Films

Harvey Weinstein rappelle qu’il est un pionnier du féminisme et que les femmes d’Hollywood devraient le remercier

Par Christophe Foltzer
17 décembre 2019
MAJ : 20 février 2020
8 commentaires
Extrait interview (screenshot)

Depuis octobre 2017, c’est un peu le bordel à Hollywood, pour ne se limiter qu’à cette zone évidemment. Harvey Weinstein est tombé et, avec lui, un gros tabou également.

Oui, on ne remettra jamais en cause le mouvement #MeToo pour ce qu’il a apporté sur la scène du débat de société. Avec la chute d’Harvey Weinstein, c’est un comportement généralisé gravissime et lourd de conséquences pour ses victimes qui a pris fin et on ne peut que s’en féliciter. Mais il ne faudrait pas croire pour autant que, du coup, les agressions sexuelles soient terminées dans ce milieu. Non, tout reste encore à faire.

 

Photo Harvey WeinsteinHarvey Weinstein a vu la lumière

 

Cela dit, la destitution de nombreuses personnalités masculines de leur piédestal a entamé une purge à Hollywood dont nous ne verrons les conséquences réelles que dans quelques années et cela risque bien de transformer notre rapport à l’industrie. Tant mieux quelque part, c’est ainsi que le monde avance.

Pourtant, malgré les nombreux procès dont il est la cible, Harvey Weinstein n’a pas perdu sa morgue légendaire et il vient de le prouver encore une fois au micro de Page Six, à qui il vient d’accorder une interview où il rappelle à ceux qui l’avaient oublié, quel défenseur des femmes il est, au fond.

 

Photo Rose McGowanPas sûr que Rose McGowan partage ce point de vue

 

« J’ai l’impression d’être l’homme oublié. J’ai produit plus de films réalisés par des femmes que n’importe qui, et plus de films qui parlent de femmes que n’importe quel réalisateur, et je parle de ces 30 dernières années, pas du moment où c’est devenu à la mode. Je l’ai fait le premier ! Je suis un pionnier ! Tout ce que je récolte, c’est d’être éviscéré à cause de ce qui s’est passé… Mon travail a été totalement occulté. Je veux que cette ville reconnaisse qui j’ai été plutôt que ce que je suis devenu. »

Une déclaration qu’il faut quand même parvenir à sortir sans claquer des dents compte tenu des circonstances et qui prouve que l’homme n’est toujours pas du genre à accepter la réalité. Pas sûr qu’il fasse autant le malin lors de son procès pour viol qui débutera le 6 janvier. Il n’y a que lui, aujourd’hui, qui pense qu’il est encore L’Intouchable, Harvey Weinstein. Un documentaire d’Ursula MacFarlane qui sortira d’ailleurs en vidéo le 3 janvier prochain.

 

affiche

Rédacteurs :
Tout savoir sur Harvey Weinstein
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Andarioch1

Ne soyons pas naïf. Il n’y a probablement rien de spontané dans cette déclaration. Plutôt les premières pierres d’une ligne de défense dictée par une armada d’avocat qui vont toucher l’équivalent du PIB du Bénin pour lui faire dire ce genre de *¤#§-#!

Dirty Harry

Il a un p….de Spin Doctor ! A la maison-mère ils lui ont sorti l’avocat de DSK, la crème du service communication du Mossad et une armée d’attaché de presse pour oser sortir ça !

McCoy

Au fond, il a raison. Ça dérange mais il a raison.

Aujourd’hui produire des réalisatrices c’est juste une mode parce qu’il y a de la lumière sur ce phénomène (idiot). Ce n’est en aucun cas pour le talent.

Deadgobb

McCoy :

Ce n’est absolument pas une vérité dérangeante. Weinstein a sans doute produit beaucoup de films de réalisatrices ou qui parlaient de femmes mais ce n’était absolument pas par sensibilité progressiste comme il voudrait le suggérer. Déjà il a produit énormément de films tout court donc ça aurait été bien le diable qu’il n’y en ai aucun réalisé par des femmes ou parlant de femmes.

Et puis deuxièmement… il cherchait à violer les femmes avec qui il était en relation par son travail, cela vous semble toujours aussi beau qu’il ait peut-être plus chercher à travailler avec des femmes que la moyenne des producteurs en prenant en compte cette donnée ?

Constantine

Bah oui il aime les femmes , c’est évident…( et c’est tellement un BG …Quel chance !)