Pinocchio : Guillermo Del Toro dévoile son film d'animation, et explique pourquoi il va malmener le conte original

La Rédaction | 7 août 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 7 août 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Guillermo del Toro travaille actuellement à une nouvelle adaptation de Pinocchio, mais il vous prévient, il s’apprête à transformer considérablement l’œuvre originale.

Fable célèbre, visionnaire à bien des égards (ne faut-il pas y voir une première réflexion sur l’automate et l’androïde ainsi que sa possible humanité ?), les Aventures de Pinocchio, écrites par Carlo Collodi, font désormais partie du patrimoine collectif de l’humanité (bon allez de l’Occident quoi). Immortalisé à l’écran par le classique de l’animation de Disney, le personnage s’apprête à retrouver le chemin des salles obscures.

C’est Guillermo del Toro qui s’en charge, en s’appuyant sur les planches de Gris Grimly comme référence esthétique. Outre cet excellent choix, le metteur en scène mexicain a décidé de secouer radicalement l’œuvre d’origine. Tout d’abord, l’action se situera dans l’Italie des années 30, au moment où Mussolini conforte son pouvoir.

 

photoIllustration de Gris Grimly

 

Voilà qui rappelle le contexte du Labyrinthe de Pan, mais aussi dans une certaine mesure de La Forme de l'eau, qui prenait place en plein délire anti-communiste américain, Del Toro appréciant de confronter ses protagonistes à des contextes historiques les poussant dans leur retranchements.

« Pour moi, Pinocchio, à la manière de Frankenstein, est une page blanche qui permet d’explorer ce qui fait notre monde et le sens de la condition humaine, c’est ce qui m’attire comme narrateur. Je suis très attiré par ce récit parce que, thématiquement – et je ne veux pas spoiler le film – il traite d’un ingrédient qu’on trouve dans tous mes films, c’est la question du choix. C’est un thème auquel je suis très attaché. »

Mais plus que son décor, c’est sa philosophie que veut bouleverser le cinéaste. Et il semble avoir bien réfléchi à la question.

 

photoIllustrations de Gris Grimly

 

« Il me semble que les précédentes versions du conte et celle de Collodi en particulier, sont très répressives. Il s’agit essentiellement d’une fable brutale qui traite du péché de désobéissance. Or, je crois que la désobéissance marque la naissance de la volonté, et annonce l’avènement du choix… Je pense qu’il y a quelque chose de très intéressant dans le fait de présenter la désobéissance comme une vertu, ou comme le début d’une vertu. »

On n’a pas encore de date de sortie pour ce film d’animation en stop motion (animé image par image), et qui nous fait méchamment de l’œil.

 

photoGuillermo a trouvé une sacrée matière première

Tout savoir sur Pinocchio

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Karlito
08/08/2019 à 22:27

Anjahnto : je comprends très bien ton point de vue. Ce qui me turlupine, c'est le contraste marquant entre une vraie richesse visuelle et originale face à des histoires et personnages qui ne sont pas du tout à la hauteur. Chronos et le labyrinthe de Pan sont des exceptions. Ses récents films accentuent ce vide coincé entre deux volontés, à la fois celui de créer des films originaux et être populaire. Del Toro échoue en oubliant qu'être populaire ne veut pas forcément devoir alléger le contenu pour toucher le plus de monde. Cameron maître la direction d'acteurs et parvient à leur donner de l'épaisseur, Del Toro ne semble pas trouver le bon angle.

Anjahnto
08/08/2019 à 17:39

@Karlito Pas de scénario ou personnage sommaire. Tu ne dois pas aimer beaucoup Cameron non plus. En effet histoire simple mais bonne thématique. Et personnage vu au complet comme chez Cameron ce qui est le principal pour faire un bon film que l’on peut suivre. Simplicité ne veut pas dire médiocrité. En plus le style d’histoire de guillermo change souvent et est racontée de façon très différente échine du diable labyrinthe de pan pacifique rim Hellboy ou cronos 5 films totalement différents dans leur narration leur style et leur histoire. Ceci n’est pas une attaque c juste l’opinion opposée.

