Salto : plus belle la VOD avec le molotov anti-Netflix ?

La Rédaction | 20 octobre 2020 - MAJ : 20/10/2020 15:56
La Rédaction | 20 octobre 2020 - MAJ : 20/10/2020 15:56

Ça y est, après des mois d’attente, de reports et parfois de moqueries, la plateforme Salto est disponible pour les spectateurs français. Kézako et comment ça marche ? 

 

photoMaintenant, c'est la bagarre !

 

C’EST QUOI, EN FAIT ? 

Une plateforme lancée conjointement par France Télévisions, TF1 et M6, qui a l’ambition de devenir une centrale de rediffusion qui compte, à laquelle s’ajouteront des exclusivités, et à terme, des créations originales. Un regroupement stratégique et une orientation nés d’un double constat : la fin de l’attachement à la programmation linéaire dans une frange de la population (la plus jeune, et donc, possiblement, appelée à devenir de plus en plus nombreuse) et la difficulté pour les plateformes SVoD des chaînes à survivre dans un environnement hyperconcurrentiel, où leurs tarifs sont encore trop élevés et leurs performances techniques... perfectibles. 

En témoigne la mort récente de MyTF1.vod.fr. Pour autant, les acteurs télévisuels hexagonaux, bien conscients qu’ils ne pouvaient déserter le terrain, ont donc créé Salto, disponible dès à présent. La plateforme propose trois offres, plus ou moins coûteuses en fonction du nombre de connexions qu’elles autorisent. Une “solo” à 6,99 euros, une “duo” à 9,99 et une offre “tribu” à 12,99. 

 

Photo Chris RockUn fardeau pour Fargo ?

 

UN MOLOTOV CONTRE NETFLIX ? 

Pour commencer, il convient de corriger un peu le tir, pas forcément très réussi en termes de pure communication. En témoignent les cascades de commentaires dédaigneux, voire franchement méprisants, à l’endroit de la plateforme, qui la comparent à NetflixDisney+ et autres Amazon Prime Video. On pourra raisonnablement y voir des symptômes de l’auto-dénigrement bien de chez nous, ou de l’acculturation d’une partie croissante de la population, mais c’est essentiellement les prises de position successives des intervenants concernés par le projet, à commencer par la direction de France Télévisions et leur relais souvent biaisé ou simpliste dans les médias, qui ont engendré ce malentendu.

 

Photo Samuel Le BihanIls étaient dix, à la fin il n'en restera qu'un (et ce sera peut-être Salto, qui sait ?)

 

En multipliant les interventions concernant la nécessité pour le groupe d’audiovisuel public de se mettre en situation de ne plus brader ses produits d’appel à Netflix, la présidence du groupe a laissé entendre que Salto serait non seulement en première ligne sur ce sujet, mais aussi un fleuron technique dans ce secteur très concurrentiel. Or, la plateforme hexagonale ne joue pas dans la même cour que les mastodontes de la SVoD et ne propose pas du tout le même service. 

Comme l’explique avec précision et pédagogie Films de Loverun des twittos les plus en pointe sur le sujet, Salto se situe à mi-chemin entre une offre de SVoD et un outil de replay surgonflé, mais ne peut pas vraiment être comparé à l’un ou à l’autre. De même, il ne se pose pas en concurrent de la télévision “classique”, puisqu’il en est une émanation, qui vise plutôt à ramener ou capter un public qui pourrait s’intéresser aux programmes concernés, mais dont les modes de consommation l’en tiennent éloigné. 

 

 

DES EXCLUS DE LA MORT ? 

C’est peut-être sur le contenu que la plateforme risque de frustrer une partie des spectateurs, tant l’offre propose peu ou pas d’exclusivités. La seule création originale n’est pas une exclusivité, puisqu’elle sera prochainement diffusée sur M6, il s’agit de Ils étaient dix produits par M6 et réalisés par Pascal Laugier. Parallèlement, on peut aussi trouver, en exclusivité pour le coup, la saison 4 de Fargo, qui a donc échappé à Netflix (ainsi que les trois saisons précédentes en intégralité). Deux propositions pas dégueus, tant s’en faut, mais sans doute insuffisante pour pousser des spectateurs à s’abonner. 

Et si côté séries ou émission, le catalogue est sur le papier aussi solide que vaste (Parks and RecreationMalcolmSeinfeld...), on note quelques manquements étonnants, comme Un village français, annoncé depuis des mois, mais indisponible au moment où nous écrivons ces lignes. Un grief qui va de pair avec un sérieux problème de nomenclature, Salto indiquant assez peu clairement si les séries proviennent de replay (et sont donc appelées à disparaître rapidement), si la série est disponible en intégralité, ou morcelée. 

 

Photo Amy PoehlerAmy Poehler et Parks & Recreation, en exclusivité sur Salto en France

 

Un manque de clarté qui ne manquera d’agacer une partie des spectateurs potentiels, lesquels pourraient se tourner vers une concurrence attractive tant au niveau des prix que l’ergonomie, on pense notamment à l’offre Molotov+, à un peu plus de 4 euros, et qui pourrait bien moissonner le public visé par Salto. À moins que la possibilité offerte par la plateforme de France TV, TF1 et M6 de sélectionner un programme via son horoscope ne soit le game changer que l’industrie attende et rebatte instantanément les cartes de la diffusion de par le monde. Qui vivra verra. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Pete
21/10/2020 à 00:37

Le problème de Salto, c'est les titres du genre "Anti-Netflix" !
C'est absurde et ce n'est pas le projet.

Vieux
20/10/2020 à 22:21

"Kezako et comment ça marche" disiez-vous dans l'intro de votre article... Je n'ai rien trouvé qui me renseigne sur le côté pratique: y a-t-il un décodeur? faut-il abandonner son téléviseur qui n'a pas tous les branchements modernes? faut-il aligner une télécommande de plus devant sa TV? des questions de vieux, quoi...

Jack s.
20/10/2020 à 17:21

Plus qu'à pirate Fargo

Ozymandias
20/10/2020 à 16:39

Mouais j'avoue que ça ne m'accroche pas plus que ça. Bon en même temps en Suisse c'est pas dispo ^^.

Abcb
20/10/2020 à 16:29

Je suis très déçu de cette plateforme. Je pensais pouvoir retrouver des programmes des chaînes impliquées, mais soit la série n’y est pas comme Fais pas ci fais pas ça, où on a juste une saison comme Clem, voir même des morceaux de saison. Il n’y a pas non plus des séries récentes comme le mensonge. Je ne sais pas s’ils ont bien compris le concept de plate-forme de streaming où on peut regarder comme on veut au rythme que l’on veut.
Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un replay gratuit par ailleurs qui ici est payant.
Après la période gratuite, je résilie, aucun intérêt.

Simon Riaux - Rédaction
20/10/2020 à 15:57

@Y

Le service s'est interrompu à la fin de l'été

https://mytf1vod.tf1.fr/

Y
20/10/2020 à 15:55

Pourquoi dites-vous que Mytf1 est mort ?

alulu
20/10/2020 à 15:06

"Tribu"....lol

Bullitt
20/10/2020 à 14:09

MyTF1 Vod et non MyTF1 où l'on retrouve tout le replay du Groupe TF1

votre commentaire