Christopher Nolan aurait signé un contrat en béton avec Universal pour son film sur la bombe nucléaire

Maeva Antoni | 15 septembre 2021 - MAJ : 15/09/2021 17:14
Maeva Antoni | 15 septembre 2021 - MAJ : 15/09/2021 17:14

Le prochain film sur la Seconde Guerre mondiale signé Christopher Nolan se fera sous la bannière d'Universal, mais avec un accord très exigeant. 

Tout le monde le sait, Christopher Nolan c’est de la bombe (pardon) alors rien d’étonnant à ce que les gros studios hollywoodiens se soient étripés pour récupérer son film sur Oppenheimer et la bombe atomique après son divorce avec Warner Bros. Malgré leur collaboration pérenne, ayant travaillé main dans la main pour la trilogie Dark Knight ou encore Inception, Warner et Nolan ont stoppé leur idylle, le cinéaste ne voulant plus entendre parler du studio.

La cause ? La fameuse stratégie HBO Max qui était loin d’être au goût du cinéaste et peut-être aussi le petit flop de Tenet qui lui aura donné envie de voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Nolan et sa bombe cherchaient une nouvelle maison, trouvée sous le toit d’Universal. Une nouvelle relation qui va s’épanouir sous l’égide d’un contrat de mariage bien épais.  

 

photoChangement de camp soldats !

 

Après l’annonce de son départ de Warner avec qui il n’avait plus d’atomes crochus, Christopher Nolan a fortement été courtisé par les autres studios. C’est finalement Universal qui remporte le gros lot et le droit de financer le prochain film historique du réalisateur de Dunkerque à hauteur de 100 millions de dollars. Si le film n’est pas prévu avant au moins 2023, voire 2024, Christopher Nolan a d'emblée clairement fait comprendre ses exigences à Universal. Nolan n’est pas un réalisateur facile à attraper dans ses filets.

Pour conclure, Universal se serait apparemment plié aux exigences du cinéaste qui n’étaient pas moindres. Grand défenseur de la sortie cinéma (Nolan a bataillé pour sortir Tenet, même si le résultat n’était pas au rendez-vous avec la Covid), le réalisateur a voulu s’assurer que son prochain film verrait le jour en salles. Selon Variety, le réalisateur de Memento aurait demandé une exclusivité en salles entre 90 et 120 jours avant une arrivée éventuelle sur une plateforme, soit Peacock pour Universal. 

 

Photo John David WashingtonQuand Nolan conduit, Universal s'accroche

 

Une fenêtre de diffusion cinéma très au-dessus de la norme (90 jours étant un maximum) et surtout bien au-dessus de la nouvelle norme de l’ère post-pandémique (environ 45 jours, dans le meilleur des cas). De plus, il demande que le studio ne sorte aucun film durant les trois semaines précédentes et suivantes la sortie d’un de ses films. Un accord qu’il avait déjà avec Warner, mais qui pourrait être renégocié par Universal pour être un peu plus laxiste, notamment sur le genre des films.

Effectivement, un film d’animation du même studio ne ferait pas d’ombre au film sur la bombe atomique de Nolan, les deux n’ayant pas vraiment le même public. Ajoutons que Nolan aurait mis dans son contrat une close pour commencer à recevoir un pourcentage sur la recette dès le premier dollar touché et aurait aussi demandé une main mise sur le montage final. Et si le studio souhaite voir le travail en cours, cela devra se faire dans le bureau du cinéaste afin d'éviter toutes fuites.

Le réalisateur se blinde de toutes parts afin de s’éviter une nouvelle déconvenue après Tenet, en tentant de tenir éloignés, de son futur film, les mains baladeuses des studios qui aiment couper dans le gras des films (demander à David Ayer pour son Suicide Squad). Un contrat en béton armé, mais qui n’aurait à l’évidence pas fait peur à Universal.

Tout savoir sur Christopher Nolan

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Yes
16/09/2021 à 11:55

20% sur le premier dollar touché, alors que généralement les réal touchent des % dès que les films sont rentables et pas avant (même les grands noms du style George Miller etc)


Nolan avait déjà ce privilège chez Warner, en fait il était chouchouté comme personne (le studio qui achète de vrais avions pour que lui les fasse exploser dans ces films etc)

Il veut simplement changer de crémerie sans changer de contrat d'un iota....

Il a aussi demandé un budget mini de 100M + un budget marketing mini de 100M aussi

Et oui Universal a tout accepté vu qu'ils vont produire le film

Other
16/09/2021 à 11:37

hahahahah le ouf. Il se prend pour qui ..... "Aucun film ne doit sortir en meme temps que le mien". Un gosse

Nolan amnesique
16/09/2021 à 09:10

c'est pas le beton armé qui resiste au feu nucleaire a fission ou fusion hehe
mais papy spielberg nous a montre qu'un simple Frigo peut faire l'affaire!
qaund je pense que donald Rumsfeld le big boss de Bush jr avouait , cuisiné par quelques commision d'enquête , qu'il savait pas où etaient passes les 2300 milliards dollars de l'epoque dans les cameras, la veille du 911 attentat mdr,, surrment l'essentiel est passe dans leurs villes et maga bunker souterrains plus d'autres black project hehe, çà coute plus cher que le frigo de spielberg dans indiana jones hehe, un seul mini bunker de tom cruise en australie et c'est dejà dans les 10 millions de dollars ...

Moixavier58
15/09/2021 à 23:08

Il mieux relire La bombe de Alcante, Rodier et Bolles chez Glenat

votre commentaire