Monster Hunter : les premières critiques de l'adaptation du jeu vidéo sont là

Antoine Desrues | 17 décembre 2020
Antoine Desrues | 17 décembre 2020

Après Resident Evil, Paul W.S. Anderson est de retour avec Milla Jovovich pour adapter un autre jeu vidéo : Monster Hunter. Est-ce l’affront ultime de 2020 ?

Puisque 2020 a choisi d’être une année horrifique jusqu’au bout, il semblerait que l’humanité a mérité un nouveau film de Paul W.S. Anderson. Le bonhomme n’en a visiblement pas terminé avec les adaptations de jeux vidéo puisqu’après Mortal Kombat et des Resident Evil en pagaille, il nous a gratifiés d’un long-métrage autour de l’univers rempli de grosses bébêtes de Monster Hunter.  

Prévues pour sortir le 25 avril 2021 en France, les nouvelles aventures de Milla Jovovich au ralenti ont déjà été distribuées dans certains territoires, dont la Chine où un scandale a d’ailleurs éclaté autour d’une scène. Les États-Unis devraient, quant à eux, découvrir le film à partir du 25 décembre, face aux poids lourds Wonder Woman 1984 et Soul. C’est d’ailleurs pour cette raison que les premières critiques US sont tombées. Alors, est-ce aussi horrible que les précédents affronts du réalisateur ? Revue de presse.  

 

photo, Milla Jovovich Le retour de Jeanne d'Arc... avec des dragons !

 

Pour les habitués au style fin et subtil d’Anderson, Monster Hunter pourrait visiblement être une bonne surprise. En effet, certaines critiques se sont montrées assez tendres avec le film, pour peu que l’on sache à quoi s’attendre : 

“Monster Hunter est un concentré de fun super-débile. Et même si son milieu traîne en longueur […], Anderson et sa femme [Milla] Jovovich prouvent que leur persistante saga Resident Evil n’était en rien un hasard : voici un couple qui sait comment prendre les jeux vidéo les plus insignifiants et les transformer en tranches de ridicule cinématographique conscientes d’elles-mêmes.” The Globe and Mail 

“Il y a quelques héros badass avec des épées gigantesques, quelques grandes monstruosités écailleuses, et souvent rien de plus. Le minimalisme est raccord avec la carrière d'Anderson, et sa dévotion à offrir du contenu calorique avec un combo improbable d’unités classiques et de pulsations, immédiatement datées, de beats électroniques. Le film s’appelle Monster Hunter – de quoi d’autre pourrait-il avoir raisonnablement besoin ?” The AV Club 

 

photoC'est ce qu'on appelle se mettre à l'écart.

 

“Peu de choses dans Monster Hunter font sens, mais c’est au moins intéressant sur le plan visuel et pas déplaisant à streamer chez soi avec un ami, en posant des questions et en faisant des blagues tout du long.” Variety 

Néanmoins, la plupart se sont montrées moins indulgentes, et ont reproché à Paul W.S. Anderson de tomber dans ses travers habituels, pour un résultat plus ou moins regardable :  

“Anderson a simplement combiné l’iconographie établie de la populaire franchise de jeux de Capcom avec des moments filmiques préfabriqués.” Slant 

“Quelques flashs d’alchimie amusée entre les deux acteurs représentent toute la dimension humaine de cet actioner de science-fiction sans imagination, mais cela ne veut pas dire que sa focalisation incessante sur des batailles avec des monstres géants ne contentera pas les fans du réalisateur.” The Hollywood Reporter 

 

photoJurassic Beurk ?

 

“Pour environ les deux tiers de sa durée, l’adaptation sur grand écran du jeu vidéo Monster Hunter semble tenter de répondre à une question que personne ne s’est posée : à quoi ressembleraient les films Jurassic Park s’ils étaient drainés de tout leur sens du merveilleux ?” Los Angeles Times 

“Monster Hunter est inlassablement horrible, même pour les standards de 2020, alors qu’il chute rapidement dans une chasse aux monstres fade et sans couleurs, qui marie la valeur de production d’un film SyFy avec l’échelle d’un tutoriel, résultant dans l’un des films tirés de jeux vidéo les plus mornes et en manque d’imagination. Indiewire 

On s’en doutait un peu, mais Monster Hunter est loin de faire l’unanimité, bien que Paul W.S. Anderson semble avoir signé un nouveau film d’action bas du front, oscillant entre l’insupportable et le plaisir coupable selon votre degré de tolérance. On va attendre bien évidemment de se faire notre propre opinion sur la question, mais on vous renvoie à notre dossier sur la carrière d’Anderson, et cette question qui hante nos esprits : est-il un génie tordu ou un grand malade ?

Tout savoir sur Monster Hunter

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Ethan
18/12/2020 à 07:41

Hunter
Ça me fait penser à Rick Hunter

Maxibestof
17/12/2020 à 19:12

Tylerdurden:
Du calme, je pense plutôt à une erreur de traduction. "The flimsiest of video-game" ne suis pas sûr que ça veuille dire "les jeux vidéo les plus insignifiants" dans ce contexte.
Faudrait un expert traducteur.

pasglop
17/12/2020 à 16:04

vu et c est un big nanar ! le scenario le plus rerererevu du monde "la dimension parallèle" !! c est tellement vide et sans intérêt compare aux jeux videos , là on ne s amuse pas ! à fuir les fx bien mais sans plus on est loin loin de the mandalorian avec les araignées par ex !pourquoi faire ce genre de films qui n apporte rien ????????? triste c etait un bon real pourtant à ses debuts .....

Akitrash
17/12/2020 à 15:50

Anderson, le nouveau Uwe Boll? C'est dommage j'aimais bien Event Horizon moi!

Tylerdurden
17/12/2020 à 15:03

"The globe and mail" parle d'adaptation de jeu insignifiants?? Ils a fumé quoi le mec? On parle de résident evil et monster hunter... des super gros succès surtout résident succès international énorme avec plus de 15 jeux en 25 ans!
L'industrie des jeux vidéo rapporte beaucoup plus que le cinéma!!! Contredit ça journaliste de mon cul!! Sans doute un frustré qui ne sait pas tenir une manette (ou autre chose..) en mains...

Bratolach
17/12/2020 à 13:58

"Et même si son milieu traîne en longueur […], Anderson et sa femme [Milla] Jovovich prouvent que leur persistante saga Resident Evil n’était en rien un hasard : voici un couple qui sait comment prendre les jeux vidéo les plus insignifiants et les transformer en tranches de ridicule cinématographique conscientes d’elles-mêmes". Où l'on apprend que Resident Evil est une œuvre insignifiante.

Life is Hard
17/12/2020 à 13:57

Et encore un bombardement au napalm sur Anderson... Le mec il vous a traumatisé dans votre enfance je crois, ha ha ha. ????

C'est marrant, plus il s'en mange, plus j'ai de la sympathie pour lui. Bref, ce Monster Hunter est bien un des rares films que j'attends de voir dans cette mélasse hollywoodienne, et j'espère bien que je vais kiffer ! ^^

l'autre
17/12/2020 à 13:57

ça picote le google translator !!!

Uleertel
17/12/2020 à 13:55

Traducteur est un métier compliqué, comme le prouve la laborieuse lecture des critiques de l'article.

Niko
17/12/2020 à 13:41

Ce mec, c'est le Uwe Boll hollywoodien.

votre commentaire