James Bond : le réalisateur de Mourir peut attendre compare 007 aux Simpson

Mathieu Lapon | 14 octobre 2021 - MAJ : 14/10/2021 18:29
Mathieu Lapon | 14 octobre 2021 - MAJ : 14/10/2021 18:29

Cary Fukunaga, le réalisateur de Mourir peut attendre, dresse un parallèle social entre la franchise 007 et celle des Simpson.

Avec soixante ans dans les pattes et des films aux sujets très variés, les aventures de James Bond ont toujours été le reflet d'une actualité politique contemporaine. Communisme, écologie, mégalomanie, impérialisme, inégalités sociales, capitalisme, la franchise a joui de son modèle anthologique pour conter des histoires variées, visant parfois à ouvrir le débat sur des mouvances aussi entamées que neuves dans la société.

Des débats qui ont tellement déchaîné les passions qu'à l'heure de Mourir peut attendre, la question du remplaçant de Daniel Craig (et tout ce qu'elle implique sur la direction artistique et politique de l'œuvre) fait l'effet d'un tourbillon médiatique. Cary Fukunaga, fort de son expérience de réalisateur sur la conclusion de l'ère Craig (et bientôt de sa relance du film mort-né de Kubrick sur Napoléon), a expliqué en quoi la sociologie de 007 n'était pas sans lui évoquer la série Les Simpson.

 

photo, Daniel CraigLes sciences sociales, mais avec des flingues et des Martini

 

Selon le metteur en scène, qui a répondu à The AV Club, la saga 007 a comme point commun avec les habitants de Springfield d'avoir été en avance sur son temps, à prédire des événements sociétaux et politiques avant qu'ils n'arrivent :

"C'est amusant. Quand vous regardez en arrière, et que vous analysez certains méchants de James Bond et leurs plans, vous avez comme la sensation qu'ils ont prédit des choses, avant qu'elles ne fassent partie de notre actualité. C'est presque comme les Simpson, qui ont anticipé des événements qui nous sont arrivés.

Fukunaga doit notamment se référer aux ères Roger Moore et Timothy Dalton, baignés dans la période historique qui a cinématographiquement le plus impacté James Bond : la Guerre froide. Le plus gros des bras de fer entre le capitalisme et le communisme s'y étant joué, les films de cette époque ont souvent eu tendance à servir de réflexion sur le conflit et ses répercussions pour les années à venir.

 

photoMoonraker, l'anticipation que Star Wars allait devenir un puits d'oseille dont il faut s'inspirer

 

Dans les films plus récents de l'ère Craig, on peut penser à la maigrelette tentative d'aborder l'écologie (les barrages de Greene Planet dans Quantum of Solace) ou l'avènement invasif du numérique (le remplacement des agents 00 par des drones dans Spectre). Une multitude de sujets sous-jacents, sous une bonne couche de plomb, d'alcool et d'Aston Martin. 

Néanmoins, si la comparaison a lieu d'être (ne serait-ce que parce que les deux franchises se sont révélées intemporelles) Les Simpson ont plus sérieusement mis les mains dans le cambouis, par des satires encore plus explicites que certains méchants bondiens. Avec des parodies de Donald Trump, de Kamala Harris ou de la pandémie mondiale (entre autres) avant l'heure, la série en est venue à éveiller des théories du public américain comme quoi ses créateurs seraient des Illuminati qui auraient tout prédit. Homer plus fort que James, sur ce coup.

Tout savoir sur Cary Fukunaga

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Sébastien
16/10/2021 à 00:03

Et ouais, l'ADN de James Bond est de déjouer des COMPLOTS.
Dingue pour un espion....

Flo
15/10/2021 à 13:36

...et comme Les Simpson, le personnage se raconte au présent, sans avoir conscience que des décennies sont passées, à coup de Reboots invisibles.

Ray Peterson
15/10/2021 à 11:09

Aaaaaaaaah d'accord!

Mathieu Lapon - Rédaction
15/10/2021 à 09:57

@Ray Peterson

Je n'ai pas clarifié la légende (sous peine qu'elle fasse trois lignes), mais elle désignait la saga Star Wars dans son ensemble, après la sortie et le succès de l'épisode 4.

Mais c'est moins drôle une fois expliqué.

Ray Peterson
14/10/2021 à 22:22

Très intéressante comparaison de Cary Fukunaga bien que The Simpsons (surtout durant la vraie période 1992-1999 grosso merdo pour moi avec des scénaristes de génie puissance 1000) a en moins de temps que la période Bond (sur plus de 60 balais) balancé un nombre incalculable de théories, faits ou autres extravagances qui se sont avérés vrais par la suite.

Par contre, pour information, la légende sous la dernière image est en partie fausse.
Moonraker n'a pas anticipé le succès Star Wars. Il a surfé dessus comme un fieffé malandrin qu'il est. Star Wars étant sortie 2 ans auparavant.

votre commentaire