Après son Lion d'or à Venise, Joker est adulé par la critique au Festival de Toronto

Déborah Lechner | 11 septembre 2019 - MAJ : 11/09/2019 15:30
Déborah Lechner | 11 septembre 2019 - MAJ : 11/09/2019 15:30

Comme Joker de Todd Phillips a remporté le Lion d'Or à Venise, tous les regards sont maintenant tournés vers les Oscars et les réactions au Festival de Toronto.

Après son triomphe à Venise, Joker n'avait pas le droit à l'erreur à Toronto s'il voulait continuer à défricher le chemin, direction les Oscars. Le film, présenté en avant-première au festival, était un des plus attendus de cette 44e édition et il n'a visiblement pas déçu.

Même s'il a été longuement ovationné à la Mostra, le film a aussi son lot de détracteurs, notamment sur les réseaux sociaux, qui voit d'un mauvais oeil la montée en puissance du film de Todd Phillips qu'une partie considère dangereux pour la société et amoralJoker n'était donc pas à l'abri de réactions plus acerbes, mais tout va bien pour l'instant puisque le film reçoit autant de critiques positives qu'à Venise dans la ville canadienne.

On fait un point rapide sur les premières réactions des critiques présents à Toronto.

 

photo, Joaquin PhoenixJoaquin Phoenix dans la peau d'Arthur Fleck, le Clown Prince du Crime dans Joker

 

"Joker ne réinvente pas le film de comics, mais c'est certainement le plus effrayant, un thriller psychologique tendu avec quelques rebondissements de films d'horreur. D'ailleurs Joaquin Phoenix wow, on dirait qu'il sort du cabinet du docteur Caligari ou peut-être qu'il n'en est jamais sorti. Étonnant." IndieWire

 

"Joker est bon. Un scénario simpliste, mais sauvé par la grande performance de Phoenix, la mise en scène impressionnante de Phillips, la partition sombre d'Hildur Guðnadóttir et la magnifique photographie de Lawrence Sher. Ce n'est pas seulement un drame noir, c'est un film d'horreur." Slash Film 

 

"J'en dirai plus sur Joker, mais pour l'instant je dirai qu'au milieu du film, j'ai pensé que le jury de Venise avait perdu la tête, mais à la fin, j'ai en quelque sorte compris." Slate

 

photo,  Joaquin PhoenixArthur Fleck sans le maquillage, mais toujours la folie

 

"L'origin story parfaite pour un fou sans origine. Todd Phillips donne à DC son premier vrai chef-d'oeuvre. Le Clown Prince du Crime n'a jamais été aussi dérangé, dangereux et réel. Une oeuvre brutale qui fera délirer le public." CinemaBlend

 

"Joker est un conte extrêmement violent, mais c'est aussi un commentaire inquiétant sur la maladie mentale, les classes sociales et le sentiment d'ostracisme créé par la société. C'est vraiment effrayant à regarder." Business Insider

 

"Joker est SOMBRE et vraiment violent. La performance de Joaquin Phoenix est stupéfiante. La foule retenait son souffle en disant "oh mon dieu", à plusieurs reprises. J'ai besoin de temps pour réfléchir à ce thriller psychologique." TheWrap

 

photo, Robert De NiroRobert De Niro dans Joker

 

"Joaquin Phoenix est à la hauteur du battage médiatique autour de Joker. Magnifiquement tourné et très bon décors. Sensationnel pour le reste..." The Playlist

 

"C'est un lot entier de préparatifs pour faire du meurtre une simple blague [ndlr : jeu de mot avec le comic Killing Joke). Mais Joaquin Phoenix fait des punchlines qui nous font pleinement adhérer au film. Attention, vous pourriez ressentir le besoin d'assainir le film après coup. C'est une histoire de chien hirsute volontairement recouvert de puces." Yahoo Entertainment

 

"Joker est un des films les plus troublants que j'ai vus ces dernières années. Joaquin Phoenix est stupéfiant, la physicalité de son travail est particulièrement impressionnante. C'est très bien fait, à tous les niveaux, mais j'ai aussi trouvé cela très troublant et je ne peux pas m'en débarrasser pour l'instant. J'ai besoin de m'asseoir et d'y réfléchir plus." Collider

 

Les critiques de Toronto sont donc très similaires à celles déjà reçues et reconnaissent tout autant la performance visiblement dingue de Joaquin Phoenix. Il semblerait également que le récit noir et torturé de Todd Phillips soit une critique subversive de la société et une plongée dans la démence qui aurait de quoi coller le spectateur à son siège et le poursuivre après visionnage. Un film troublant et brutal donc, quand il n'est pas décrit comme un chef d'oeuvre.

