Once upon a Deadpool nous dévoile une affiche en mode conte de Noël

Christophe Foltzer | 10 novembre 2018 - MAJ : 10/11/2018 10:06
Christophe Foltzer | 10 novembre 2018 - MAJ : 10/11/2018 10:06

Ce qui est bien avec le cinéma de divertissement actuel, c'est qu'on est toujours surpris, toujours alertes. Parce que depuis quelques années, c'est un peu devenu n'importe quoi, il faut bien le reconnaitre.

Et c'est vrai qu'au début, ça avait l'air marrant ces histoires d'univers étendus, de films de super-héros, de franchises qui reviennent, de remakes, reboots et autres suites tardives. Ça titillait notre fibre geek et nostalgique. Après des décennies passées sans aucune considération, on avait enfin droit à un peu de reconnaissance et, franchement, ça nous faisait du bien.

 

photo Fred SavageIl était une fois un hold-up ?

 

Et puis, ça a tellement cartonné que c'est devenu la norme. Au point que, quelque part, les geeks ont gagné, perdant ainsi toute notion de recul sur la soupe que l'on leur servait. Alors attention, il y a beaucoup de trucs très bien dans le lot, on ne nie pas, et nous prenons beaucoup de plaisir à les voir, mais il y a comme d'habitude quelques petits malins dans le tas qui en profitent pour nous la faire à l'envers (genre The Predator ou Venom pour les plus récents). Et enfin, il y a le cas Once upon a Deadpool, dont on ne sait pas trop quoi penser au fond.

Once upon a Deadpool, c'est donc Deadpool 2 remonté pour toute la famille, expurgé de ses scènes les plus violentes et augmenté de 8 séquences spécialement tournées pour l'occasion qui semblent mettre en avant le comédien Fred Savage pastichant son rôle dans Princess Bride il y a 30 ans. Le film n'aura qu'une exploitation limitée en salles, et uniquement aux Etats-Unis, entre le 12 décembre et Noël, tout autant qu'il servira la cause d'une association de lutte contre le cancer.

 

X-ForceBon, et X-Force dans tout ça ?

 

Ça, c'est la partie noble de l'histoire. La partie un peu plus obscure, et qui reste à déterminer, c'est la raison profonde de son existence. Ravalement de façade pour transformer la franchise en objet tous publics ? Première étape de l'intégration du personnage au MCU vu que Disney a racheté la Fox ? On y pense quand même fortement. Il n'empêche que le film continue gentiment sa promo puisqu'il vient de nous offrir sa première affiche et qu'elle donne bien le ton.

On se croirait devant un de ces films typiques qui sortent à Noël gavés de bons sentiments et avec Kirk Cameron dedans. Ce qui est logique quand on y pense puisque Once upon a Deadpool en profite aussi pour pasticher ce genre de longs-métrages. S'il y a des chances qu'au final, on ait un peu de mal à s'assoir, au moins on aura le sourire. Ce qui n'est déjà pas si mal quand on y réfléchit.

 

photo Once upon a deadpool

commentaires

Geoffrey Crété - Rédaction
21/11/2018 à 09:35

@Weedomax

Comme dit dans l'article : c'est Deadpool 2, mais avec certaines scènes coupées (les plus "violentes" et méchantes) et des nouvelles à la place. C'est une version alternative de Deadpool 2.

Weedomax
21/11/2018 à 03:06

What j'ai rien compris. C'est deadpool 2 ou ça l'ai pas faut savoir au juste. C'est deadpool 2 mais avec des scène coupé et d'autre montée ?? J'ai rien compris. Help ????

Bubble Ghost
13/11/2018 à 08:53

Attendez là... C'est la quatrième version de Dead Pool 2 ou je rêve ?...

jaroh
10/11/2018 à 16:34

Pourquoi uniquement deadpool 2 et pas une sorte de montage ayant comme point de départ la mutation de Wade.

L'entreprise est chelou.

votre commentaire