Woody Allen se défend : pourquoi il n'écrit pas de personnages noirs

Marion Barlet | 31 mars 2020
Marion Barlet | 31 mars 2020

Woody Allen affirme dans ses mémoires Soit dit en passant que l'absence de diversité dans ses films ne l'empêche pas d'être progressiste.

Dans Apropos of Nothing (titre en version originale), le réalisateur est revenu sur les grands temps de sa carrière, ses chefs-d'oeuvres et les à côtés polémiques et médiatiques qui l'ont secoué. Avec son titre badin et faussement modeste, typique de l'humour du cinéaste, le livre vise à mettre en lumière des parts d'ombre et à clarifier des méfaits qu'il aurait subits. Pris dans la tourmente d'accusations de pédophilie par sa fille Dylan Farrow, lourdé publiquement par Timothée Chalamet et non distribué pour Un jour de pluie à New York aux Etats-Unis avant de voir ses mémoires créer la polémique, Woody Allen répond désormais aux attaques sur la non-diversité dans ses films.

Pas besoin de sortir la loupe pour trouver des acteurs de couleur chez Woody Allen, il n'y en a pas de signifiant. Mais cet aspect ne révèlerait rien de l'engagement politique et idéologique de l'homme, qui a justifié sa démarche par la dramaturgie de ses films et par ses actions concrètes à la communauté afro-américaine. Il a ainsi écrit dans Soit dit en passant :

 

Photo Diane Keaton, Woody AllenWoody Allen est son acteur principal (Annie Hall)

 

"J'ai reçu des critiques au fil des ans, sur le fait que je ne mettais pas dans mes films des personnes afro-américaines. Alors que la discrimination positive peut être une solution très positive dans de nombreux domaines, cette politique ne fonctionne pas en ce qui concerne les castings. Je caste toujours quelqu'un en gardant à l'esprit que la personne colle le plus possible au rôle.

Quand vient la question de la politique raciale, j'ai toujours été quelqu'un de libéral, voire même peut-être radical. J'ai participé à la marche sur Washington avec Martin Luther King, j'ai beaucoup donné pour l'Union Américaine pour les Libertés Civiles quand ils en avaient besoin pour leur campagne sur le Voting Right Act en 1965 ; j'ai donné des prénoms à mes enfants qui étaient ceux de mes héros afro-américains, et j'ai déjà dit publiquement dans les années 1960 que j'étais à fond pour que les afros-américains puissent atteindre leur but par n'importe quel moyen. Cependant, lorsqu'on parle de casting, je ne raisonne pas en termes politiques, mais selon ce qui me semble correct en terme de dramaturgie."

 

photo, Timothée Chalamet, Selena GomezSelena Gomez et Timothée Chalamet dans Un jour de pluie à New York

 

Deux points à signaler au lecteur : l'expression "discrimination positive" traduit "Affirmative Action" et celle de "politique raciale" n'a pas de connotation péjorative aux Etats-Unis. Le réalisateur assume la non-représentation des diversités ethniques devant sa caméra mais l'explique par la primauté qu'il donne à son art. Mais pour que la personne "colle le plus possible au rôle", ne faudrait-il pas lui en écrire un à cet effet, pourrait-on s'interroger ? Ensuite, le réalisateur se justifie en montrant patte blanche dans la vie courante : engagé, limite progressiste radical, manifestant.

Son propos s'inscrit dans le débat : l'art est-il, et même, doit-il être politique ? Ce à quoi Woody Allen répond "non", du moins "non, pas de cette manière". Le réalisateur ne s'excuse donc de rien mais légitime toutes ses positions.

Abandonnées par Hachette en France, ses mémoires ont été récupérées par Stock qui a pris en charge sa publication dans l'Hexagone, dans un contexte houleux post-César. De leur côté, les Etats-Unis ont renoncé un temps avant que le bouquin soit finalement publié il y a quelques jours par le biais de l'éditeur Arcade Publishing.

 

Affiche française

commentaires

Rorov94
27/05/2020 à 14:59

C'est clair que de faire du révisionnisme culturel ça craint!
Depuis NAISSANCE D'UNE NATION c'était une sorte de sport national à Hollywood:
U 571 et son équipe américaine alors que c'était les british,Pocahontas qui es en réalité morte d'une maladie véneriene,LES RIVIÈRES POURPRES et son personnage principal de flic arabe dans le livre joué par Cassel sous un autre nom,Angelina Jolie qui joue une afro-américaine,un hawaïen qui joue Bruce Lee...
Bientôt sur vos écrans:
Kurt Cobain joué par Jaden Smith,un biopic de Trump avec Sharu Khan dans le rôle titre,James Bond avec Peter Dinklage et un dauphin dans le rôle du requin dans le remake de JAWS!

Rorov94
27/05/2020 à 14:46

Je citerai le grand Eddy Murphy dans un sketch du Saturday Night Live:
«Woody Allen est trop fort mec! Même quand il fait MANHATTAN il y a aucuns noirs!»

Rapace
27/05/2020 à 12:34

Dans "le rêve de Cassandre" il y en a (la partie de poker, la serveuse mėtis du début, la comédienne....).

Rebelle33
03/04/2020 à 09:45

Woody ALLEN a un humour...ravageur....et d'une intelligence hors du commun!!!!
Et même si son oeuvre cinématographique est inégale, elle n'en demeure pas moins l'une des plus originales qui soit!!!!

Maev
02/04/2020 à 12:09

Est ce vraiment une polémique. Il écrit sur ce qu'il veut non ?!

Jim Gordon
01/04/2020 à 22:55

Il est l'un des meilleurs réalisateurs jamais n'importe ou.

Ludwig Van
01/04/2020 à 17:48

Woody Allen s'est marié à sa fille adoptive. Il n'y a pas plus "progressiste" que lui.

comics-analyst
01/04/2020 à 17:24

C est bien beau tout ca mais comme disait Spike lee et Eddy murphy qui avaient ete les premiers à me le faire remarqurr au debut des annees 90s difficile pour Allen de ne pas faire apparaitre de Portiers, de taximen, d infirmiers etc. noirs.
mais peut etre que si les afro americains n'etaient pas obliges de subir l'egemonie blanche et que l'Afrique n'etait pas le seul continent ou il n y a pas un pays de d'aux moins 200 millions d'habitants et une superficie d'aux moins 5 millions de kilometres carre comme l'Europe 3 fois plus petite que l' Afrique mais avec une Russie occupant la moitier de ce continent avec environs 5 millions de km2 et un Nigeria à l'etroit avec son costume à 1 millions de km2 pour plus de 150 millions d'habitants .
Peut etre que si ce pays existait, la diaspora africaine s'exprimerait mieux au cinema et ne serait pas oblige de faire du forcing avec les quota;

MystereK
01/04/2020 à 15:10

BRO oui, bien sûr parce qu'il raconte la communeauté qu'il connait.Il préfère parler de juifs new-yorkais, l'environnement dans lequel il a grandi, plutôt que des lapons ou des pygmées qu'il ne connait pas.

RENE
01/04/2020 à 12:19

Et c'est trés bién comme ça Merci Woody ne changez rien,la rareté est si précieuse

Plus

votre commentaire