Joker : le réalisateur Todd Phillips en a vraiment marre des polémiques autour de son film

Déborah Lechner | 10 octobre 2019
Déborah Lechner | 10 octobre 2019

Todd Phillips en a vraiment ras le bol que les critiques reprochent à son film Joker de faire l'apologie de la violence et il l'a clairement fait savoir. 

Après la déferlante de critiques élogieuses reçues à la Mostra de Venise et au Festival de Toronto, Joker s'enfonce progressivement dans la controverse. Si tout le monde semble s'accorder sur le fait que Joaquin Phoenix a interprété le némésis de Batman avec brio, le souvenir de la fusillade d'Aurora en 2012 dans une salle de cinéma projetant The Dark Knight Rises reste toujours gravé dans les mémoires. Beaucoup reprochent ainsi au réalisateur Todd Phillips de glorifier la violence et la haine des institutions tout en humanisant le criminel Arthur Fleck.

À tel point que la sortie du film à Los Angeles s'est faite sous haute surveillance policière dont les effectifs ont été augmentés aux abords des cinémas. D'autres salles américaines ont également interdit tous les masques et maquillages de clown dans les salles pour minimiser les risques. Le principal intéressé, Todd Phillips, a été interviewé par Le Point lors de son déplacement à Paris à l'occasion de la sortie de son film événement. Il en a profité pour pousser un bon coup de gueule contre ces accusations qu'il trouve injustifiées :

 

photo, Todd PhillipsJoaquin Phoenix et Todd Phillips sur le tournage de Joker

 

"[...] Les critiques reprochent à Joker un discours politique qui viserait à encourager la violence contre les institutions. Ce n'était pas notre intention et pour moi Joker est surtout un film humaniste sur le destin tragique d'un homme. [...] C'est l'histoire d'un chic type malade qui devient une ordure."

Une partie de la critique estime aussi que Joker inciterait ceux qu'on surnomme aux États-Unis les Incels [ndlr : contraction de involuntary celibate, célibat involontaire en français, mais qui désigne aujourd'hui les communautés en ligne d'hommes blancs, célibataires, violents et misogynes] à passer à l'action, notamment par le meurtre. Mais Todd Phillips a, semblerait-il, mis un temps à comprendre ce qu'on lui reproche :

"Je ne connaissais même pas ce terme [ndlr : Incels] avant la controverse, j'ai dû aller chercher sur Google ! La critique cinéma a radicalement changé depuis quelques années aux États-Unis. Si vous lisez les deux premiers paragraphes de n'importe quelle critique de film aux États-Unis aujourd'hui, tout ce que se demandent leurs auteurs, c'est si le film est woke [ndlr : mot anglais utilisé pour décrire une œuvre dénonçant les injustices sociales] ou pas. Vous connaissez ce mot ? Mais, putain, de quoi parlent ces mecs ? Ils reprochent à Joker des choses qui ne sont même pas le sujet du film.

 

photo, Joaquin PhoenixJoaquin Phoenix avec le maquillage du Clown Prince du Crime

 

En quoi serions-nous irresponsables, alors que justement dans Joker, la violence a des conséquences terrifiantes et réalistes ? Notre film est tout sauf une célébration de la violence, ça me met profondément en colère. On était tellement persuadé que la presse serait soulagée de voir qu'un film estampillé super-héros essaie d'être autre chose qu'une foire aux images numériques conçue pour faire vendre des pyjamas pour gosses… On voulait faire un vrai film, ce malentendu est donc très décevant. "

Durant l'interview, Todd Phillips s'est ensuite inquiété des répercussions de ce genre de controverses sur la créativité et la diversité des oeuvres au cinéma et dans l'art :

"Au-delà de ça, en jugeant une œuvre d'art exclusivement par ce prisme moral, vous tuez dans l'œuf toute créativité. Je n'ai pas lu White, mais Bret Easton Ellis a entièrement raison [ndlr : le roman parle de la libre création mise à mal par les réseaux sociaux]. L'indignation est devenue le produit courant de la critique, un argument de vente. J'espère vraiment que cette tendance n'atteindra pas la France."

Il y a quelques jours, le réalisateur avait suscité la polémique avec ses propos sur la mort de la comédie au cinéma à cause du politiquement correct qui avait énervé les internautes, on espère donc que Phillips n'ajoutera pas un nouveau bad buzz à une liste qui commence à être bien remplie. Joker est sorti dans les salles françaises ce 9 octobre, notre critique sans spoilers est disponible par ici

 

Affiche fr

 

commentaires

@abbeylee
13/10/2019 à 17:09

Simon Riaux - Rédaction 11/10/2019 à 15:57
@Jgig
Je veux bien que vous m'indiquiez où et quand j'ai pointé du doigt une oeuvre pour son contenu moral. Je veux bien un exemple.

> au pif : Bohemian Rhapsody, prétendument problématique dans sa représentation de l'homosexualité.

Loxymora
13/10/2019 à 16:16

Très bon film sur le politiquement correct d'une certaine bourgeoisie qui méprise ceux qui sont différents, même sans parler de folie. La non-communication entre humains, l'augmentation de la misère, des maladies mentales et des déchets sont les fléaux qui menacent le monde. L'expressionnisme exagère les traits et renvoie à "L'Homme qui rit" de Paul Léni (1928). Sauf que la bouche élargie par le sang de Arthur clôt le film sur un rire figé qui ne serait même pas une échappatoire à l'horreur

RobinDesBois
12/10/2019 à 13:17

Pour info White de Brett Easton Ellis est un essai (contre la dictature de la bien pensance) et non un roman.

