Vendredi 13 : la bataille de droits d'auteur pour le film a trouvé son vainqueur

Mathieu Lapon | 1 octobre 2021
Mathieu Lapon | 1 octobre 2021

La justice américaine a tranché, et a donné raison au scénariste Victor Miller dans sa réclamation de droits d'auteur sur Vendredi 13.

C'est la nouvelle marotte judiciaire du moment. Après les scénaristes de Predator attaquant Disney en justice pour récupérer leurs droits d'auteurs, et les auteurs de comics poursuivis en justice par Marvel pour avoir réclamé les droits de leurs super-héros, ce sont maintenant les droits du film d'horreur-slasher Vendredi 13 qui sont bataillés. Cette fois, le duel oppose son réalisateur (Sean Cunningham) et son scénariste (Victor Miller), qui ont collaboré à l'époque du tout premier film de la franchise, sorti en 1980.

Miller ayant cédé ses droits d'auteurs pour les besoins du film, la loi donnait 35 ans aux studios de production pour exploiter librement le tueur de Vendredi 13. Ce délai ayant pris fin en 2015, Miller a légitimement fait la réclamation de ses droits en 2018. Un appel qui a porté ses fruits, mais pas sans contestation de la part de Cunningham. Ainsi, une seconde session juridique a récemment et définitivement tranché.

 

photoQui veut les droits de Jason Voorhees ?

 

The Hollywood Reporter a donc annoncé la victoire de Victor Miller sur Sean Cunningham. Après la réclamation de 2018, Cunningham avait contesté le droit de son scénariste en invectivant ses travaux sur Vendredi 13 de "work for hire", c'est-à-dire un travail de commande ne pouvant générer de droit d'auteur (et revenant par défaut au réalisateur et à Horror Inc). L'affaire a donc continué en cour d'appel, qui a finalement rejeté la contestation de Cunningham et conclu que Miller était bien l'auteur originel du récit massacrant de Jason Voorhees.

Une décision qui ne plaira certainement pas à Cunningham, qui avait l'intention depuis plusieurs années de lancer la production d'un nouvel opus pour la franchise, dormante depuis quelque temps. En effet, les changements de studios de production, d'administration et de réécritures depuis le reboot de 2009 ont beaucoup ralenti le redémarrage de Vendredi 13, à tel point que le cap des 35 ans d'exploitation a eu le temps d'être atteint il y a quelques années. En 2017, Paramount avait commencé ses recherches pour le futur interprète du tueur en série de Crystal Lake, laissant penser qu'une pré-production solide était en chantier, mais la réclamation de Miller en 2018 a totalement figé le projet. 

 

photoMiller surgissant pour réclamer ce qui lui revient de droit

 

Cependant, cette victoire ne signifie absolument pas que Miller deviendra le maître absolu de la franchise. Mais si la production du film venait à reprendre (après tout, l'affaire semble enfin résolue), Victor Miller recevrait, grâce à son statut d'auteur, une part des futures recettes. Aussi, il pourrait de nouveau céder ses droits à un autre studio, mettant encore plus dans le pétrin la Paramount et son projet déjà bien parasité.

Autrement dit, c'est un échec et mat qui est porté à l'encontre de Cunningham, qui doit l'avoir un peu mauvaise de voir son ancien collaborateur l'empêcher d'accéder à sa poule aux œufs d'or. Après tout, Vendredi 13 a été l'objet de douze films, une série spin-off, de multiples romans et bandes-dessinées. En définitive, c'est ce qu'on pourrait qualifier de rançon de la gloire. 

