Spider-Man : vous souvenez-vous de la bande-annonce censurée du film ?

Antoine Desrues | 3 mai 2022 - MAJ : 03/05/2022 10:50
Antoine Desrues | 3 mai 2022 - MAJ : 03/05/2022 10:50

Par rapport à Doctor Strange 2, le premier Spider-Man de Sam Raimi n'a pas connu une promotion facile. Retour sur l'histoire de sa bande-annonce censurée.

Avec le temps, on s'est habitué à la promotion massive des films du Marvel Cinematic Universe, entre bandes-annonces sorties en grande pompe et abreuvement incessant d'anecdotes et de teasing tendance Panzer Division. À vrai dire, le marketing du MCU est devenu presque triste par sa métronomie implacable.

Pourtant, il n'en a pas toujours été ainsi. Alors que Doctor Strange in the Multiverse of Madness ramène ce cher Sam Raimi sur le devant de la scène, il est bon de rappeler que le bonhomme a bouleversé le champ super-héroïque avec le premier Spider-Man, sursaut terminal du genre face au succès du X-Men de Bryan Singer.

Néanmoins, Spider-Man est allé bien au-delà du simple carton (plus de 820 millions de dollars de recettes mondiales), et est devenu instantanément un phénomène pop-culturel, émerveillant ses spectateurs par la puissance de son imagerie, enfin capable grâce aux technologies numériques de traduire les super-pouvoirs de son héros en collants.

 

Spider-Man : photoTout un symbole

 

Mauvais timing

Et pour cela, il faut revenir à l'été 2001, durant lequel les cinémas américains ont diffusé la première bande-annonce du long-métrage, prévu pour sortir l'année suivante. Avec ses teintes sépia et son montage expérimental, bardé d'inserts rapides, de fondus enchaînés et de contre-jours, on se croirait dans le prochain Tony Scott. C'est raccord, puisqu'on y suit une bande de criminels en plein braquage de banque, avant leur fuite en hélicoptère entre les buildings de Manhattan.

Soudainement, l'engin se bloque, comme tracté, avant de se retrouver entoilé entre les deux tours du World Trade Center. D'un travelling arrière vertigineux, toute l'ampleur du blockbuster se dévoile, avant d'enfin raccorder sur son super-héros jusque là suggéré de manière métonymique. L'image est marquante : dans le reflet de la lunette de son masque, les Twin Towers s'imprègnent sur Spider-Man, pour faire officiellement de lui le protecteur de New York.

 

 

Et puis, le monde s'est arrêté de tourner. Le 11 septembre 2001, les yeux du monde entier sont rivés sur les tours du WTC, détruites lors des attentats d'Al-Qaïda. Une certaine idée du pouvoir américain s'écroule, littéralement et métaphoriquement, dans ce symbole fort. Face au traumatisme de toute une nation, Sony Pictures décide, comme toutes les autres majors hollywoodiennes, de supprimer toute représentation des tours dans ses films en cours de production, comme pour effacer de la réalité de ses fictions une plaie béante.

En toute logique, Spider-Man est particulièrement touché par ce processus, entre affiches remaniées (on y voyait là encore les tours dans le reflet de ses yeux) et séquences retournées. Mais surtout, la bande-annonce du film se voit tout bonnement censurée, avant d'être remplacée par un trailer plus standard, résumant le concept du long-métrage.

 

Spider-Man : photo, Tobey Maguire, Willem DafoeLa pression

 

De retour sur la toile

Depuis, ces images disparues n'ont cessé de gagner une forme d'aura fantasmatique, tel un angle mort qu'il est passionnant de réinvestir. Pendant des années, quelques initiés ont réussi à remettre la main sur la bande-annonce, mais en la postant sur YouTube dans des qualités très discutables.

Cependant, en 2019, un joli moment d'archéologie cinématographique a eu lieu. La chaîne YouTube YoshiKiller2S a expliqué avoir trouvé une copie 35mm de cet outil de promotion censuré, avant de l'avoir scanné en 4K, sans retouches.

Est-ce que le contenu de cette bande-annonce était à l'origine prévu pour être dans le film ? Difficile à dire, même si son style très différent du reste du métrage laisse supposer que ces images étaient réservées au marketing. Néanmoins, d'autres rumeurs prétendent le contraire, et pensent même que la séquence devait débuter le film, avant de déclencher un flashback sur les origines du super-héros. Vu la façon dont Spidey est longtemps gardé dans le hors-champ pour créer une montée en puissance, cela aurait pu donner une introduction fascinante. En tout cas, il est désormais possible de profiter de ce petit objet d'histoire dans toute sa splendeur, tel un morceau d'uchronie.

 

Spider-Man : photoFace à l'horreur, l'impuissance

 

Comme si Spider-Man avait été privé à tout jamais d'un des attributs de sa ville, il est passionnant de voir à quel point le film de Sam Raimi a été touché par ce choc collectif, explicité dans cette scène où la foule s'insurge contre le Bouffon vert dans un élan patriotique. Si on touche à Spider-Man, on touche à un symbole new-yorkais.

Sans le vouloir, l'Araignée a d'ailleurs accompagné à sa manière le poids de l'attaque. Si les comics se sont souvent amusés à repenser l'histoire, il aurait été indécent de l'envisager ici. En décembre 2001, Marvel a donc publié le numéro spécial de The Amazing Spider-Man Vol. 2 (le 36e), connu pour sa double page où Spidey ne peut que contemplé, horrifié, les ruines du World Trade Center. Avant l'hégémonie du genre super-héroïque à laquelle Sam Raimi participe maintenant avec Doctor Strange 2, il a fallu envisager son impuissance. Spider-Man a-t-il reculé pour mieux sauter ? Sans doute.

Tout savoir sur Spider-Man

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
wilson
07/05/2022 à 18:05

Et comment que je m'en souviens, je lai toujours sur mon disque dur

Pseudo1
03/05/2022 à 17:18

Je m'en rappelle, découvert en salles avec mes yeux d'ado: un ressenti énorme (ça y est, il prend vie!) rapidement combiné à une aura presque mythologique (le trailer disparu). Je l'ai longtemps gardé sur mon ordi de l'époque avant de le perdre. Merci pour cette sortie des limbes, la rédac !

Et punaise, même aujourd'hui, il a une sacré gueule ce trailer, en plus de réussir à donner envie de voir le film sans montrer grand chose finalement.

Marvelleux
03/05/2022 à 15:20

Merci pour la bande originale. Je me rappelle comme si c'était hier. Elle a même été diffusé en france en vostfr (emission Exclusiv sur TF1 avec frederic jolie et valerie benaim).

JR
03/05/2022 à 12:13

J'étais jeune projectionniste à cette époque, et effectivement, on a reçu une consigne express d'enlever les teaser des 1ere parties et retirer les affiches préventives. La bande annonce résonnait très tristement ce jour là.
Bel article.

Numberz
03/05/2022 à 12:01

Oui.

Mais je préfère en terme de mauvais timing celui des Lone Gunmen

Oh
03/05/2022 à 11:20

Bluffé par votre article. Bravo

votre commentaire