Bohemian Rhapsody : Stephen Frears en dit plus sur la version scandaleuse que préparait Sacha Baron Cohen

Christophe Foltzer | 5 novembre 2018 - MAJ : 05/11/2018 09:56
Christophe Foltzer | 5 novembre 2018 - MAJ : 05/11/2018 09:56

Aaaah Bohemian Rhapsody... On pensait que le film allait faire parler de lui, mais on n'imaginait pas forcément se faire enchaîner par le fan-club de Freddie Mercury une semaine après avoir écrit la critique. Ça prouve que le génial chanteur est encore populaire aujourd'hui. Et, quelque part, ça fait super plaisir.

On dit bien "quelque part", parce que même avec toute la meilleure volonté du monde, on ne pourra jamais apprécier Bohemian Rhapsody au-delà de quelques scènes particulièrement réussies. Désolé les copains, c'est la vie, c'est comme ça. Mais, évidemment, on ne vous empêche pas de l'aimer, bien au contraire.

 

photo Bohemian Rhapsody"Every day I die a little..."

 

Si nous sommes aussi réticents à l'égard du film, c'est pour plusieurs choses. Pour tout ce qui a été pointé du doigt dans notre critique (que vous pourrez lire et attaquer ici) mais aussi par rapport à ce que le film devait être à l'origine. En effet, cela fait bien des années que Bohemian Rhapsody était en chantier et, à l'origine ce n'était pas Rami Malek qui devait incarner Freddie Mercury mais ce gros taré de Sacha Baron Cohen. L'acteur s'est barré en comprenant que le projet était dans les griffes de Brian May, membre mythique de Queen, qui avait l'intention d'en faire un véhicule promotionnel pour financer sa retraite.

Et aujourd'hui, c'est le réalisateur Stephen Frears, qui devait le mettre en scène, qui brise la loi du silence pour nous expliquer ce que ce biopic devait être à la base, au micro de Vulture :

 

Image 389050Sacha Baron Cohen

 

"Sacha voulait en faire un film clairement scandaleux. Et je pense que Freddie Mercury l'aurait approuvé. Il aurait été scandaleux dans son traitement de l'homosexualité et scandaleux dans le grand nombre de scènes de nu qu'il aurait comporté. Sacha adore tout ça."

Mais le film ne devait pas que choquer en nous montrant des kiki entre deux tubes de Queen. A la différence du Bohemian Rhapsody, le film qui a attiré Sony au départ était un biopic sur Freddie Mercury totalement assumé.

"C'était bien plus un biopic sur Freddie que l'histoire du groupe. Bien sûr, une partie de l'histoire traitait des hauts et des bas du groupe, mais toujours en adoptant le point de vue de Freddie."

 

Sacha Baron CohenPas là pour servir la soupe

 

Avec ce taré de Sacha Baron Cohen, Stephen Frears au poste de réalisateur, l'assurance d'un film scandaleux qui ne cacherait rien de l'histoire du chanteur, fatalement, les autres membres du groupe ont commencé à poser problème, Brian May et Roger Taylor en tête. Ils auraient ainsi exprimé rapidement leurs grandes réserves sur le projet qui, selon eux, ne respectait pas la mémoire de Freddie Mercury de la façon dont ils voulaient la transmettre. D'autant que le film n'était pas destiné au grand public puisque, selon Frears, il aurait été "un film classé R très brut."

"On se doutait bien que cela poserait des problèmes avec les autres membres du groupe. Parce que Sacha est tellement scandaleux alors qu'eux, non. Ils sont beaucoup plus conventionnels."

 

photoDes rockers désespérément inoffensifs...

 

Et c'est à cause de cette différence fondamentale de point de vue sur le film que le projet n'a pas abouti comme il le devait au départ, Brian May et Roger Taylor s'étant positionnés comme de logiques gardiens du temple. Sacha Baron Cohen s'est donc retiré du projet, non sans révéler au micro d'Howard Stern en 2016, le pari risqué qui animait son scénario : Freddie Mercury devait mourir du SIDA à la moitié du film et la seconde partie devait raconter la suite de la carrière du groupe dans les années qui suivaient. Un choix audacieux mais qu'on lui a fortement découragé de tenir :

"Personne ne serait allé voir un film où le héros meurt du SIDA à la moitié et après on voit comment les autres membres du groupe continuent."

On parie que si ?

 

Image 369170Avant Freddie Mercury, Brüno

commentaires

Dae-Soo
07/11/2018 à 10:36

Mysterek, heureusement que l'article se termine par "on parie que si?" Écran Large est d'accord avec toi sur ce coup.

