Les Animaux fantastiques 3 est bien un incroyable bide au box-office qui met la saga en péril

Lino Cassinat | 6 juin 2022 - MAJ : 06/06/2022 12:29
Lino Cassinat | 6 juin 2022 - MAJ : 06/06/2022 12:29

La Warner n'a pas pu sauver Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore du bide annoncé au box-office, la franchise est désormais en péril.

Avec le DCEU et l'univers d'Harry Potter dans son escarcelle, le chemin vers le dollar semblait tout tracé pour la Warner depuis l'avènement de la mode des univers étendus il y a bientôt 15 ans. Quinze ans après justement, la situation est tout sauf simple, et alors qu'on ne vous refera pas le topo sur les déboires du DCEU, Warner vient peut-être de tuer sa deuxième licence la plus lucrative avec Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore.

Malgré les multiples opérations déminages en catastrophe (dont le départ de Johnny Depp), ce troisième opus de David Yates avec Eddie Redmayne, Jude Law et Mads Mikkelsen est un échec cuisant.

 

Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore : photo, Eddie RedmayneUn échec qui Fumseck

 

LE CONTEXTE harry potter & ses animaux

Il faut dire qu'avant même qu'une seule image du film ne soit tournée, le projet partait de loin, très loin. D'abord, parce que la plus grosse star de la franchise était embourbée dans une affaire de violences conjugales, et si l'affaire était loin d'être nouvelle au moment de lancer le tournage, elle a pris un nouveau mauvais tour pour Johnny Depp pendant la phase de pré-production. En 2018, l'acteur intente un procès en diffamation contre The Sun, un tabloïd anglais qui l'avait qualifié de "wife-beater", quelqu'un qui bat son épouse.

Le tribunal rend son verdict en 2020 et juge que les qualificatifs du Sun étaient "substantiellement vrais", car "la grande majorité des agressions présumées ont été prouvées". Aussi sec, Warner lui demande d'aller voir ailleurs en échange d'un gros paquet d'argent alors que le tournage a déjà commencé. On passera rapidement également sur l'impopularité de l'autrice et scénariste J.K. Rowling, l'incarcération en 2021 de l'acteur Kevin Guthrie pour agression sexuelle ainsi que sur le cas Ezra Miller, régulièrement cité dans des histoires d'agressions, et dont les multiples arrestations à Hawaï quelques jours avant la sortie du film à cause de son comportement violent ont encore dégradé l'image de la franchise.

 

Mads Mikkelsen : photoIl a bien changé Johnny Depp

 

De l'extérieur, la franchise n'a donc déjà pas une tronche de porte-bonheur, mais rassurez-vous, de l'intérieur, c'est pire. Après le succès financier et artistique du premier Les Animaux Fantastiques, la franchise s'auto-administre une petite douche froide avec Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald. Alors que le premier film avait rapporté un joli pactole de 814 millions de dollars dans le monde pour un budget de 180 millions de dollars, le deuxième opus ne récolte que 654 millions pour un budget de 200 millions de dollars, très majoritairement à l'international qui plus est. C'est tiède.

Mais plus inquiétant encore, en plus de cette mollesse économique, la réception artistique du film n'est pas bonne non plus, et pas seulement auprès de fameux et éternels râleurs de la critique bla bla. Même si les journalistes n'ont pas été tendres - loin de là -, le public ne ressort pas particulièrement enthousiaste non plus, et les différents agrégateurs de notes en ligne en attestent. On trouve notamment un B+ sur CinemaScore, ce qui peut sembler correct dans l'absolu, mais n'est en réalité vraiment pas terrible pour ce type de notation, et montre que le monde des sorciers est sur de mauvais rails.

 

Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore : Photo Jessica Williams, Callum TurnerNon c'est par là je te dis

 

Prudente, la Warner n'alloue d'ailleurs "que" 200 millions de dollars au budget production du troisième film, soit la même somme que pour le deuxième au lieu d'une classique augmentation. La confiance ne règne clairement pas, et les choses ne vont pas en s'améliorant alors que le tournage est interrompu à cause d'un cas de Covid en février 2021... et n'annonce jamais sa reprise.

