Après Jurassic World 2, Juan Antonio Bayona va faire un survival enneigé pour Netflix

Mathieu Victor-Pujebet | 30 novembre 2021 - MAJ : 30/11/2021 10:48
Mathieu Victor-Pujebet | 30 novembre 2021 - MAJ : 30/11/2021 10:48

Après trois films aux États-Unis, Juan Antonio Bayona tourne un nouveau film en espagnol, cette fois pour Netflix : Society of the Snow.

Fort de l’écho qu’a obtenu son premier long-métrage L'Orphelinat (passé par Cannes, Gérardmer et récipiendaire des Goya du meilleur scénario adapté et du meilleur nouveau réalisateur), le cinéaste espagnol Juan Antonio Bayona s’est vite exporté aux États-Unis pour y réaliser une poignée de films audacieux et prometteurs tels que The Impossible et Quelques minutes après minuit, avant de réaliser le clivant Jurassic World : Fallen Kingdom.

Cinéaste à la forte personnalité mais également capable de se fondre dans l’artisanat d’une grosse production hollywoodienne, il n’est que très peu étonnant d’apprendre que la plateforme Netflix a récupéré la prochaine création du bonhomme.

 

Jurassic World : Fallen Kingdom : photoNetflix qui avale tous les cinéastes du moment

 

En effet, Deadline a révélé que le réalisateur espagnol allait se lancer dans la production d’un nouveau film pour le géant du streaming : Society of the Snow. Adapté d’une nouvelle de Pablo Vierci, elle-même tirée de faits réels, le film racontera l’histoire du crash d’un avion dans les Andes, qui a tué 29 des 45 passagers, lors d’un vol qui transportait une équipe de rugbymen chiliens.

Co-écrit avec, entre autres, son monteur depuis The Impossible, Bernat Vilaplana, et produit par Belén Atienza et Sandra Hermida qui ont également travaillé respectivement sur L’Orphelinat et The Impossible, Juan Antonio Bayona s’est entouré d’une équipe qui lui est familière pour une histoire à laquelle il semble attaché :

"Plus de dix ans après, ma fascination pour la nouvelle reste intacte et je suis heureux de faire face à ce challenge qui est de raconter un des évènements les plus marquants du XXe siècle, avec toute la complexité qu’implique une histoire qui donne autant d’importance aux survivants qu’à ceux qui ne reviendront jamais de ces montagnes." 

 

Le compte officiel de Netflix a également publié une vidéo où le cinéaste est avec son chef opérateur sur les lieux mêmes du crash pour annoncer le début de tournage du film. S'il ne s'agit ici que d'une façon de lancer l'intérêt des futurs spectateurs pour le film, notons tout de même que ce nouveau long-métrage signera le retour du cinéaste à un long-métrage tourné en langue espagnole, quatorze ans après L’Orphelinat

Au vu du sens du spectacle du cinéaste – notamment à l’œuvre dans un film comme The Impossible – il est clair que l’annonce d’un tel projet peut attiser la curiosité des intéressés. Évidemment pas de date de sortie annoncée, il faudra alors être patient avant de découvrir le long-métrage sur la plateforme au N rouge.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Garm
30/11/2021 à 18:48

The impossible et jurassic world 2 des purges... Ce qu'il faut pas lire. L'absence de nuance nuit gravement a la credibilité.
Jurassic world 2 est certe peu inspiré, mais bayonna n'est pas responsable du scénario, c'est un exécutant, il filme ce qu'il doit filmer sur ce genre de produit, et pour le coup, JW2 est excellemment shooté. La mise en scene est largement au dessus de la moyenne et certains plans sont sublimes. Après oui le scenario plombe le film. Carnosaur est une purge, JW2 est un produit sans âme mais bien mit en scene
The impossible est un film puissant, c'est pas parceque le point de vue est resserré sur une famille qu'il passe a coté du sujet

GTB
30/11/2021 à 13:10

Autant L'Orphelinat et A Monster Calls étaient plutôt bons, autant les deux autres étaient plutôt de l'ordre de la purge. Et si Jurrasic World FK est simplement nul et sans inspiration, The Impossible, lui, est un véritable naufrage tant il passe à côté de son sujet avec une maladresse assez ahurissante. Un film, involontairement, profondément irrespectueux de l'évènement qu'il traite et des nombreuses victimes. J'avais halluciné qu'il ne se fasse pas défoncer par la critique pour ça.

Bob
30/11/2021 à 12:08

@Scarface666

Même fait divers (le crash du vol Fuerza Aérea Uruguaya 571) , mais adaptés de bouquins différents.
Celui qui a servi de base ici est très récent, mais écrit en collaboration avec un des survivants.

Scarface666
30/11/2021 à 11:23

Un lien avec ALIVE de Frank Marshall ?
C'était aussi basé sur un crash d'avion dans les Andes, on parle bien du même evenement ?

votre commentaire