KLM
05/11/2018 à 22:50

@alpacino

Et si je te dis que je suis gay et qu'avec ma bande de potes gay, on a beaucoup parlé de la question de la représentation de la sexualité dans le film, pour ce qu'elle est mais aussi par rapport à la réalité de la vie de Freddie Mercury ?
Et que ouais, on entend beaucoup de plaintes du genre "ceci est privé, on s'en fout de savoir si le héros est homo, on n'a pas besoin de voir du sexe homo partout ou d'avoir du LGBT partout, propagande jusqu'à chez Disney", alors que précisément on n'entend pas ça quand c'est hétéro-normé ?
Oui, on peut aussi agrandir le débat et avoir l'avis des "intéressés" puisqu'apparemment c'était un point de ton argumentaire > "je n'ai pas lu ni entendu un seul gay s'en plaindre, vous êtes tout seul dans votre délire paranoïaque"

Darpalex
05/11/2018 à 22:30

On n'a jamais vu la bite de Freddie dans la vraie vie ni ses soirées privées et tant mieux et au contraire donc je pense que Freddie aurait certainement préféré le film tel qu'il est; magnifique, montrant un Freddie qui aime une femme pour la femme qu'elle est, comme il a besoin d'échanger de l'amour à chaque instant, même si, il préfère les hommes sexuellement.
Ce n'est que mon intuition hein. Mais j'ai adoré le film.

Fauxdébat
05/11/2018 à 22:06

J'ai vu le film et je l'ai trouvé très bien et très bien incarné, même si rien n'est parfait.
On en a marre des films où 50% du temps se passe au plumard.
Freddy Mercury était un grand artiste, chanteur, compositeur, musicien... Il nous a donné avec ses compères en seulement 20 ans un nombre incalculable de tubes magnifiques, alors sa vie privée n'a que peu d'intérêt, sachant qu'il a essayé de la préserver à ce qu'on dit.
Alors les scènes hard me semblent superflues dans ce type de biopic.
Et pour les amateurs et l'autre illustre inconnu Sacha je sais pas quoi, il y a des films spécialisés sur le sujet, Qu'ils aillent les voir si ça leur fait plaisir, on ne leur imposera pas des scènes soft, mais surtout qu'ils nous fichent la paix et ne nous polluent par avec leurs fantasmes.
Si après avoir vu ce film on ne sait pas que F.M. était homosexuel et est mort du sida, c'est qu'on est vraiment de mauvaise foi car même un imbécile le comprendrait.
Malheureusement, la mauvaise foi comme le sida, c'est très très dur à soigner !

MystereK
05/11/2018 à 20:01

""Personne ne serait allé voir un film où le héros meurt du SIDA à la moitié et après on voit comment les autres membres du groupe continuent."

Bha si : Psychose; le plus gros succès d'Hitchcock mais c'est pas grave hein "

Et l'excellent The Palce Beyoind the Pines

Y Boy
05/11/2018 à 18:42

Nul doute que Freddy Mercury aurait préféré la version de Sacha Baron Cohen, dont il est le pendant cinématographique.

Je renvoie ceux qui en doutent à la lecture de son interview rapportée par Yves Bigot dans son bouquin "Plus Célèbres que le Christ".

lol
05/11/2018 à 18:28

"Personne ne serait allé voir un film où le héros meurt du SIDA à la moitié et après on voit comment les autres membres du groupe continuent."

Bha si : Psychose; le plus gros succès d'Hitchcock mais c'est pas grave hein ...

Andarioch
05/11/2018 à 17:50

Les ayant droit concernent en effet la musique. Du coup si le scénar leur convient pas, tu te retrouve avec la bio d'un musicien sans sa musique, ce qui est quand même vachement handicapant. (ex le film sur hendrix). Et le studio n'a pas tout les droits, les artistes aussi, surtout s'ils ont écrit et / ou composé, et ils ont leur mots à dire.

MysteteK
05/11/2018 à 17:42

A moins que le film soit une adaptation d'une œuvre existante, il n'y a pas d'ayant droit sur la vie d'une personne publique. Aux Usa, on peut raconter la vie de qui on veut comme on veut, faut juste se protéger de la diffamation. Il y a eu pleins d'exemples de films et de livres écrits en totale liberté et qu'il n'a pas été possible d'empêcher de sortir.

Après, pour Queen, il y a les droits sur la musique, mais avec un film scandaleux, la compagnie de disque en aurait vendu encore plus.

gost
05/11/2018 à 15:08

Faut pas se leurrer avant qu'un biopic se fasse, il y a tout une batterie d'avocats qui bataillent en faveurs des détenteurs des droits, des familles de persos apparaissant à l'écran....etc. Un jeu ou l'argent et l'image prédominent sur la création et la véracité.

Plus

votre commentaire