Le compositeur James Newton Howard lance même l'info complètement au hasard trois semaines après dans Deadline : le tournage est terminé. Une communication pour le moins curieuse. Bien que cette fin arrive quatre mois après le début des prises de vues, ce qui semble un temps de production tout à fait normal, il ne reste qu'une déduction possible : le tournage s'est arrêté prématurément, ce qui n'est encore pas bon signe (en atteste la saison 2 de His Dark Materials).

 

Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore : Photo Jude Law, Richard CoyleJe m'en fiche, mon patronus n'est pas un cygne

 

LA SORTIE des ANIMAux fantastiques 3

Avec autant de boulets aux pieds, il est assez peu étonnant que Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore se plante dès l'ouverture, mais avec seulement 45 millions de dollars récoltés le week-end de sa sortie à domicile, avec le lundi de Pâques férié et sans aucune concurrence directe ou sérieuse, le plantage devient impressionnant.

C'est à peine mieux que les 39 millions de Morbius la semaine d'avant. Même si le monde des sorciers prend la tête du box-office américain sur la totalité du week-end, il n'y a vraiment pas de quoi se vanter. D'ailleurs, Sonic 2 lui met une petite baffe humiliante en chipant la première place sur la journée du lundi férié alors qu'il est sorti une semaine plus tôt.

À l'international, les chiffres sont meilleurs, sans être mirobolants, puisque le film récolte en deux semaines 150 millions de dollars. Sans surprise, c'est notamment en Europe que Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore parvient à quelque peu se rattraper, notamment en France, en Allemagne et au Royaume-Uni - of course. Plus étonnant, le Mexique, le Brésil et surtout le Japon sont également au rendez-vous. Ce dernier territoire sera d'ailleurs celui qui affichera le meilleur score à l'arrivée : 34 millions de dollars. Pendant ce temps, la Chine rapporte tout de même 27 millions de dollars, mais c'est une goutte d'eau par rapport à son potentiel.

 

Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore : Photo Oliver Masucci, Valerie PachnerLes nouvelles de Gringotts sont mauvaises

 

En bout de course, l'international sauve donc Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore du naufrage de grande ampleur - disons qu'on est passé du Titanic à la Méduse. Résultat final : 396 millions de dollars amassés en tout et pour tout, pour un coût de production de 200 millions de dollars - ce qui n'inclut pas les frais marketing... -,  dont 76% viennent de l'international. Voici donc la source de la catastrophe, un chiffre pour résumer l'ampleur de l'échec : l'Amérique du Nord a rapporté seulement 95 millions de dollars, même pas le double du score au démarrage.

Alors, on n'est certes pas dans l'oubliette où a été jeté Morbius, mais pas la peine non plus de la ramener avec Sonic 2, sorti à la même période. Les scores sont à peu près similaires, mais les coûts engagés n'ont rien à voir pour le hérisson bleu : 385 millions de dollars (dont 48 % sur le marché américain, le plus lucratif pour les studios) pour seulement 110 millions de dollars de budget de production. Quant à The Batman, la précédente sortie de la Warner, il plane évidemment loin au-dessus avec ses 770 millions de dollars. Bref, on est dans le bas du bas de la concurrence.

 

Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore : photoComme un air de constat d'échec

 

LES CONSÉQUENCES du bide des animaux fantastiques

Au sein de l'univers Harry Potter et du monde des sorciers, Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore est le pire tout. Pire démarrage, pire box-office, pire rendement, bref, le vilain petit canard ultime. Il n'y a que sur la réception de film que cet opus semble ne pas finir complètement dernier au sein de la franchise, puisqu'il récolte encore un B+ sur CinemaScore auprès du public comme son prédécesseur, et reçoit 47% de critiques positives sur Rotten Tomatoes. C'est mauvais, mais par miracle, moins pire que le 36% de Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald (en mathématiques fondamentales, on appelle cela l'effet Mikkelsen).

On ne va pas se mentir, un tel échec au sein d'une marque déjà mal en point, tant du point de vue de sa réputation qualitative que de son image, signe probablement un arrêt de mort. D'autant plus que Warner a changé de propriétaire entre le moment où le monde des sorciers a été relancé en 2016 et maintenant, et qu'on voit mal la nouvelle entité-mère s'encombrer d'un organe qui fait peu, voire pas, d'argent, mais beaucoup de scandales.

Pour vous donner une idée du profil, le nouveau PDG David Zaslav a piqué une colère en apprenant que Warner avait produit le dernier Clint Eastwood parce que le réalisateur n'est pas rentable depuis au moins deux films, et on parle là de 30 millions de dollars, pas 200.

