Réouverture des cinémas : entre le pop-corn et les masques, Roselyne Bachelot détaille les conditions

Salim Belghache | 4 mai 2021 - MAJ : 04/05/2021 15:43
Salim Belghache | 4 mai 2021 - MAJ : 04/05/2021 15:43

Le plan de déconfinement dévoilé, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a détaillé un peu plus les conditions d'accueil des salles de cinéma.

L’annonce de la réouverture des cinémas en France a fait de nombreux heureux chez les habitués des salles obscures. Emmanuel Macron et le gouvernement du Premier ministre Jean Castex ont organisé les hostilités en plusieurs étapes. Trois phases qui prendront effet à partir du 19 mai jusqu’au 30 juin.

Pour rappel, les cinémas devront respecter des règles précises constituées pour chaque étape. D’abord au 19 mai, les cinémas devront respecter une jauge d’accueil évaluée à 35 % et seront accompagnés d’un nouvel horaire de couvre-feu, repoussé à 21 heures. Ensuite, le 9 juin fera passer le cap des 65 % au niveau de la jauge d’accueil et le couvre-feu sera décalé à 23 heures. Enfin, le 30 juin sera la dernière marche pour les cinémas avec la fin des limites d’accueil et du couvre-feu.

 

photo, Robert De Niro"Qu'est-ce qu'ils vont nous dire encore ?"

 

Ce calendrier devrait être tenu si la situation sanitaire le permet, notamment au regard des niveaux du taux d’incidence de la propagation du virus à des échelles locales. Si celui dépassait des seuils fixés au préalable (a priori 400 contaminations pour 100000 habitants), le gouvernement se chargerait de prendre des mesures territorialisées, notamment pour la réouverture des cinémas donc. Pour mieux préparer le redémarrage de l’activité cinématographique, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, a détaillé les nombreuses conditions de cette opération, durant une séance à l’Assemblée nationale.

En effet, la ministre de la Culture a d’abord reconnu la contrainte économique qu’impliquait la réouverture des lieux culturels avec des jauges. Cette obligation a conduit la ministre à étudier une aide pour les salles de cinéma :

"Un dispositif d'accompagnement prolongeant, en les adaptant, les dispositifs mis en place à l'automne dernier, pour toutes les filières : cinéma, musique, spectacle vivant. Des fonds de compensation des billetteries pour accompagner cette reprise progressive. Nous sommes en discussions avec Bercy pour les calibrer très précisément, les décisions seront prises très prochainement. Les mesures d'accompagnement seront aussi calquées sur la manière dont la reprise va se faire."

 

Margot RobbieEt pour les cartes de cinéma comment on fait ?

 

Une assistance bienvenue pour les exploitants de cinéma qui ont été les principales victimes de la fermeture des salles actée le 30 octobre 2020. D’autant plus qu’une autre problématique devra être résolue et concerne les distributeurs de film. La fermeture de salles a évidemment retardé la production, mais également la diffusion des films, ce qui a provoqué un immense embouteillage de films qui attendent sagement de passer sur le grand écran.

Roselyne Bachelot compte bien gérer la circulation de l’autoroute cinéma et avec l’aide des professionnels, établir un calendrier acceptable pour tous les distributeurs :

"Pour donner suite à l'avis extrêmement encourageant de l'Autorité de la concurrence, le CNC, à ma demande, travaille activement à un accord cadre que les distributeurs pourraient adopter afin de parvenir à un calendrier concerté des sorties de films. Je fais confiance à la responsabilité de tous, des distributeurs, pour que cet accord soit conclu rapidement et au bénéfice de chacun. (...) La Médiatrice du Cinéma et le CNC pourront, comme cela a déjà été le cas en juin 2020, publier une recommandation complémentaire en matière de programmation."

 

photo, Robert De Niro"Mais on veut tout voir nous !"

