Billionaire Boys Club : le tout dernier film avec Kevin Spacey, fait un gigantesque flop aux Etats-Unis

Christophe Foltzer | 20 août 2018 - MAJ : 20/08/2018 15:21
Christophe Foltzer | 20 août 2018 - MAJ : 20/08/2018 15:21

On a énormément parlé de l'affaire Weinstein ces derniers mois et, vu son importance, c'est normal. Mais il ne faudrait pas que cela nous fasse oublier l'autre affaire qui a entâché Hollywood : celle touchant Kevin Spacey.

C'est sûr que lorsque nous voyons la saga de l'été autour du renvoi de James Gunn par Disney pour des tweets foireux, ça nous fait doucement rigoler. Parce que fin 2017, le scandale était à un tout autre niveau avec les chutes successives, et méritées, d'Harvey Weinstein et Kevin Spacey.

Si nous ne reviendrons pas sur l'odieux producteur, rappelons néamoins que Kevin Spacey a été accusé de viol, d'actes violents et racistes et qu'il a été dégagé illico presto de la série House of Cards et remplacé au pied levé par Christopher Plummer dans Tout l'argent du monde. Oui, ça ne rigole pas.

 

Photo , Kevin SpaceyKevin Spacey, privé de sortie

 

Si Spacey est probablement en train de moisir à la campagne, il lui restait quelques projets dans les cartons et notamment le film Billionaire Boys Club réalisé par James Cox, tourné bien avant le drame et qui raconte l'ascension du jeune financier Joe Hunt et du tennisman Dean Karny dans le Los Angeles des années 80 et dans lequel il tient un rôle secondaire.

Un film qui tardait à sortir et dont le sort était menacé par l'affaire Spacey avant que la production ne décide de le sortir malgré tout aux Etats-Unis, en VOD tout d'abord le 20 juillet dernier puis dans un parc limité de 10 salles le 17 août - un air de sortie technique donc.

 

Photo Kevin Spacey

 

Si la sortie s'est passée sans encombres, on ne peut pas dire que les résultats soient faramineux. Si l'on en croit les chiffres communiqués par le Hollywood Reporter, le film aurait même fait un flop historique puisqu'il n'aurait rapporté que 500 dollars lors de son premier week-end d'exploitation dans les 8 salles qui le projetaient sur tout le territoire. Pour être plus précis, cela correspond à une moyenne de 63 dollars par salle, ce qui signifie que chaque cinéma n'a attiré que 7 curieux sur une période de trois jours.

Si pour le moment nous n'avons pas connaissance des chiffres de l'exploitation VOD, Billionaire Boys Club semble avoir payé le prix fort pour compter Kevin Spacey dans son casting. Ce qui est fort dommage puisque le film, tourné en 2015 on le rappelle, n'y est pour rien dans toute cette sordide affaire. Si on reconnait au studio le courage d'avoir néanmoins exploité le métrage en salles, il est un peu triste de constater que l'aura néfaste d'un élément peut torpiller un projet entier.

 

photo Kevin SpaceyUne dernière apparition à l'écran ?

Tout savoir sur Billionaire Boys Club

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
David Lynche
21/08/2018 à 14:50

@Cuttyflam & Saiyuk

il me semble que Spacey ne fait l'objet d'aucune condamnation pénale, donc... Et puis vous, bien sur, vous l'avez vu commettre ce dont on l'accuse. C'est peut être un sale con, mais si c'était un crime la terre ne serait pas assez grande pour accueillir les prisons nécessaires à leur enfermement....

jahwar
20/08/2018 à 19:26

bien fait!!!

Cuttyflam
20/08/2018 à 16:18

Le gars est une ordure et y en a pour le prendre en pitié, haha c'est désolant, c'est pas parce que vous ne l'avez pas vu agir comme ça que ce n'est pas ce qu'il est. Moi aussi je l'aimais bien, maintenant plus tout.

Saiyuk
20/08/2018 à 15:08

enfoncer, acharner ? putain vous vous lisez les mecs la ??? je reve l.... Oui Spacey est un putain d'acteur, mais a priori c'est aussi une putain de raclure, alors qu'il ce fasse enfoncer et defoncer moi je m'en bat les couilles.

David Lynche
20/08/2018 à 14:40

j'espère que EL va s'acharner autant sur Asia Argento et sur la plainte pour viol dont elle est l'objet de la part d'un jeune acteur...

corleone
20/08/2018 à 14:35

Bien vu Max… c'est vraiment triste pour Spacey.

maxleresistant
20/08/2018 à 12:15

le film a juste été jeté dans les cinés. Le distributeur veut juste s'en débarasser sans faire de bruit.
Il doit avoir des contrats qui l'oblige à le sortir en salle, du coup il a fait le minimum.

Vik
20/08/2018 à 10:52

@Brian

C'est mignon de décrire la situation sans même blâmer le distributeur et les gens derrière le film. Comme si c'était pas eux qui décidaient de faire zéro pub, et le sortir sur 8 salles, pour l'enterrer. La presse a bon dos.

Brian
20/08/2018 à 10:26

L'aura néfaste ? L'absence de publicité, oui. Je n'ai jamais entendu parler de ce film et à lire les commentaires américains, les trois quart découvrent son existence. Je n'ai lu aucune critique ciné nulle part (ni en anglais, ni en français). Le film est sorti dans 8 salles de cinéma, ce qui ne représente rien du tout à l'échelle des USA. Bref, vous auriez mieux fait d'écrire « comment la presse dicte les succès ciné. »

Pseudo1
20/08/2018 à 10:07

Ouais, faudrait aussi voir à prendre en compte que le film est d'abord sorti en VOD près d'un mois avant les salles. Du coup, où est l'intéret pour le spectateur de payer son ticket pour un truc qui est déjà dispo sur la toile (légale ou pas) ?

En passant, on a des avis sur ce film, voir si il mérite ou non son four ?

Plus
votre commentaire