Films

Discworld : Terry Pratchett est mort

Par Christophe Foltzer
13 mars 2015
MAJ : 26 octobre 2018
1 commentaire
default_large

Il y a des phrases que l’on n’a pas envie d’écrire, des articles qui nous répugnent, mais nous n’avons pas le choix. Ainsi est faite la vie. Or, donc, le génial Terry Pratchett nous a quitté hier, laissant derrière lui une oeuvre gigantesque qu’il est urgent de redécouvrir.

Certains auteurs semblent avoir tout compris dès le départ. En créant l’univers de Discworld, Terry Pratchett avait prouvé qu’il en faisait partie. Détournant les codes de l’heroic fantasy avec son humour absurde, en droite lignée de celui des Monty Pythons, Pratchett avait fait souffler un vent nouveau sur le genre et on l’en remerice. Comment en effet résister aux déboires de Rincevent, à La Mort qui déprime et s’engage dans la Légion, au petit gamin capricieux qui fait un pacte avec le diable ou encore au troll qui tente de monter son groupe de rock ?

Riche d’une trentaine de romans, Les Annales du Disque-Monde avaient explosé dans les années 90 chez la jeune génération grâce aux trois excellents jeux vidéos qui en avaient été adaptés. Retors et exigeants, ils font toujours partie des modèles du genre. Hormis une mini-série adaptée de l’univers d’Ankh-Morpork en 2008, reprenant La huitième couleur et Le huitième sortilège, au final très moyen, Discworld n’a jamais connu les honneurs d’une transcription à sa hauteur.

Terry Pratchett, anobli en 2008, souffrait d’une forme rare de la maladie d’Alzheimer et avait entamé une procédure de suicide assisté en 2011. Selon son éditeur, il serait « mort à son domicile, son chat endormi sur son lit, entouré par sa famille« . Mais Pratchett n’est pas parti n’importe comment et son compte Twitter s’est permis d’officialiser l’évènement à sa manière.

Ainsi, son compte a publié un message de La Mort lui-même, comme toujours avec lui, écrit en majuscules :

« DESORMAIS, SIR TERRY, NOUS DEVONS MARCHER ENSEMBLE. » Suivi peu de temps après par un nouveau tweet, beaucoup plus poétique :

« Terry a pris le bras de La Mort et le suivit à travers les portes et dans le désert noir sous la nuit éternelle« .

Avant que La Mort ne mette un terme à la conversation avec un simple « THE END« 

C’est donc un immense écrivain qui nous quitte aujourd’hui et il nous manquera énormément. Pour ceux que l’heroic fantasy rebuterait, on ne saurait que trop leur conseiller de se jeter sur De bons présages, l’exceptionnel roman co-écrit avec Neil Gaiman.

See you in space, cowboy.

Rédacteurs :
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bolderiz

R.I.P.