 

Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore : Photo Victoria YeatesOn ne va pas se battre pour trente millions quand même ?

 

Aucune chance donc pour que cet amoureux incontestable du cinéma et de la culture ne fasse de l'acharnement thérapeutique sur un corps qui saigne de toute part, et qui en plus est le fruit d'un contrat signé par la précédente direction de Warner, dont l'engagement ne se limitait par ailleurs qu'à faire au moins une trilogie. Voilà, elle est faite donc, et le rédacteur de ces lignes prend le pari devant vous que les deux films supplémentaires voulus par J.K. Rowling seront débranchés ou sortiront sur la poubelle à projets cinéma de Warner : HBO Max.

Si on pousse les déductions un cran plus loin et qu'on entre dans la zone purement spéculative, quelques éléments tendent à faire penser que la nouvelle direction du studio s'est même un peu débarrassée du projet : le budget stagnant, la non-reprise du tournage en février 2021, le montage et ses raccords bâclés... Seul le temps nous le dira (peut-être), mais à minima, il semble que l'envie n'est plus là, comme un certain X-Men : Dark Phoenix passé non sans heurt de Fox à Disney, il s'agit plus d'honorer un contrat qu'autre chose. Quelque part, la mission de Warner a été accomplie : l'obligation a été menée à terme sans trop de casse pour le studio.

 

Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore : Photo Eddie Redmayne, Callum TurnerAllez, maintenant je rentre à ma maison

 

Si on élargit encore les perspectives, dans le grand ordre des choses, c'est surtout J.K. Rowling qui se retrouve dans une sacrée panade. Après tout, le casting continuera sa vie, la plupart des acteurs qui le composent avaient déjà une carrière en dehors des Animaux Fantastiques. Le réalisateur David Yates reste un faiseur reconnu, qu'on aime ou pas son style, il continuera sûrement à réaliser. Warner ne mourra clairement pas à cause de cela, et même le monde des sorciers continuera à vivre par d'autres biais, notamment Hogwarts Legacy : L’Héritage de Poudlard, qui, on l'espère, ravira les fans.

Mais pour l'écrivaine, entre ses propos transphobes qui l'ont envoyé dans le placard de Twitter et la probable fin avec perte et fracas de la série de films qu'elle a personnellement supervisée, l'horizon semble bien bouché. Heureusement pour elle, elle est avant tout romancière. Et il suffit de pas grand-chose pour écrire, même pas besoin de collaborateurs ou de studio : seulement du papier, de l'encre et une chambre avec vue. Allez, à bientôt pour le tome 8 d'Harry Potter.

Tout savoir sur Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Un fan d'HP
14/06/2022 à 13:33

Ces films s'éloignent de l'univers Harry-Potter. Des effets spéciaux à tire larigot, des incohérences avec la saga initiale, trop de personnages...
Ce que les fans auraient voulu c'est une franchise sur les origines de Poudlard ou de Voldemort avec un autre réalisateur que Yates si possible !

Tulipe
08/06/2022 à 20:22

Très bon article

Il faut comprendre que le succès de la saga Harry Potter repose avant tout sur ses personnages : Harry, Ron et Hermione
Sans ces personnages, le succès ne sera jamais au même niveau.

La question est donc de savoir si ça vaut le coup de continuer à faire des films dans cet univers.
Regardez l'univers du Seigneur des Anneaux, il n'y a aucun film depuis la saga du Hobbit alors que le lore est extrêmement riche

Faire davantage de films en essayant de les lier à Harry Potter (alors qu'il n'y est pas) risque de dénaturer encore plus la saga

Beati-mortui57
07/06/2022 à 23:14

J'ai rarement vu une bande annonce de film aussi ridicule que celle de ce film...
De plus, Johnny Depp présumé coupable avant le procès je suppose que ça a dû jouer beaucoup aussi.

