Films

Le scénariste des OSS 117 refuse que son héros soit gay, vieux et chauve

Par Christophe Foltzer
3 octobre 2019
MAJ : 6 octobre 2019
14 commentaires
Affiche teaser

Sans que l’on comprenne vraiment pourquoi, OSS 117 : Le Caire, nid d’espions est devenu culte pour toute une génération. Au point d’attendre sa troisième aventure avec une certaine impatience. Et beaucoup de crainte aussi…

Qu’on se comprenne, on n’a rien contre la saga OSS 117, qu’on aime beaucoup, surtout le premier film en fait, même si on ne comprend pas tout le délire des fans autour de ces films. Dans le genre, on préfère largement les aventures de Franck Drebin dans les  Y a-t-il un flic ?. Mais bon, on ne va pas se plaindre, pour une fois qu’une comédie française atypique cartonne, avec un humour bien particulier et beaucoup d’ambition… ça nous change des conneries avec Christian Clavier.

 

Photo Jean DujardinLe héros qu’il nous faut ou celui que l’on mérite ?

 

Sauf que voilà, justement, du changement, il va y en avoir pour le troisième film de la saga, OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire qui devrait sortir sur nos écrans le 2 février 2021. Parce que Michel Hazanavicius n’est plus le réalisateur, après sa brouille historique avec Jean Dujardin, qu’il est remplacé par Nicolas Bedos et que, fatalement, on doute un peu.

Mais le coeur des films, lui, est toujours intact puisque c’est encore le grand Jean-François Halin qui en a écrit le scénario. D’ailleurs, le transfuge de Groland et des Guignols de l’info, également auteur d’Au service de la France, vient d’accorder une interview à BFM TV (oui… on sait…) pour remettre quelques pendules à l’heure. Et déjà que la réussite des films précédents n’est pas forcément à mettre au seul crédit du réalisateur :

 

Photo Jean DujardinPose iconique

 

« Il faut que je vous explique. J’ai recréé le personnage d’OSS 117 d’après les livres [de Jean Bruce], qui ne sont pas drôles. Michel [Hazanavicius] est venu une fois que Jean Dujardin a été choisi, que le scénario a été écrit. C’est moi qui ai conseillé Michel aux producteurs. Au moins une quinzaine de réalisateurs a refusé de réaliser OSS 117 en pensant que c’était soit trop débile, soit trop dangereux, soit trop politiquement incorrect. Le second, nous l’avons écrit, Michel et moi. Le troisième, je l’ai écrit tout seul. Vous avez dû voir écrit que Michel refusait de le réaliser parce qu’il trouvait le scénario mauvais. Michel voulait faire ce film autrement. Il aurait sans doute voulu l’écrire lui-même… »

Une différence majeure sur l’orientation du personnage puisqu’il y a 10 ans, quand Hazanavicius et le Duj’ étaient encore copains et parlaient du numéro 3, ils voulaient que le héros fasse enfin son coming-out, entre autres :

 

Photo Jean DujardinCertaines choses ne vont pas changer, finalement

 

« Non, pas du tout. Je sais qu’il y a eu la volonté de Jean [Dujardin] et de Michel [Hazanavicius] de le faire vieillissant, un peu chauve, ayant fait totalement son coming-out. Mais OSS 117, pour moi, c’est Tintin, c’est un héros qui ne vieillit pas. Peut-être qu’il a peut-être un peu plus de mal dans le 3, mais c’est notre beau Hubert Bonisseur de la Bath. Il gagne à la fin. On a envie qu’il soit fort, séducteur. De tous les échos que nous avons, le film est toujours aussi irrévérencieux. On retrouve complètement l’esprit d’OSS 117 et selon moi on a peut-être même poussé un peu plus loin. »

Ne reste donc plus qu’à croiser les doigts pour que cet épisode tardif soit à la hauteur de toutes les attentes !

 

Photo Jean DujardinOn l’espère toujours autant au taquet

Rédacteurs :
Tout savoir sur OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 14 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cklda

C’est bien bête. J’adore le 2 mais il signalait déjà la nécessité de changer d’angle au risque de tomber dans la parodie de lui même. Partir sur une base risquee de vieux beaux h**o aurait eu au moins pour lui d’obliger à changer de matrice. Là on peut craindre le produit qui transpose artificiellement les blague des premiers sur de nouvelles situations faussement originales, voir pire nous joue la carte de la nostalgie et du fan service (parceque oui, ça fait déjà 10 ans que le dernier est sortie)

Captain Obvious

C’est dingue le nombre d’articles qui se rapportent à la sexualité ou la couleur de peau ici. Tout ne dépend plus que de ça quand on évoque un film désormais ?

Simon Riaux

@rocky

Ne pas voir le rapport entre les deux, franchement, c’est un peu chaud.
Et Christophe a donné son opinion, comme il fait depuis… des années.
Et EL est un média d’opinion, comme il l’a toujours été.

Bref, si vous voulez des dossiers de presse, vous êtes au mauvais endroit, on a tendance à toujours discuter les films qu’on évoque.

Mais bon. Christophe a totalement tort, c’est de la balle atomique OSS 117.

rocky

Le journaleux qui ne comprend pas pourquoi OSS 117 est devenu culte et qui nous parle des Y a-t-il un flic… bordel mais quel rapport ?

Outre le fait que les deux OSS terrassent les Y a-t-il, ça n’a aucun rapport : on parle de films qui appartiennent à deux générations différentes (et accessoirement de deux nationalités différentes).

letot

choux blanc donc…