OSS 117 : un phénomène français qui ne dépérit pas ?

Mathieu Lapon | 19 octobre 2021 - MAJ : 19/10/2021 10:41
Mathieu Lapon | 19 octobre 2021 - MAJ : 19/10/2021 10:41

Après plus de deux mois d'exploitation en France, il est temps de voir si OSS 117 : Alerte Rouge en Afrique Noire a attiré autant que ses prédécesseurs.

Dans un monde idéal, Hubert Bonnisseur de La Bath aurait pu faire rire la France tout entière (ou fatiguer notre rédaction) de sa troisième aventure en salles. Malheureusement, nous ne vivons pas dans un monde idéal, et c’est pourquoi le plus grand agent secret du pays des Lumières a dû se contenter de ceux disposant d’un pass sanitaire.

À cette mauvaise chance s’est ajoutée l’arrivée controversée du réalisateur Nicolas Bedos (La Belle Epoque) dans la franchise. Un réalisateur qui, s’il maîtrise la comédie, a bien inquiété un certain nombre de fans sur sa capacité à capter les subtilités qui font le charme de l’univers de La Bath, surtout dans une époque où le "politiquement incorrect" peut vite être cadenassé.

Et pour enfoncer tout ce mauvais karma, la franchise se ravive après douze ans d’absence, n’ayant rien fait entretemps pour entretenir son intérêt auprès du grand public. Autant dire que Hubert n’a pas seulement sa mission en Afrique, mais aussi celle de devoir lutter au box-office français en prouvant qu’il est encore d’actualité, et suffisamment captivant pour attirer ses compatriotes en salles. Alors, comment s’en est sorti OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire ?


photo, Jean DujardinTout est sous contrôle

 

Tout d’abord, il faut comprendre le phénomène qu’ont été les deux premiers films. Sorti en avril 2006, OSS 117 : Le Caire, nid d'espions comptabilisait un total de 2 304 430 spectateurs en France, en plus d’une sortie internationale aux États-Unis, en Italie et en Espagne. À l'échelle française, au même mois de la même année, c'est mieux que Astérix et les Vikings (1 370 027 spectateurs). Un million de spectateurs de plus qu'une autre franchise francophone de taille, autant dire que c'était une excellente surprise. 

En 2009, un exploit similaire est réitéré avec OSS 117 : Rio ne répond plus 2 520 877 spectateurs en France, avec de nouveau une distribution internationale. Il suffit de pas grand-chose, mais la courbe augmente. C'est même mieux que la comédie française Safari (1 964 527 entrées), qui avait pourtant le luxe d'avoir Kad Merad en tête d'affiche. Plus de doute possible, la France affectionne son Hubert.

À plus de deux mois d’exploitation, OSS 117 : Alerte Rouge en Afrique Noire n’a, en revanche, cumulé que 1 616 095 d'entrées (et le film n’a pas eu que l'Italie en guise de distribution internationale, sans doute à cause des affres de la Covid-19). Une baisse en chiffres qui paraît conséquente, mais est-ce pour autant le signe d’un échec ? Dans le contexte pandémique, ces scores deviennent bien vite relatifs.

 Photo Jean Dujardin"Alors, il marche ou pas ce film ?"

 

En plus du coronavirus s'ajoutent d'autres paramètres. Si les deux premiers OSS étaient sortis au mois d'avril, ce troisième opus est arrivé en plein été (4 août), une saison qui a tendance à faire s'étaler dans le temps les entrées et le box-office d'un film (à cause des vacances et, dorénavant, du temps d'obtention d'un pass sanitaire). 

Dans le registre de la comédie et des sorties estivales, le film d'espionnage de Jean Dujardin a dépassé les métrages d'animation La Pat' Patrouille, le Film (1 400 350 entrées) et Les Croods 2 : Une nouvelle ère (1,1 million d'entrées). Malgré son tag Marvel, Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux (1,3 million d'entrées) a été battu par Alerte rouge en Afrique noire (mais son exploitation n'est pas terminée).

En dehors des rouleaux compresseurs mondiaux comme Black Widow (1 664 094 entrées), Fast & Furious 9 (1 966 037 entrées) ou Dune (2,4 millions), les seuls films qui auront finalement damé le pion de notre OSS sont Kaamelott : Premier volet (2,6 millions d'entrées) qui était lui aussi un objet culturel français dont le retour était très attendu ; et Bac Nord (2,040 millions d'entrées) qui a fini par dépasser La Bath après un mois d'août à son avantage.

 

Photo Fatou N'Diaye, Jean DujardinPlus inquiet par le box-office que les femmes

 

En comparaison, la dernière réalisation de Bedos, La Belle Époque (une autre comédie), affichait 1 243 297 entrées à son compteur. Même avec les difficultés du contexte pandémique, le troisième chapitre d'OSS se montre plus racoleur que la dernière proposition cinématographique du réalisateur, qui avait pourtant fait mouche en France.

Quant aux recettes en salles, entre les limitations sanitaires et la distribution limitée, le film fait évidemment beaucoup moins que ses prédécesseurs : 9 716 222 € contre 21 millions pour OSS 117 : Rio ne répond plus et OSS 117 : Le Caire, nid d'espions. Cependant, le budget de OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire n'avoisinerait que les 18 millions d'euros, contre 23 millions pour OSS 117 : Rio ne répond plus. Une baisse de coût qui amortit cette différence de recettes. La Belle Époque aurait valu, quand à lui, 13 millions, mais le film a lui aussi eu le privilège d'une distribution internationale.

