Scarlett Johansson vs Disney : le studio reconnaît (un peu) ses torts

Maeva Antoni | 23 septembre 2021
Maeva Antoni | 23 septembre 2021

Après une lutte acharnée entre Scarlett Johansson et Disney à la suite de la sortie de Black Widow, le studio reconnait un peu ses torts.

Si on vit assez longtemps, on peut avoir la chance d’être témoin de petits miracles. De la neige dans le Sahara, une tartine qui ne tombe pas sur le côté confiture ou encore un week-end en Bretagne sans une goutte de pluie. Mais un autre miracle a eu lieu récemment.

Alors que Scarlett Johansson et Disney étaient en pleine guerre après la sortie hybride de Black Widow (en salles et sur Disney+), que des négociations sont tombées à l’eau et que Mickey ne daignait pas changer de position, le studio américain a reconnu avoir fauté. Une petite reconnaissance à demi-mot, mais vu comment l’affaire tournait, c’était déjà inespéré.  

 

photo, Scarlett Johansson"Dit que c'est moi qui avait raison !"

 

Rappelez-vous, Disney (ou du moins son bataillon d’avocats) ne cessait de clamer avoir rempli à la lettre le contrat de Scarlett Johansson, là où l’actrice se disait spoliée de ses bonus au box-office (d’environ 50 millions de dollars). Depuis, Disney lutte pour éviter un procès qui sans doute entacherait durablement son image. Mais le PDG Bob Chapek a annoncé lors d’un gala que Disney adapterait finalement les contrats des acteurs en fonction des éventualités de sortie : 

"Il est certain que le monde change, et les contrats des talents à venir devront refléter le fait que le monde change. [...] Nous sommes à un moment où les films ont été conçus avec une conception unique de ce que serait le monde, parce que franchement, il n'avait pas beaucoup changé. Souvenez-vous, ces films ont été réalisés il y a trois ou quatre ans, ces contrats ont été conclus il y a trois ou quatre ans.

Puis ils ont été englués dans une pandémie mondiale, alors que cette pandémie elle-même entraînait une nouvelle dynamique, à savoir l'évolution du comportement des consommateurs. Nous sommes donc en quelque sorte en train de mettre une pièce carrée dans un trou rond : nous avons signé un accord conçu dans un certain ensemble de conditions, qui aboutit en fait à un film qui sort dans des conditions complètement différentes. 

 

photo, David Harbour"Sans racunes ?"

 

Il y a donc un peu de réflexion en ce moment. En fin de compte, nous y réfléchirons lorsque nous conclurons nos futurs contrats avec les talents, nous planifierons cela et nous veillerons à ce que cela soit intégré. Mais pour l'instant, nous avons cette sorte de position intermédiaire, où nous essayons de bien faire les choses vis-à-vis des talents, je pense que les talents essaient de bien faire les choses vis-à-vis de nous, et nous cherchons juste à trouver le moyen de rétablir tout ça.

En fin de compte, nous croyons que nos talents sont nos atouts les plus importants, et nous continuerons à le croire, et comme nous l'avons toujours fait, nous les rémunérerons équitablement selon les termes du contrat qu'ils ont accepté de signer avec nous." 

 

photoMais la guerre n'est pas encore finie

 

Là où Warner Bros. a directement renégocié les contrats de ses acteurs après l’annonce de la mise en place de la stratégie HBO Max (notamment pour Wonder Woman 1984), Disney a essayé de filouter en faisant comme si de rien était. Si Chapek ne dit pas clairement qu’ils ont eu tort de ne pas avoir accepté la demande de négociation des avocats de Johansson, il reconnait que les contrats pré-pandémie sont désormais, si ce n’est caduc, du moins inadaptés.   

Johansson n’a pour le moment pas reçu de compensation de la part de Disney, mais son coup de pied dans la fourmilière aura au moins eu pour effet de paver la voie pour ses collègues. Et par ailleurs, le discours de Chapek montre également que Disney n’est pas près d’abandonner le streaming.

Si les gros films auront probablement le droit à une sortie en salles exclusive (pour suivre le chemin de Shang-Chi), les plus petites productions pourraient subir des sorties simultanées voire des sorties directement sur Disney+. Et en France, cela pourrait arriver plus vite que prévue.

Tout savoir sur Black Widow

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Mokuren
24/09/2021 à 13:35

L'acteur coréen Song Joong Ki n'a pas fait autant de problèmes quand "Space Sweepers" est arrivé directement sur Netflix pour cause de pandémie. Et pourtant il a de la ressource en matière d'avocats.
On sent qu'aux USA, même en pleine crise économique majeure avec le risque de voir des entreprises prestataires mettre la clé sous la porte, c'est chacun pour sa pomme. Certes, Disney n'a pas pris les précautions nécessaires, mais je n'ai aucune de sympathie pour la demande de Johannsson dans ce contexte.

Joss
24/09/2021 à 07:28

Tellement navrant le cliché sur la Bretagne...

Batnono
24/09/2021 à 00:40

Love sur Scarlett. Encore beaucoup à faire mais Mickey a flanché. C'est déjà ça.

Eddie Felson
23/09/2021 à 19:40

@Rico
« Si les imbéciles volaient tu serais chef d’esquadrille! »MA
Indigne d’écrire sur un site de ciné qui se dénomme Ecrans Larges!

Morcar
23/09/2021 à 14:22

Elle a eu le courage de s'attaque à Disney, ça aura payé. Bravo Scarlett !

Maided
23/09/2021 à 14:07

Vas y Bob, sors les rames, ça se voit à peine....

zetagundam
23/09/2021 à 13:54

Donc si j'ai bien lu, Disney a respecter son contrat mais avoue que ceux-ci doivent évoluer.

ça va finir que Scarlett va quand même touchée un gros chèque (mais petit pour elle) afin qu'elle se taise tout en permettant à Disney de se payer une étiquette de "grand seigneur" magnanime

yellow submarine
23/09/2021 à 12:55

@Rico: ba oui c'est clair, restons chez soi pour travailler, faisons nous un restau à la maison et puis arrêtons de nous croiser les un les autres à l'extérieur.
elle est belle la vie d'après

Rico
23/09/2021 à 12:16

Vive le cinéma chez soi et les plateformes, mort à la salle !

Trashyboy2
23/09/2021 à 11:36

Ils en reviennent néanmoins aux termes du contrat qui a été signé...

Plus
votre commentaire