Tout savoir sur Vendredi 13

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Morcar
05/10/2021 à 11:01

@Jason, sans "Vendredi 13" Jason n'aurait jamais existé, même si ce personnage n'apparait qu'à partir du second volet. Il est évoqué dès le premier film, et son background a été développé dès ce premier film. D'autres scénaristes ont ensuite développé le personnage, en lui attribuant par exemple son fameux masque de hockey à partir du 3è volet seulement. Je pense donc que Miller peut exiger ses droits envers le personnage, puisqu'il en est à l'origine malgré tout.
Mais avec ce genre d'œuvre sur lesquelles quantité d'artistes ont participé, c'est toujours un vrai sac de nœuds au niveau juridique. D'ailleurs, pour les récents "Halloween", m'est avis que si le film de 2018 n'est officiellement une suite que du premier volet, ce n'est pas uniquement un choix scénaristique, mais aussi une histoire de droit d'auteur. En ne faisant une suite qu'au premier, Carpenter était tranquille, et n'avait pas à batailler avec les différents studios propriétaires (dont Miramax par exemple, à partir du 7).

@Ecran Large, vous oubliez qu'il y a eu un jeu-vidéo récemment aussi. ;)

Jason
02/10/2021 à 15:42

@Mathieu

Merci pour la réponse. Effectivement ces histoires de droits sont très flou, curieux de voir ce que cela va donner pour la suite.

Mathieu Lapon - Rédaction
02/10/2021 à 13:51

@Jason

Il s'agit effectivement du titre "Vendredi 13" dans sa globalité. La tournure "le récit massacrant de Jason Voorhees" n'est qu'une figure de style, en ciblant l'icône la plus connue de la saga.

Et de fait, Miller n'est que co-créateur (un scénariste à lui seul n'a évidemment pas pu donner vie au film, donc d'autres droits se sont générés ailleurs).

Mais ce simple statut lui donne techniquement la capacité de prendre prendre V13, de céder ses droits à un autre studio, et donc de permettre à ce dernier d'exploiter V13.
Ce qui ne devrait pas interdire Cunningham et Paramount de continuer leur exploitation de leur côté, mais ça serait une encombre assez sévère, pour eux qui semblent vouloir le monopole de la franchise.

De là à savoir jusqu'où ce potentiel autre studio pourrait aller dans l'exploitation du titre, c'est plus flou. Sans être un spécialiste du droit à la propriété, je pense que le fait que Miller ait contribué jusqu'aux fondations de la mythologie de Vendredi 13 doit faire que ses droits concernent les opus de la franchise qui ont suivi (il est peu probable que Miller n'ait bataillé que pour l'histoire de Pamela, et le droit d'auteur peut souvent se répercuter très loin, surtout dans un univers en expansion continuelle).

Évidemment, c'est un terrain assez vague, qui marche souvent au cas par cas. Il n'est donc pas exclu que l'avenir me donne tort. Si tant est qu'il y ait du nouveau à ce sujet, soyez sûr qu'on sera sur le coup.

En espérant avoir dissipé vos doutes.

Jason
02/10/2021 à 02:03

@EcranLarge J'ai besoin de précision, il me semble que l'auteur de l’article passe à côté de certains éléments, ou c'est peut être moi je ne suis pas un immense fan.

"Miller était bien l'auteur originel du récit massacrant de Jason Voorhees."

Dans le premier opus écrit par Miller c’est Pamela Voorhees qui est à l’origine du massacre et non son fils, qu’on ne voit pas avec son fameux masque.

Si Miller est bien le scénariste, il est juste co-créateur du personnage et dans sa version Jason n’est pas le tueur. Le personnage étant une co-création avec Ron Kurz, Sean S. Cunningham et Tom Savini.

Ce qui voudrait dire que les droits portent bien sur Vendredi 13, mais apparemment le studio pourrait continuer à faire des films avec Jason comme tueur et les appeler simplement Jason…

"il pourrait de nouveau céder ses droits à un autre studio, mettant encore plus dans le pétrin la Paramount"

Victor Miller n’est pas en mesure de proposer la version tueur de Jason à d’autres studios. Cependant, il peut effectivement proposer la marque Vendredi 13 et éventuellement un nouveau remake du film original.

Blason
01/10/2021 à 19:52

Victor Miller a été déposessédé de son oeuvre, il est normal qu'il en tire les fruits vu les suites, reboot et crossover sur Jason Vorhes qui ont rapporté beaucoup d'argent malgré quelque bides.

votre commentaire