 

Et ici le "pourraient" a évidemment son importance puisque l'accord ne semble pas obligatoire, mais bien être uniquement au bon vouloir des distributeurs. En résulte un calendrier de reprises déjà bien chargé de films bousculés par la fermeture en octobre, mais également de nouveautés fraiches et fringantes.

Autre point à résoudre, et crucial pour les spectateurs, celui de la vente de confiserie dans les cinémas. Dans ce cas particulier, la ministre de la Culture a préféré jouer la carte de l’égalité, en n’autorisant pas la vente de confiserie en tout genre, comme les pop-corns. Pour l’instant, pour manger un bout, il faudra attendre l'après-séance (ou l'avant, c'est selon chacun) puisque l’ouverture des terrasses des restaurants a été actée pour le 19 mai, et les restaurateurs pourront accueillir leurs clients à l’intérieur de leur établissement à partir du 9 juin.

Cette décision de la part de la ministre de la Culture est en totale adéquation avec l’une des propositions d’une mission commune d’information du Sénat et plus particulièrement du sénateur Roger Karoutchi, rapporteur de la mission : "Tant que la pandémie est forte, pas de confiserie, pas de bar, pas de restaurants dans les lieux de culture."

 

Photo Sam NeillQuand on pense que le pop-corn coûte 5 euros.

 

Une information qui n’arrangera probablement pas les affaires d’une partie des exploitants. En effet, selon les chiffres du CNC, un spectateur sur trois consommerait du pop-corn au cinéma, alors qu’ils étaient évalués à un sur quatre, il y a trois ans.

Enfin, un dernier point reste encore en suspens. Il s’agit de la question du couvre-feu et plus précisément, du billet de cinéma comme équivalent d’attestation de déplacement durant les heures de couvre-feu (21 heures à partir du 19 mai). Le Sénat a bien proposé un système d’horodatage pour que les spectateurs munis d’un billet puissent rentrer chez eux après le couvre-feu. Toutefois, rien n'a encore été confirmé. Une précision qui sera sans doute dévoilée prochainement. En espérant qu'elle le soit avant le 19 mai donc.

En attendant la future marche à suivre pour les spectateurs, vous pouvez retrouver notre liste des films à voir lors de la réouverture des cinémas.

Tout savoir sur Mandibules

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
rebelle33
06/05/2021 à 18:10

A partir de la mi-Mai, il faut rouvrit les cinémas SANS JAUGE avec seulement un minimum de précautions...Les gens sont assez intelligents pour es respecter....Et puis, on peut prendre quelques risques dans la vie, non????

Marty
05/05/2021 à 14:20

"En effet, selon les chiffres du CNC, un spectateur sur trois consommerait du pop-corn au cinéma, alors qu’ils étaient évalués à un sur quatre, il y a trois ans."

Purée les gars, merci pour ce genre d'info ! C'est pour ca que je viens ici !

Ca m'a toujours taraudé de savoir combien ... Bon j'arrête .

#vanne

Marc
05/05/2021 à 10:57

@Nicoflap
Plus de vaches brouteuse excellent :)) MDR

Tom’s
05/05/2021 à 09:52

@ les négatifs si une séance ciné en salle est à ce point la chercher en d’autres, pr peu que l’installation soit correct c’est le grand écran plonger dans le noir, c’est déjà une immersion, streaming tv, tablette amoindrissent à tous les niveaux, c’est pas parce que Disney fait sont oppoortuniste faire de la norme et se passer de payer les salles, stratégie mondiale stupide on es pas américain .

Mega city one
05/05/2021 à 04:14

Jamais compris l'intérêt de partager à l'origine une passion individuelle et solitaire avec des inconnus.

Vous imaginez une salle de ciné remplie avec la communauté d'écran large, pas sûr que tout le monde soit dans le partage.

Plus sérieusement, toutes les salles de cinéma n'ont pas un équipement de dingue. En province, très honnêtement certaines salles sont moins bien équipées qu'une tv 4k avec un bon dolby digital.

