James Bond : Sam Mendes n'a pas très bien vécu son expérience sur la saga

Mathieu Jaborska | 18 décembre 2019 - MAJ : 18/12/2019 18:13
Mathieu Jaborska | 18 décembre 2019 - MAJ : 18/12/2019 18:13

À la veille d'un nouvel épisode des aventures de 007, les langues se délient à propos de l'ère précédente, apparemment pas de tout repos.

Mourir peut attendre a officiellement démarré sa promotion avec une généreuse bande-annonce. Le 25e James Bond est définitivement un épisode charnière à beaucoup d'égards. En effet, il marque le départ de Sam Mendes de la saga, remplacé au pied levé par Cary Fukunaga. Il restera aussi comme le dernier opus mettant en scène la classe de Daniel Craig. L'acteur, déjà peut-être remplacé temporairement au sein du film par le personnage de Nomi, joué par Lashana Lynch, a déclaré récemment être fatigué de ces tournages, des expériences décidément bien éprouvantes.

 

photo, Daniel CraigParis un jour de grève

 

Dans ces entretiens, il avait aussi surtout plaint le travail du réalisateur, sollicité sans le moindre temps mort. Il semble qu'il se soit bien renseigné puisque Sam Mendes, qui l'a dirigé sur Skyfall et Spectre, a dernièrement aussi fait part de la charge de travail que représente le tournage d'un James Bond. Interrogé par le Sunday Times, il a raconté la violence de l'expérience.

"Quand j'y repense, ça me remue l'estomac. C'est juste tellement dur. Vous avez l'impression d'être le manager de l'équipe de football d'Angleterre. Vous pensez, si je gagne, je survivrai. Si je perds, je serai mis au pilori. Il n'y a pas de victoire. Juste de la survie."

 

Photo Léa SeydouxLéa Seydoux dans Spectre

 

Sorti du Koh-Lanta de la cinématographie, le cinéaste décrit un système hollywoodien sans pitié, mais bien connu, où chaque artiste n'est jugé qu'à travers ses succès. Il fait ainsi référence à l'échec critique de Spectre, pourtant un petit carton au box-office avec 880,6 millions de dollars de recettes. En tout cas, il semble très heureux de ne plus faire partie de cet éreintant jeu de chaises musicales. Pourtant, le metteur en scène n'est pas avare en défis : 1917, son prochain film, est un tour de force technique annoncé, constitué d'un unique long (faux) plan-séquence.

Comme quoi, la pression vient plus des budgets exorbitants et des impératifs imposés par une telle franchise que de la réalisation en elle-même. Pour assister au burn-out de Cary Fukunaga, il faudra attendre le 8 avril 2020, date de sortie de Mourir peut attendre. Avant ça, il y aura la démonstration guerrière de Sam Mendes, déjà acclamé par la critique1917, prévu pour le 15 janvier prochain.

 

affiche

Tout savoir sur Spectre

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Robert Greg
19/12/2019 à 11:31

N'empêche que Skyfall est vraiment génial... Bien meilleur que Spectre.

Blop
19/12/2019 à 07:02

C'est pas parce que tu encaisse un gros chèque que tu dois être satisfait de ton boulot ou de l'expérience vécu. Ce qui est plus étonnant c'est pourquoi du coup il en a fait 2.

jorgio6924
18/12/2019 à 20:55

Heu en même temps il s'attendait à quoi ?
James Bond existe depuis 1962 et les pages jaunes doivent représenter le quart du cahier des charges du fait d'un budget avoisinant les 200-250 millions sans compter la promotion.
Cela dit, il a bien du encaisser son "petit" chèque...

Sébastien
18/12/2019 à 18:47

Euh, vous n'avez pas oublié quelque chose?

Personne ne parle de la chanson-titre. Des nouvelles?

votre commentaire