Wonder Woman 1984 : la réalisatrice Patty Jenkins promet que Chris Pine n'est pas de retour uniquement pour nous faire plaisir

Christophe Foltzer | 10 décembre 2019
Christophe Foltzer | 10 décembre 2019

Après un premier film culminant à près de 822 millions de dollars de recette à l'international, forcément, Wonder Woman 1984 est attendu au tournant...

Et c'est vrai que l'enjeu est d'importance pour Warner et DC, surtout après leurs derniers coups d'éclat car oui, Wonder Woman 1984 doit être la preuve qu'ils ont tout compris, qu'ils ont enfin trouvé leur propre rythme, indépendamment de Marvel et que ce qui s'est passé du temps de Justice League n'est plus qu'un lointain souvenir.

 

photo Wonder Woman 1984Patty Jenkins et Gal Gadot, en mode shopping

 

Tourné alors que Joker n'était pas encore sorti et n'avait pas calmé tout le monde, on imagine bien que le métrage de Patty Jenkins a dû intégrer cette nouvelle orientation du studio à la volée, avec tous les risques que cela comporte. Mais, dès le départ, le projet s'imposait comme une rupture de ton, avec notamment la décision d'ancrer son histoire en 1984 et de jouer avec les clichés en vigueur de cette période très à la mode en ce moment.

Pourtant, la plus grosse surprise était sans conteste la présence de Chris Pine, reprenant le rôle de Steve Trevor, le love interest de l'héroïne, super décédé dans Wonder Woman. Un retour on ne peut plus mystérieux que la bande-annonce diffusée ce week-end n'a pas cherché à nous expliquer, conscient qu'il s'agissait là, probablement, d'un argument majeur pour attirer les fans dans les salles obscures.

Cela dit, il ne faudrait pas croire que ce retour soit uniquement opportuniste. Non, Patty Jenkins vient de dévoiler, au micro du journaliste brésilien Miguel Morales que tout ceci avait son importance dans l'histoire :

 

Photo Chris PineHow does it feel ?

 

"Je ne peux pas vous révéler comment il revient mais disons simplement ceci : Nous n'avons pas mis Steve Trevor dans le film simplement pour mettre Steve Trevor dans le film. Quand on a pensé à l'histoire de ce film, alors que nous faisions encore le premier, on a eu comme une épiphanie et on n'aurait pas pu raconter cette histoire sans Chris Pine reprenant le rôle de Steve Trevor. Donc, je vous promets que ce n'est pas un truc, cela fait partie intégrante de l'histoire. C'était capital pour nous de l'avoir et nous nous sommes bien amusés. C'était génial d'avoir Chris de retour tout comme c'est important pour cette histoire que je suis impatiente de vous voir découvrir."

Un retour capital pour le scénario donc, dont on espère qu'il sera vraiment justifié lorsque nous découvrirons le film en salles le 3 juin 2020. D'ailleurs, Jenkins en a également profité pour justifier le choix des années 80 comme période du scénario :

 

Wonder Woman 1984To trick me like you do ?

 

"Pourquoi 1984 ? Nous voulions que Diana arrive dans le monde moderne. Mais les années 80 reste une période à laquelle Wonder Woman est particulièrement rattachée. Donc c'était génial de la voir là. Mais, plus important encore, c'était un moment faste pour la civilisation occidentale et nous vivons actuellement dans ses conséquences. Donc j'étais vraiment curieuse à l'idée de confronter Wonder Woman au pic de notre système de croyances actuel, de trouver le bon adversaire qui pourrait en être issu et de voir ce qui allait se passer. Donc, tout ça c'est fait très naturellement."

Des intentions claires et intéressantes, certes, mais qui masquent mal l'autre enjeu de ce choix important. Un choix double d'ailleurs : d'une part ça permet de surfer sur la mode des années 80 et d'en reprendre toute l'imagerie et, d'autre part, cela permet surtout de rayer Justice League de la chronologie puisque, en racontant une histoire qui se déroule avant, personne n'est obligé d'y revenir après. Et c'est plutôt malin.

 

commentaires

Sim
20/12/2019 à 22:16

Pour le coup la bande annonce est pas mal du tout, on verra...

Pulsion73
12/12/2019 à 09:05

J'adore ce trailer, il donne une de ces patates ! Pas comme Black Widow.

Asia
11/12/2019 à 17:44

J aimerais qu elle se transforme sinon l extrait est top une Wonder woman plus pop j adore

Andrew Van
11/12/2019 à 09:03

@www

XD
E.L. ??

Niver69
11/12/2019 à 00:48

@ComprendsPas
Le film se passe avant JL et BvS n’y a pas besoin « à comprendre ». Il n’y a pas de besoin de revoir JL pour regarder WW84, WW suffit à lui-même.

tom's
10/12/2019 à 21:01

IL doit être réussis tous les ingrédients sont réunis pour que ce soit le cas, je parierais sur un retour de Steve Trevor en rapport avec le perso de Mlord si il peut donner vie a un souhait... et joué de l'amour que le perso de diana éprouve pour trevor en la mettant face a un dilemme morale,hyper malin si c'est le cas.

www
10/12/2019 à 15:33

Andrew Van, notre sympathique fan gay d'E.L !

Bonjour
10/12/2019 à 14:15

Cela veut dire que en faisant l'histoire avant justice league ils.peuvent.faire une.suite dans le monde aujourd'hui par rapport à ww2 et faire comme si elle n'avais jamais vécu.les événements de JL plutôt que devoir montrer les conséquences de JL dans sa vie. Aquaman pour sa part ne s'attarde pas non plus sur JL. Shazam n'en parle pas.Batman est rebooté le film sur flash est dans les limbes ne parlons pas de cyborg. Et apparamment il veulent dégager cavill du rôle de superwoman. On arrive à un.nouveau DCEU avec ww(si on enlève les 3minutzs au.present) ww2 aquaman shazam et le prochain Batman. On peux refaire un nouveau JL dans quelques annees

Neodraken
10/12/2019 à 10:01

@ComprendsPas moi non plus.

ComprendsPas
10/12/2019 à 09:56

@ Christophe Foltzer
"...cela permet surtout de rayer Justice League de la chronologie puisque, en racontant une histoire qui se déroule avant, personne n'est obligé d'y revenir après..."
Euh.... je dois être idiot mais j'ai strictement rien compris à cette phrase.....

Plus

votre commentaire