Karlito
08/08/2019 à 12:00

Ce que je constate des films de Del Toro, c'est que ses scénarios n'ont jamais marqué par leurs originalités narratives. Je ne parle pas de sa technique visuelle qui est sa marque. Ses personnages sont souvent sommaires et les intrigues transparentes. Je suis surtout dubitatif sur sa manière d’insuffler sa vision avec une bonne histoire bien carrée et des personnages consistants.

Adam
08/08/2019 à 10:59

@Sebastien: je ne sais pas si tu trolle ou si t'es sincère mais c'est justement reprendre la même histoire sans nouveauté intéressante qui s'apparente à de la paresse. A titre d'exemple combien d'adaptation des 3 mousquetaires ont pour histoire l'affaire des Ferrets ?
Je trouve au contraire intéressant de refaire des versions alternatives (horrifique, steampunk, futuristes...) des histoires universelles.

Gaby
08/08/2019 à 10:51

M1pats : l’intello des commentaires d’EL !

Une connerie minimum par commentaire ! Vivement la rentrée qu’on ne lise plus ses inepties !

Richter
08/08/2019 à 10:09

@Sébastien "Quelle paresse et quelle arrogance. Finalement, le cinéma n'a jamais réussi à s'émanciper de la littérature. Il n'en est qu'un sous produit." Houuuuuuuuu la belle remarque style "le masque et la plume dans le cul" élitiste.....

darkpopsoundz
08/08/2019 à 06:59

Entre cet article et celui sur le rapport à la violence de Marvel par rapport à Sons of Anarchy il y a belle matière à réflexion, et sous ces deux articles on peut y voir les commentaires les plus agressifs venant d'esprits bas de plafond, ce qui n'a rien d'étonnant car les idiots réagissent toujours avec de la violence face à l'intelligence, ici comme ailleurs.
Déjà rien qu'une phrase comme "la désobéissance marque la naissance de la volonté et annonce l’avènement du choix" mériterait qu'on s'y arrête et qu'on en discute pendant des jours tellement elle est pleine de pertinence et de matière à réfléchir (et qui sort incroyablement des stupidités assénées à longueur de temps par les gens d'Hollywood). Mais comme dit le proverbe quand le sage montre la lune l'imbécile regarde le doigt...
Quelqu'un a parlé d'arrogance, quand les débiles mentaux taxent d'arrogance ceux qui cherchent à réfléchir ça devient flippant, et je garderai mon point Godwyn pour moi. Et c'est là où la phrase de Del Toro se révèle d'une justesse affolante.... Trump, Disney et tous les manipulateurs de bas esprits ont gagné et fait des ravages pour des générations à venir... Triste triste monde...
Heureusement qu'il reste des îlots de résistance à la connerie agressive comme Guillermo Del Toro en tout cas!

Megamind
07/08/2019 à 22:49

Oh mais que voilà un beau projet ! Ah oui c'est Del Toro, comme d'hab donc ;)

RiffRaff
07/08/2019 à 21:41

Ça râle quand un studio fait un remake plan par plan, et ça râle aussi quand quelqu'un annonce qu'il va revisiter un conte. Bref ça râle quoiqu'il advienne...
Parmi les râleurs j'aimerai bien savoir combien connaissent de Pinocchio autre chose que le Disney qui, s'il est sympathique, s'éloigne déjà beaucoup du texte se Collodi.

M1pats
07/08/2019 à 21:01

Ah cette mode de prendre des matériaux d origine profiter de leur nom et célébrité pour les détourner un peu comme Phillips avec le Joker, dans ce cas pourquoi tu cree pas ta propre connerie et tu l appelle autrement

Plus
votre commentaire