Gogol 1er
07/06/2022 à 11:58

Je sais pas ce qui vous chagrine autant, mais il était très bien ce film

commententateur réaliste
07/06/2022 à 10:42

Quel article empreint de mauvaise foi !
Un article en anglais expliquait il y a quelques jours les raisons majeures d'un "bide" (à 400 millions de recettes tout de même, un vrai vrai bide !!) :
-En Chine, les grandes villes étaient confinées très strictement : ça explique le petit score là-bas.
-Pas de sortie en Russie = 20 millions de recettes en moins
-Aux Etats-Unis, certes une lassitude pour tout ce qui n'est pas un film de super-héros ou presque, mais aussi car une grande partie de l'audience du Wizarding World est féminine, et âgée d'environ une trentaine d'années, catégorie de la population dont il a été prouvé que c'était les plus phobiques du Covid et qui ont encore beaucoup de mal à revenir au cinéma
-En France, on ne compte plus les films qui ne dépassent pas leur potentiel et les articles qui déplorent la désertion des salles de cinéma (Le Figaro, Le Monde, ...), malgré, c'est vrai des succès épisodiques (No way home, Top Gun probablement)
-Une inflation monstre dans de nombreux marchés, notamment aux US, Royaume-Uni et Europe : on va moins au cinéma, on s'accorde moins ce plaisir surtout si on en a perdu l'habitude
-Le goût de plus en plus prononcé pour le streaming tranquille à la maison, boosté par les sorties aux US sur les plateformes dès 45 jours après la sortie, en l'occurrence sur HBOmax ici, plateforme sur laquelle le film est numéro 1 depuis une semaine, accompagné de ses deux préquels dans le top 10 (chiffres qui seront évidemment pris en compte pour la suite)

Pour ce qui est de J. K. Rowling et de ses accusations de "transphobie' proférées par le tribunal populaire Twitter, je peux vous garantir que même des gens déçus de ses propos n'en ont eu rien à faire et sont allés voir le film, donc cela n'a eu que très peu d'incidence à mon avis

Pour l'histoire du 'budget', la raison de sa stabilité a déjà été évoquée par plusieurs autres articles, la crise du Covid a entrainée une nécessaire maitrise des couts face à un exercice comptable au chiffre d'affaire en chute libre...

Si cet opus est un "incroyable bide", alors 'Dune' aussi (394 millions), pourtant il y a bien une suite en prévision, et un budget à 9 chiffres.

Anonyme sympa
07/06/2022 à 09:56

J'y suis pas allé le voir pour les mêmes raison que tout le monde, justice pour deep et faire redescendre hollywood de leur emprise totale

orteils
07/06/2022 à 09:25

il y a un péché originel de la franchise : pas intéressant.
c'est un mauvais choix de spin off qui ne se rattrapera pas.

pour les propos de JK Rowling.... comme d'habitude la police de la pensée et le tribunal des andouilles sur les réseaux font le travail...

Vulfi
07/06/2022 à 00:40

@Ari

Des propos transphobes, si si, et qui vont de paire avec des prises de positions plus que douteuses au cours de ces 3 dernières années. On n'est pas vraiment dans le cas d'une personne qui aurait été "mal interprétée" une fois.

J. K. Rowling a pris elle-même de son temps sur les fameux réseaux sociaux pour publier des messages border et soutenir des personnes transphobes. Je pense notamment à son soutien très franc adressé à Maya Forstater, laquelle affirme que "les femmes trans sont des hommes" et refuse d'utiliser un pronom féminin pour parler d'une femme trans. La transphobie dans tout ce qu'elle a de décomplexé quoi.

D'ailleurs, enfin, nul "groupe pression" n'a envoyé JK Rolling "en enfer". Elle continue d'être une puissante femme en Angleterre, multimillionnaire et lue dans le monde entier. Il faut à mon sens prendre le problème à l'envers : J. K. Rowling fait perdre un temps et une énergie précieuses aux personnes sensibles et sensibilisées qui ont le courage de déconstruire son discours réactionnaire, qui ont le courage de répondre à personne suivie par 14 millions de fans sur Twitter.

Ari
06/06/2022 à 22:00

"Des propos transphobes"
Ou plutôt une ironie originale - voire mordante - qui a été prise et interprétée comme de la transphobie sur un réseau "social" où un groupe de pression peut aisément vous envoyer en enfer.
La seule erreur de J.K. Rowling est d'avoir fait confiance à une major, qui comme toutes les majors, se refuse au moindre risque médiatique, quel qu'il soit.
Tiens, et je savais pas que Ezra Miller jouait aussi dans cette franchise.

Tom3
06/06/2022 à 21:50

Sans Depp c'est non

Plus
votre commentaire