Consolation supplémentaire s'il en est, le film a obtenu une critique-presse nettement plus mitigée (4,1/5 pour OSS 117 : Rio ne répond plus contre 2,8/5 pour OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire). Un écart d'appréciation qui a forcément dû en rebuter certains à aller voir le film en salles, parmi ceux qui le pouvaient encore. Il paraît donc difficile d'imaginer qu'il aurait pu tellement faire mieux, en de telles circonstances.

 

photo, Jean DujardinOn a frôlé la catastrophe

 

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire, sans être un triomphe, fait donc partie des quelques gagnants de l'été. Malgré les contraintes sanitaires, les concurrents du moment et la critique loin d'être favorable à ce nouvel opus de la saga, Hubert Bonnisseur de La Bath a su tisser un box-office honorable.

Au vu de la période charnière que traverse la distribution cinématographique, ce sont des chiffres presque encourageants, qui montrent un intérêt certain pour la franchise, malgré sa longue absence. Un constat qui pourrait mener à une suite de la franchise OSS 117, malgré les pertes financières évidentes de ce nouvel opus.

Tout savoir sur OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Nicotine46
21/10/2021 à 23:01

Un bon film cet OSS 3, peut importe ce qu'en dise mes voisins du dessous qui sont des traitres à la France. Et pas n'importe laquelle : la France du Général de Gaule.

Pas aussi génial que les deux premiers certes mais de bonne facture quand même.
Il est juste différent en fait. On a droit à un nouvelle vision du personnage.

Mais bref, pour en revenir aux chiffres je suis quand même étonné que le 3ème rapporte moins de la moitié de ses prédécesseurs alors qu'il n'a fait qu'un tiers d'entrée en moins. En plus avec l'inflation du prix des billets (12 ans après tout de même). Etonnant.

chatoncosmique
21/10/2021 à 11:04

OSS117 est un film prétentieux, pédagogique et insultant, où un agent très français (trop ?) rattrape ses cours d’instruction civique et de bien-pensance auprès d’une soi-disante espionne égyptienne.

Eviv Bulgroz
20/10/2021 à 14:46

Ce film enterre la franchise, très clairement. On détruit le personnage en lui adjoignant un compère qui le moque sans arrêt, sans apporter d'élément comique. En gros, on veut déconstruire un personnage qui 'était déjà une déconstruction du héros de film d'espionnage adapté d'une série de romans qui se voulaient une réplique aux James Bond. Donc, on est très très loin dans la déconstruction, pour ainsi dire dans la destruction. Je n'ai pas ri une seul fois, alors que je suis plutôt bon public. Pendant tout le film, j'ai été gêné par ce naufrage à la française, symptomatique du cinéma français dans son ensemble, tel aussi qu'il se manifeste au cours des cérémonies des César, de plus en plus lamentables. Les américains avec leurs Oscars montrent qu'ils savent mieux se tenir, et surtout qu'ils savent que le cinéma est aussi un enjeu économique. Le naufrage français...

Mathieu Lapon - Rédaction
20/10/2021 à 11:53

@Lecteur depuis l'origine

Merci ! Notre bon Hubert méritait bien un peu d'attention.

Et c'est possible mais les chiffres de l'article, quels qu'ils soient, sont liés à l'exploitation en salles, qui restent souvent dans les mémoires comme le facteur déterminant du succès d'un film.

Lecteur depuis l’origine
19/10/2021 à 21:45

@ Mathieu Lapon

Bravo pour l’article.
Il manque encore une variable, le succès en Vod. Je pense qu’ils sera conséquent car une partie de son public est anti pass sanitaire et en profitera ainsi pour le voir.

Axel1
19/10/2021 à 15:42

Je ne suis pas allé voir ce film, pandémie ou pas. Je ne suis certainement pas le seul à détester Bedos. Même si j'ai adoré les 2 premiers OSS, voir le nom de Bedos sur l'affiche m'a refroidi.

Mathieu Lapon - Rédaction
19/10/2021 à 13:43

@Pseudo1

Comme dit, la pandémie fait largement relativiser cette baisse de chiffre, pour les investisseurs. Elle est logique et attendue.

Mais surtout, et c'est un peu compliqué à expliquer, le cinéma français ne fonctionne pas sur la rentabilité monétaire d'un film. Il vit de tout un système de subventions et d'aides qui l'écartent des variables américaines du box-office.

Et ça se manifeste par le fait qu'on quantifie bien plus souvent la réussite d'un film français par son nombre d'entrées plus que par son chiffre d'affaire (par esprit de complétion, j'ai tout de même jugé pertinent de mettre les chiffres dans l'article). On s'intéresse plus aux nombres d'intéressés que par l'argent qu'il engendre, en somme.

D'ailleurs, très peu de films français se rentabilisent, et encore moins sont des succès financiers. Ce n'est donc vraiment pas un critère pour la production filmique locale.

En espérant avoir pu vous éclairer.

@Hank Hulé

Une comédie dramatique, mais une comédie quand même.

Hank Hulé
19/10/2021 à 13:05

La belle époque, une comédie ?
Portnawak

Cinégood
19/10/2021 à 12:59

@Pseudo1

Même si le résultat financier est négatif, que le film est le moins des 3 (selon moi), les entrées en salles sont à environ -30% que ce qu'elles devraient être. On peut donc estimer que le film aurait dû faire plus de deux millions d'entrées, soit proche des scores des précédents.
Ce que voulaient démontrer l’article, si j'ai bien compris, c'est qu'avec cette stabilité, il est clair que OSS 117 est un personnage et une franchise appréciée des spectateurs.

Ethan
19/10/2021 à 11:56

C'est juste une copie du magnifique

Plus
votre commentaire