Rudy Mako
11/10/2019 à 20:32

Pourquoi le film n'a pas été Rated-R ?

Simon Riaux - Rédaction
11/10/2019 à 15:57

@Jgig

Je veux bien que vous m'indiquiez où et quand j'ai pointé du doigt une oeuvre pour son contenu moral. Je veux bien un exemple.

@Alexis Kenway

Va falloir relire les propos de Phillips et les miens, parce qu'il ne dit pas ce que vous expliquez, et moi non plus.
Ce qui est ridicule, d'après moi, c'est prétendre que les blockbusters super-héroïques sont plus irrévérencieux que la comédie dans le ciné ricain (ce qu'il a dit). Point barre. Ce qui est ridicule, c'est prétendre qu'on souffre d'une forme d'oppression en matière de liberté de ton... quand son propre travail démontre le contraire. Point barre. Et comme précisé, plusieurs fois, j'imagine tout à fait, surtout vu le rythme délirant auquel est astreint le réal en pleine promo, qu'il puisse s'agir de maladresse. Phillips n'a jamais été un communicant très adroit, donc bon.

Et au passage, heu désolé, mais alors Glass et Logan (qu'on les aime ou non) ne rentrent pas dans le sujet. Aucun de ces film ne contient quoi que ce soit d'irrévérencieux ou de subversif.

Alexis Kenway
10/10/2019 à 22:32

@Simon Riaux
Ses propos sont infiniment moins ridicule que les tiens...
Qui a-t-il de ridicule à vouloir aller dans un milieu que tu qualifies de "verrouiller" si c'est justement pour en faire sauter les verrous ?

Je ne vois aucune complainte de sa part mais un simple constat, comme tu le démontre aujourd'hui les gens critique sans comprendre et sortent complètement les films de leurs contexte pour leurs prêter des intentions qui ne sont que les projections d'insécurité des critiques eux même.

"le cinéma de super est actuellement le plus verrouillé"
Oui c'est pour ça qu'on a eu Joker, qu'on a eu le très bon Split de Shyamalan (très verrouiller effectivement) Logan avec un Hugh Jackman bien violent... (Super et son petit frère Kickass a la limite pourrait presque être dans la liste)...

C'est la non-prise de risque quasi-systématique des producteurs qui fait que le cinéma de super est toujours le même, pas les verrous.

ça n'a rien de stupide ou de maladroit encore de la critique facile comme on en voit tellement sur le film ou dans la critique cinéma en générale. Mais comprendre et raisonner est un exercice difficile, je le conçois.

Jgig
10/10/2019 à 21:34

Simon Riaux est le premier à penser comme la presse américaine (à voir du racisme, sexisme partout) mais là il retourne sa veste.

0 credibilité mon ami

Albert E.
10/10/2019 à 20:19

Une question parfois me laisse perplexe: est-ce moi, ou les autres qui sont fous ?


10/10/2019 à 19:43

Plus ça va plus j'aime ce gars.

La "polémique" fait vendre et fait parti du succès du film en plus de ses qualités intrinsèque mais je comprends sa frustration. On lui reproche en boucle des choses qui ne sont absolument pas dans son film, il y a de quoi se sentir agacé.

Plus globalement pour ceux qu'ils pensent qu'il en fait trop, vous ne vous rendez pas bien compte comme tout est devenu politique aux US. Les critiques cinéma en particulier jugent les films à travers le prisme d'un progressisme puritain où tout est décontextualisé et rien ne doit dépassé. C'est à celui qui sera le plus 'woke' dans une surenchère absurde et il y a légitimement de quoi se sentir oppressé (au sens large) quand on est un réal un peu honnête.

Il suffit de lire les critiques américaine sur RT pour se rendre compte qu'on ne parle plus de cinéma la-bas. Le grand écart entre les notes des professionnels et du public est d’ailleurs devenu un 'meme'.

C'est bien que Todd Phillips ne se soumette pas à cet étrange diktat et ouvre sa gueule, le succès du film peut faire bouger les lignes et on va peut être reparler de cinéma aux USA.

Khal55
10/10/2019 à 16:50

@M1pats

Les film de super hero sont devenue lassant et ne me font plus rêver du tout. Ce sont devenu d'immense manège à fric (Scorcese a 100% raison la dessu)et j'éspère du fond du coeur que les gens finiront par se lasser au plus vite pour que les studio changent leur fusils d'd'épaule et produisent des film plus intéressent.

Joker est un bon film dans son genre et ça fait vraiment plaisir de voir qu'il cartonne ça me donne de l'espoir pour la suite des choses!

Pour ma part, les seul film de super hero que j'ai trouver intéressents sont les batman de Nolan et man of steel qui avaient le mérite d'avoir une certaine profondeur, ou encore les x-men à la limite.... Mais les marvel sérieusemen..... . Quand je vois tout ces petits fan geek les défendre bec et ongles.... ????‍♂️????‍♂️
Vous en avez pas marre de ces film serieux? Ça ne me.gêne pas de voir un petit homme en.costume se battre contre des méchants a coup d'effets spéciaux dements de temps en temps.... mais de là à en sortir presque tout les mois avec un univers étendue qui t'oblige à TOUT voir comme un.mouton si tu éspère piger qqchose à l'histoire... là c'est vrmt culotté! Et le pire c'est que ça marche à mort!! Disney Power????????????

Plus

votre commentaire