Mike Nichols est mort à 83 ans, le Nouvel Hollywood est en deuil

Simon Riaux | 20 novembre 2014
Simon Riaux | 20 novembre 2014

L'un des plus grands cinéastes américain, figure du Nouvel Hollywood, vient de nous quitter. Mike Nichols est décédé le mercredi 19 novembre, il avait 83 ans. Sans lui, les carrières d'Elizabeth Taylor et Dustin Hoffman eurent été bien différentes...

Enfant d'immigrés russes juifs, il grandit à New York. Il fit ses débuts sur les planches, dans un duo comique qu'il anime avec Ellen May. Il poursuivra au théâtre, se tournant progressivement vers la mise en scène, jusqu'à réaliser son premier film. Ce dernier, Qui a peur de Virginia Wolf est un véritable choc, qui vaudra à Elizabeth Taylor de remporter un Oscar.

Un an plus tard, il transforme Dustin Hoffman en star internationale avec le métrage qui demeurera son chef d'œuvre, Le Lauréat, dont la bande-originale hante encore aujourd'hui le cœur de tous les cinéphiles.

Comédie dramatique et transgressive, l'histoire met aux prises un jeune homme achevant ses études alors qu'une amie de ses parents, Ms Robinson, entreprend de séduire ce jeune mâle encore vert. Entre subversion d'une société mourante, rupture des codes et sensualité lumineuse, Le Lauréat s'impose rapidement comme une œuvre culte, qui dépasse rapidement son statut de classique générationnel pour devenir un des emblèmes du Nouvel Hollywood.

Si le reste de la carrière de Nichols fut d'une admirable tenue, il ne retrouva pas la grâce de ces deux premières œuvres. Il collabora néanmoins avec nombre de comédiens prestigieux, de Meryl Streep, Harrison Ford, Jack Nicholson, en passant par Natalie Portman ou encore Julia Roberts... et même J.J. Abrams, qui fait une brève apparition dans À Propos d'Henry !

Du Mystère Silkwood à Primary Colors en passant par l'impressionnant Closer : entre adultes consentants, Le réalisateur aura ausculté les rapports humains et sociaux à l'aune de la séduction, de la sexualité, questionnant la dimension de pouvoir et d'émancipation inhérente à la sexualité de ses personnages.

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire