Justice League : le producteur reconnaît le total chaos du film de Zack Snyder, avant le Snyder Cut

Maeva Antoni | 16 août 2021
Maeva Antoni | 16 août 2021

La production de Justice League a été un vrai massacre et le producteur Charles Roven vient de donner une idée de l'ampleur de la catastrophe. 

Warner Bros. et son univers DC semblent en pleine séance de flagellation et tentent de se racheter pour les erreurs du passé. Après avoir permis à Zack Snyder de retravailler son montage pour Zack Snyder's Justice League à la suite du désatre Justice League, laissé entre les mains des producteurs et Joss Whedon après le départ du réalisateur, le studio a rectifié le destin de la Suicide Squad.

Le long-métrage de David Ayer n’avait pas particulièrement enthousiasmé (et Ayer affirme que c’est parce que le résultat final n’est pas sa vision du film), alors Warner nous a offert son plus beau mea culpa avec la refonte de la troupe de super-vilains pour The Suicide Squad réalisé par James Gunn

Et le studio semble lancé sur la route de la remise en question puisque le producteur tout puissant de l’univers DC, Charles Roven, assume l’énorme foutoir qu’a été la production de Justice League.  

 

Photo Gal GadotIls étaient dans le rouge pendant toute la production

 

La mise au monde de Justice League est un feuilleton qui commence à avoir pas mal de saisons à son actif. Si le départ de Zack Snyder a été le grain de sable qui a enrayé le mécanisme, il semble que cela a surtout créé un effet boule de neige un peu dingue. Le Justice League signé par Joss Whedon est peut-être alors le meilleur film que le studio pouvait sortir dans ces circonstances cataclysmiques. En effet, à en croire le producteur Charles Roven, le départ de Snyder en cours de route n’était que le début de la catastrophe.  

Dans un entretien avec The Hollywood Reporter, Roven est revenu sans détour sur l’enchainement de problèmes qu’a été la création de Justice League. Car si le départ de Snyder les a laissés en plan avec la photographie et le montage, à côté de ça, d’autres malencontreuses surprises ont pimenté le travail, comme il l’a exprimé :  

 

Photo Jason Momoa, Ray Fisher, Ezra Miller, Gal GadotUn sacré bazar

 

"Nous devions également faire face au fait que Gal [Gadot] venait de subir une opération du dos, car elle s'était blessée sur Wonder Woman et sur une partie du tournage de Justice League. Elle venait de terminer son opération du dos et ne pouvait pas voyager. Nous voulions tourner le plus grand nombre de prises de vue supplémentaires au Royaume-Uni, mais nous ne pouvions pas tout faire parce que nous avions besoin de Gal pour cela.

Il y avait aussi le fait que nous avions affaire à des scènes très compliquées. Elles étaient si compliquées en termes de structure et avec le tournage des reshoots, et bien sûr, nous espérions qu'Henry rase sa barbe [il était obligé par Paramount de la garder pour Mission : Impossible - Fallout]. Nous étions très inquiets de devoir gérer ça d'une manière qui ne soit visible. Et au final, nous avions raison d'être inquiets. Ouvrir le film avec votre Superman ayant un visage bizarre - je ne dirais pas que c'est l'une des meilleures décisions qui a été prises."

 

steppenwolfUn résultat à la hauteur de sa production

 

Mais c'est une décision qui a été prise pour bien d'autres raisons, et non pour protéger le film. C'est une décision qui a été prise pour protéger une date de sortie, tous les partenaires promotionnels qui étaient liés à cette date de sortie, tous les cinémas qui avaient réservé des événements autour de cette date de sortie. Le fait que ce soit une sortie Imax, que ce soit Noël, que ça voulait dire beaucoup de revenus pour Warner Bros. sur cette période précise. Il n'y avait pas de gros blockbuster de Noël pour le remplacer."

Ainsi, comme Roven le dit lui-même, le changement de réalisateur n’est que le sommet de l’iceberg de ce cirque de production. Entre les pressions extérieures et les acteurs pas toujours disponibles, Warner semble surtout avoir cherché à limiter la casse. Une gestion à la masse que le producteur assume et qu'il parait vouloir être une excuse autant qu’une justification pour ce plantage. Néanmoins, quelles que soient les raisons, Warner, au travers de Roven, joue cartes sur table avec les fans et reconnait ses torts.

 

photoAnimal totem d'un producteur de Justice League

 

Le producteur continue et compare avec la sortie simultanée de The Suicide Squad au cinéma, et sur HBO Max :

"C'est le même genre de situation. Il faut faire avec, en se demandant, 'Quel est le meilleur que je puisse tirer d'une situation terrible, peu importe la décision qu'on va prendre ?'. Actuellement, on doit faire face à, 'Ok, Suicide Squad sort et c'est une sortie simultanée. On a vu des sorties simultanées. On sait que ça freine l'exploitation en salles, mais à quoi va ressembler cette exploitation en salles avec le variant delta ? Donc rien dans cette situation n'est super. Et bien sûr, une sortie simultanée augmente les chances de piratage. Qu'est-ce qu'on dit déjà, choisir entre la peste et le choléra ?"

En attendant le prochain épisode de ce feuilleton, vous pouvez toujours retrouver l'idée de Justice League vs. The Suicide Squad de James Gunn

Tout savoir sur Justice League

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Joh117
20/08/2021 à 14:03

@Batnono Ouais parce que les blockbuster de divertissement, et en particulier adapter de comics, sont connu pour être très profond. Je me souviens encore de cette merveille d'ecriture qu'etait le premier Avengers.

Et c'est que les personnage son faible. C'est pas comme si Snyder passeait littéralement 2h à developper chacuns de personnages... mais bon, c'est pas suffisant, apparemment.

xav
20/08/2021 à 11:44

C'est un mea culpa d'hypocrite. Ils ont créé une situation de chaos en changeant la ligne éditoriale du film moins d'un an avant sa sortie. Les contraintes matérielles et business derrière lesquelles il se planque maintenant, ce sont des contraintes qu'ils ont créé eux-mêmes. Le jour du départ de Snyder, le film était sur rail, il était tourné, monté, il fallait finir la post-prod et le sortir en l'état.
Son mea culpa devrait être "ouais on s'est foutu dans la mer.e en voulant convertir le film de Snyder en un film générique au tout dernier moment, on a vraiment été des amateurs et ça a entrainé plein de contraintes de deadline et d'actionnaires", mais à la place il nous sort "ouais on a eu plein de contraintes de deadline et d'actionnaires, il faut être compréhensif"
Par exemple il évoque la scène d'ouverture avec la mâchoire dégueu d'Henri Cavill. Il s'excuse parce que les délais de production ne leur ont pas permis de finaliser la mâchoire à temps. Mais à quel moment il s'excuse d'avoir voulu remplacer l'ouverture grandiose qu'on a vue dans le Snyder Cut, par cette scène en found footage débile? A quel moment il s'excuse de ses décisions qui témoignent d'un mauvais goût artistique ET d'un manque d'anticipation des contraintes que ce changement de cap allait entraîner? Il a envoyé son navire vers les récifs, et après le naufrage, il se défend en expliquant que vous comprenez bien que c'est difficile de naviguer dans les récifs.... pauvre chou

Batnono
18/08/2021 à 10:12

Il faut savoir reporter un film pour le protéger, clairement. Les deadlines de WB sont trop courtes pour des licences de cette ampleur.
Mais Josstice League ou Snyder Cut, le problème reste la simplicité creuse du scénario et la faiblesse des personnages du DCEU.

viande a vision
17/08/2021 à 22:28

Le pire c'est pas ce qui s'est fait mais ce qui ne s'est pas fait ..A la fin du Snyder cut on a enfin le joker Leto qui s'avérait excellent et aucun rapport avec son joker dans suicide squad...Bien plus sombre et inquiétant preuve que Leto a été très mal dirige ... Mais on a que qq secondes et je doute qu'il revienne comme cela dans un autre film DC...Très frustrant d'avoir un successeur de Ledger et Nicholson mais de l'avoir trop tard ...

Steven Cameron
17/08/2021 à 15:42

Les DCU aurait été bien plus intéressant si Warner n'avait pas tenté au dernier moment de singer Marvel. Il fallait resté dans l'esprit DC avec son univers déjà riche et inscrit dans l'imaginaire collectif.
Faire venir un réalisateur transfuge de Marvel était la pire idée du siècle. Le sabotage de Whedon semble presque volontaire. Je vois pas non plus pourquoi vouloir imité Marvel parce mis à part quelques films qui se démarquent c'est très répétitif et parfois ça frôle le ridicule. Comme spiderman far from home antman et captain Mavel ou Thor Ragnarok.

TWISTY
17/08/2021 à 12:46

Au final Snyder sort gagnant de toute cette histoire, et HBOmax aussi.

Loh
17/08/2021 à 12:19

J’ai découvert la version de Zack Snyder en Blu-ray dernièrement (après avoir revu Man of Steel et BVsS en version longue) et j’ai vraiment eu de découvrir autre film (même si la trame reste la même). Une trilogie (dont le ton dénote avec Marvel) vraiment très bonne fauchée en plein vol pour de mauvaises raison…

Baretta
17/08/2021 à 09:35

Le marronnier c'est une fois pas an normalement.

Arnaud (le vrai)
17/08/2021 à 08:59

Bref c’était un film de merde, rien de nouveau sous le soleil quoi
Heureusement que Snyder a pu finaliser sa version et réhabiliter son histoire

JeepersCreepers
17/08/2021 à 07:45

Pour résumé: l'argent.

Et puis on s'est dit que si on faisait comme Marvel, on en rapporterait sans doute encore plus.

"Mais c'est une décision qui a été prise pour bien d'autres raisons, et non pour protéger le film." il a lâcher dans le plus grand des calme looool. Ça a le mérite d'être honnête, il aurait pu ajouter aussi cette histoire de bonus, parce que c'est aussi (si ce n'est) le facteur majeur de cette échec.

Bref, je m'en vais revoir la Snyder cut sur OCS <3.

Plus
votre commentaire