Destination finale 6 : un gros retard mais promis, ce sera pas un reboot débile

La Rédaction | 29 octobre 2020 - MAJ : 30/10/2020 00:23
La Rédaction | 29 octobre 2020 - MAJ : 30/10/2020 00:23

Un nouveau Destination finale (le sixième tout de même) arrivera plus tard que prévu, pour cause de pandémie en 2020. Mais apparemment, ça ne sera vraiment pas une bête suite, ou un bête reboot.

Alors que le futur semble de plus en plus gris et opaque, le passé revient par vagues pour mettre régulièrement quelques baffes aux spectateurs, avec des suites, remakes, reboots ou autres manœuvres. Rien que la catégorie slasher est corsée. Vous avez aimé la trilogie Scream et même Scream 4 ? Scream 5 arrive. Vous avez un souvenir un peu doux de Souviens-toi... l'été dernier ? La série arrive sur Amazon. Même Urban Legend sera de retour. Et inutile de mentionner les increvables Halloween, Chucky, et autres Massacre à la tronçonneuse, continuellement réexploités.

Un sixième Destination finale est donc dans les tuyaux depuis quelque temps. Destination finale 5 est sorti en 2011, après une décennie de mises à mort sanglantes et de plus en plus rocambolesques, loin de la sobre noirceur du premier Destination finale sorti en 2000. Et vu les scores au box-office de chaque épisode (186 et 157 millions pour les deux derniers en date), nul doute que les producteurs s'y accrochent.

 

Photo"J'ai rêvé qu'on lançait en fait une saga débilos !"

 

Interrogé par Bloody Disgusting pour son nouveau film d'horreur, Don't Look Back, Jeffrey Reddick a parlé de la saga mortelle. Et il est bien placé pour en discuter puisqu'il a co-écrit le premier volet (avec James Wong et Glen Morgan), produit le deuxième en plus d'être crédité sur l'histoire, et son nom est resté au générique de la franchise pour ces raisons.

Il confirme déjà l'évidence : la pandémie a mis en pause ce nouveau Destination finale. Mais il donne quelques pistes sur ce projet qui a tout d'un reboot, mais n'en serait pas un, même s'il se déroulait dans un autre monde, selon le scénariste :

"C'est toujours comme ça : si ça marche, pourquoi changer. Mais dans ma tête, la Mort pourrait utiliser tellement de moyens. Jusque là on a vu une manière de faire, à la Rube Goldberg [référence à la machine de Rube Goldeberg, qui accomplit une tâche très simple d'une manière extrêmement compliquée, ndlr]. Mais la Mort pourrait nous avoir de plein d'autres manières..."

 

photoMary Elizabeth Winstead est passée par là

 

L'occasion pour lui de redire que la première version de Destination finale était sensiblement différente :

"Dans mon histoire originale, qui était un peu noire parce que je suis un fan des Griffes de la nuit, la Mort jouait psychologiquement avec les  personnages, pour un péché ou un méfait qu'ils avaient commis, et ils finissaient par se tuer eux-mêmes. Donc c'était un peu noir. Je ne pense pas que je voudrais faire ce film aujourd'hui, mais je pense que ce serait amusant d'explorer ce monde, un peu comme avec le deuxième film. Je veux étendre la mythologie. Si je revenais, je voudrais quelque chose de différent."

Autre chose intéressante : Jeffrey Reddick revient sur le refus des producteurs d'avoir un premier rôle afro-américain sur Destination finale 2. Un énième témoignage qui rappelle le formatage global dans l'industrie hollywoodienne :

"On en était à l'étape classique du casting, mais quand on a décidé d'en faire un film indépendant, j'ai dit à l'équipe que je voulais caster une actrice noire. J'ai vu tellement d'excellentes actrices noires. Lors du casting, quand on cherche le premier rôle d'un film de studio, les acteurs et actrices blancs sont la norme par défaut, toujours. Toujours. Quand j'ai vendu mon histoire pour Destination finale 2, dans mon traitement, Kimberly était décrite comme afro-américaine. Je me disais, choisissons enfin une fille noire pour le premier rôle d'un film d'horreur. Mais quand on est arrivé à l'étape du scénario, ils ont retiré la description. Et bien sûr, même si la description y était, ils auraient probablement casté des acteurs blancs parce que c'est la norme à Hollywood. Mais ça a changé. On évolue en tant que pays."

 

photo, A.J. Cook, Michael LandesA.J. Cook, alias Kimberly (à gauche) dans Destination finale 2

 

Hormis Tony Todd omniprésent dans la saga, Destination finale a effectivement tourné autour de visages dignes de Beverly Hills : Devon Sawa et Ali Larter dans le premier, A.J. Cook et Michael Landes dans le deuxième, Mary Elizabeth Winstead et Ryan Merriman dans le troisième, Bobby Campo dans le quatrième, et Nicholas D'Agosto dans le cinquième.

À noter que si ce nouveau Destination finale veut la jouer soft-reboot en reprenant un titre sans numéro (comme Halloween 2018, The Suicide Squad en 2021 ou encore Scream en 2022), bon courage : Destination finale 4 a déjà grillé la carte puisque son titre VO est The Final Destination.

Tout savoir sur Destination Finale Reboot

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Batsy
30/10/2020 à 00:06

C'est Destination Finale 4 qui s'appelait "The Final Destination" ;)

Sinon j'ai hâte, je l'ai ai tous aimé, même le 4ème qui est le plus détesté et conspué par les fans, au point qu'ils était presque interdit d'en parler sur un gros forum dédié à la franchise à une époque :')

Tant que c' est bon, je suis partant. Pour l'instant, seul Halloween de rob Zombie à réussi à me yeux à faire un ptn de bon reebot, et qui est, fun fact: le plus détesté parmi tout les fans. Je me souvient de m'être fait bloqué par un gros compte de Michael Myers pour en avoir dit du bien :''''')

Numberz
29/10/2020 à 21:43

Ouaip, je suis à fond pour le retour et l'explication de candyman

Maski mask
29/10/2020 à 19:22

Un destination final au moyens âgé ou pen dans la guerre de sécession etc.. sa serais très intéressant, un film qui sert de prequel ou on voit apparaître le personnage de Tony Todd un peu plus ça serais cool

votre commentaire