à celui d’une petite bourgeoise trépanée en plein délire mégalomane. Une platitude qui pourrait être prochainement contrebalancée par sa rencontre avec un autre personnage essentiel de la mythologie, capable de charpenter un peu plus avant ce personnage qui a tendance a f.

Tyrion de son côté ne nous surprend pas outre-mesure, mais se voit également offert un parcours qui devrait le transformer radicalement, et nous permettre de le découvrir dans un contexte fort différent de l’aristocratie de Port-Réal.

Bien sûr, Cersei (Lina Headey) tient toujours le haut du pavé, grâce à une prestation entre sincère humanité et profonde perversité. Les lecteurs du roman verront ici et là les indices des profonds bouleversements qui l’attendent et devraient faire les belles heures de cette saison 5.

 

Résultat des courses, un épisode propre, efficace, mais particulièrement avare en développements de l’intrigue. Soit une mise en bouche idéale, mais qui réclamera rapidement de la part de Game of Thrones une accélération de sa narration pour que le show ne retombe pas dans certains de ses travers.

Au vu des enjeux de taille qui attendent la série de HBO, désormais obligée de se séparer des écrits de George R.R. Martin, dont le rythme de publication ne colle pas aux exigences télévisuelles, on peut parier que les scénaristes n’hésiteront pas à mettre un gros coup d’accélérateur narratif.

 

Pour les plus fans hardcore : vous pourrez suivre la saison 5 de Game of Thrones à l’heure américaine, puisqu’elle sera diffusée sur OCS et CANALSAT tous les lundis à 3h du matin en direct des US puis, pour les moins téméraires, retransmise à 20h55. 

Tout savoir sur Game of Thrones

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
bnen,n
12/04/2015 à 19:33

- Intro flashback inutile
- Boobs au bout de 10 minutes pour les spectateurs masculins
- Triplettes de paire de fesses pour les femmes et les gays
- Encore une scène d'entrainement du côté du mur
- Scènes et dialogues inutiles

5-10 minutes de scènes qui font avancer (lentement) l'intrigue. Il n'y a pas de doute GOT is back.

Game of Trône
12/04/2015 à 10:46

GOT c'est la série des gros beaufs qui veulent matter des femmes nues et voir de la violence sous couvert de création artistique. Un peu comme ceux qui s'abonnaient à Canal Plus pour mater du foot et le porno du mois.

claypool
12/04/2015 à 00:28

sa voudrais dire que got se déciderais enfin à raconter quelque chose ??? non, c'est impossible !!

votre commentaire