Et même à Paris, les salles des Champs Elysées étaient misérables (bon c'était il y a 10 ans j'ose espérer qu'elles ont été refaites. Par contre on avait les vibrations gratuites du métro).

S'il faut aller dans des multiplex sans âme pour avoir du bon matos, NON MERCI !

Enfin il convient de voir si ça branche toujours la jeune génération d'aller au ciné.

Car quand on voit le mode de consommation des ados et donc de la future société de demain, pas sûr que le ciné soit une de leur passion.

C'est plutôt youtube et streaming.

Mais bon il en faut pour tous les goûts et c'est bien de laisser le choix au spectateur.

Je rejoins par contre nombre de commentaires.

C'est parce que vous avez été privé de salles depuis longtemps que vous fantasmez dessus. Car les expériences notamment dans les multiplex sont loin des cinéphiles (aucun respect, portable allumé, bruit, bavardage, grignotage etc.)

Mais bon plus il y a de choix mieux c'est.

Par contre le déclin du support physique est une tragédie.

Nicoflap
04/05/2021 à 22:41

Oh punaise une bonne nouvelle, plus de vaches brouteuses pendant le film.

Non parce que les 10 chieurs qui font un bruit de dingue en emmerdant les autres, ça ça en fait fuir qques uns (et si les gens pouvaient aussi ne pas regarder leur portable genre ils ont des trucs vachement important a lire)

Le ciné vivra tjrs parce que certains films le méritent (j'attends dune avec impatience), que ça fait une sortie, que tt le monde n'a pas une bonne installation mais pour un certain nombre de film, un bon équipement et les plateformes, pour moi ce sera suffisant (genre sans aucun remords, j'aurai pas mis dix balles la dedans)

Cinégood
04/05/2021 à 21:45

Le cinéma n'est pas prêt de mourir et pour plein de raisons :
- C'est d'abord une sortie (et pas élitiste comme l'opéra qui l'a toujours été ! @Cmdtp) et un kif !
- Un confort visuel et sonore inégalable
- Le public ira voir les blockbusters, bien évidemment, mais aussi les petits films que l'on ne retrouve rarement, voir jamais sur les plateformes. Quand tu vois le catalogue de films qui existe et la pauvreté de Prime, Netflix ou Disney+, ça fait peur. Il n'y a pas 10% de a DVD-thèque dedans et pourtant je n'ai pas tant de films que ça ! Et pas besoin d'aller dans des films obscurs. Peu de scorcese, JohnWoo, tu oublies, Spielberg il doit y avoir 40% de sa filmo...

Bien sûr vous pouvez rester chez vous, mais bon...

T.
04/05/2021 à 19:50

Le cinéma ne s'éteindra pas contrairement à ce que certains disent, ça reste une sortie au même titre que tout autre loisir extérieur au domicile et de ce fait il y a toujours un public pour le cinéma.
Cependant avec l'explosion des plateformes et l'offre pléthorique de films sur les services de SVOD, le grand public ira au ciné pour des films "événements" (blockbusters), ce qui va clairement donner un gros coup aux films à plus petits budgets qui risquent de déserter les salles au fur à mesure et finir plutôt sur des plateformes pour rentrer dans leurs frais.
Et le cinéma multiplexe risque lui aussi d'être le seul à prospérer, avec des salles qui diffuseront essentiellement les blockbusters sur des écrans spéciaux (imax, 4dx...etc), ce qui était déjà la direction prise avant me covid.

Marc
04/05/2021 à 19:35

Le Cinéma est loin d'être mort ! Tant qu'il y a des passionnés de Cinéma et qui ont encore l'envie découvrir un film dans les meilleur conditions possible et de partager un moment de Cinéma.
A tout ceux qui prédisent la fin fin du Cinéma je les enverrai bien dans le vide sidérale de l'espace faire un coucou à Thomas Pesquet ;))

pas de popcorn
04/05/2021 à 19:02

Chouette pas de goinfre qui fait du bruit pendant tout le film. Si ça pouvait durer.

Plus
votre commentaire