Top Gun : Maverick - Tom Cruise nous apprend à voler dans la nouvelle bande-annonce spectaculaire

Mathieu Jaborska | 16 décembre 2019
Mathieu Jaborska | 16 décembre 2019

Quand le monde a besoin de franchises, un seul héros peut s'imposer : Tom Cruise. La suite de Top Gun mise sur la nostalgie, mais aussi sur la nouveauté.

Certainement un des longs-métrages les plus emblématiques des années 1980 et pilier de la filmographie de Tony ScottTop Gun a presque créé de toutes pièces une passion du cinéma pour l'aéronautique, en plus de donner lieu à une tripotée de parodies en tous genres. C'est aussi le premier vrai triomphe de Tom Cruise, transformé en icône après avoir incarné tout en finesse et en abdominaux le personnage de Maverick, casse-cou au coeur tendre. Avec 356,8 millions de dollars récoltés pour un budget de 15 millions hors inflation, c'est aussi un énorme carton.

 

photo Top Gun MaverickLes lunettes de soleil ne vieillissent pas, elles

 

Forcément, selon la loi de Murphy, de Maverick ou d'Hollywood, il fallait une suite, et celle-ci a quand même mis plus de 30 ans à arriver. C'est Joseph Kosinski, déjà réalisateur d'Oblivion et de Tron - L'Héritage, qui a hérité du projet, aidé par un scénario co-écrit par le Christopher McQuarrie en charge des derniers et prochains Mission : Impossible. Pas de panique : Tom Cruise est de retour dans le rôle principal et donnera cette fois la réplique à Jennifer Connelly et Miles Teller, alors que Val Kilmer devrait aussi revenir dans la peau de Tom "Iceman" Kazanski. 

Un premier teaser avait promis avant tout de la pornographie pour aérophiles, la bande-annonce enfonce le clou, se permettant au passage de s'attarder un peu sur l'intrigue. Maverick devrait enseigner à la jeune génération comment faire 18 loopings sans rendre son petit déjeuner. Néanmoins, cela reste son histoire. Il est au coeur de chacune des images révélées ici, parfois vraiment spectaculaires.

 

 

Terminé, les torses nus et l'homo-érotisme latent, ou presque, si on en croit ce plan furtif montrant ce qui constituait les plus grosses scènes d'action du premier volet : les parties de volley-ball. L'heure est à la pédagogie, aux sourires charmeurs et surtout aux séquences aériennes, apparemment impressionnantes. Joseph Kosinski compte bien nous en mettre plein la vue avec des scènes qui font déjà envie. Probablement très réaliste dans ses moments les plus spectaculaires, le long-métrage pourrait se démarquer des blockbusters extravagants habituels et suivre l'exemple récent de Le Mans 66.

Pour voir tout ça, il faudra patienter jusqu'au 15 juillet 2020.

 

afficheUne nouvelle affiche en rab'