Pour se faire son propre avis, il faudra attendre la sortie de Joker en France le 9 octobre prochain. En attendant, notre critique est déjà disponible juste ici.

 

Affiche US

commentaires

akorac
14/09/2019 à 14:39

DC est naturellement sombre et mature,ie si ce film remplit ces deux condition il doit être excellent.j'en ai marre de la bousse marvel

Kynapse
13/09/2019 à 04:24

@Larédac

Merci à vous, je vais le faire de ce pas !
Cependant, mon intention n’etait pas de spoiler quoi que ce soit, mais de poser ma question avec un minimum de discrétion (ce qui était difficile au vu de son contenu, je l’admet). Maintenant que je sais pour les PM, ce sera plus facile :)

@Ëli

Le support promotionnel sert à la visibilité de l’oeuvre. Quant à savoir si celle-ci correspond aux goûts du spectateur, il peut déjà se renseigner auprès des critiques (qui ne devraient pas spoiler). Je me considère comme un « bon spectateur », qui ne va pas dilapider son argent à chaque sortie de film, mais qui se renseigne un minimum sur les bons et mauvais points que celui-ci peut contenir.
En est-il de même pour vous ? ;)

Mr saviuk
12/09/2019 à 21:21

Enfin un film de «super héros» qui peut être intéressant. Marre des avengers, wonder woman et cie. Qui fait Batman ?

Alexandre Janowiak - Rédaction
12/09/2019 à 11:11

@Kynapse

envoyez nous un MP sur Facebook si possible pour que je puisse vous répondre sans donner une quelconque information aux autres lecteurs du site.

MAIS WARNING / CONSEIL POUR TOUT LE MONDE

Ne lisez pas le critique du Figaro sur le Joker car elle spoile une des scènes phares du film.

Pour rappel, un commentaire spoilant le film sera automatiquement supprimé par nos soins s'il n'a aucun avertissement annonçant du spoil en début et fin de commentaire.

Merci à tous

Number6
12/09/2019 à 09:12

D'où ce film à eu un matraquage ? Quelques bandes annonces, des photos et basta. Le film de super héros indépendant et d'auteur. Les critiques sont bonnes voire très bonnes et quoi, fallait taire cela ? Bon sang, je comprends plus les gens.

Ël i
12/09/2019 à 09:08

Bon outre les critiques surréalistes de certains journalistes où beaucoup seront obligés presque d’être internés eux même tellement le film les as touchés au fond de leur être, je penses qu’il faudra se résoudre à se faire sa propre opinion tout simplement sans matraquage publicitaire

Kynapse
12/09/2019 à 02:19

Bonjour la rédac, je suis tombé sur la critique du Figaro qui ont spoilé le contenu de la scène où le Joker est introduit sur scène en tant que tel. Rassurez-moi, ce n’est pas la fin du film quand même ? Parce que j’en voudrai beaucoup à ces chacals ;_;

Number6
11/09/2019 à 23:28

Je vois pas en quoi le trait est forcé. Ce film était au départ un wtf. Pourquoi faire un film sur le Joker, non connecté, dans les années 80... Le film a été fait d'une manière intimiste auteurisante certes, mais par un real qui est habitué au film comique. A part Phoenix et le compositeur, sur le papier, le projet était casse gueule. Le film est apparemment réussi pour beaucoup, gênant par certains (ce qui est pour moi qualitatif dans ce contexte) pourquoi bouder le plaisir.

Actar
11/09/2019 à 22:18

Ces critiques de divas hystériques ça en devient risible tellement le trait est forcé ; tous ces "pros" au bord de l'evanouissement qui s'en remettent pas, qui n'arrivent pas à dormir le soir...

Number6
11/09/2019 à 20:10

Je pense que les critiques partagées ou mauvaises doivent aussi venir de ce malaise qu'est le film. J'ai lu quelques critiques sur metacritic, étonné de voir l'enthousiasme partout alors qu'il n'a "que" 72/100, et beaucoup sont hyper frileuses de part le traitement du personnage et de ce que renvoie le film à la tronche sur l'Amérique.

Plus

votre commentaire