Nicolas Cage sera la star de deux films fantastiques (et attention, l'un des deux a l'air génial)

Créé : 16 mai 2018 - Christophe Foltzer
photo, Nicolas Cage
87 réactions

Comme quoi, une filmographie qui devient pourrie n'est pas forcément synonyme de désamour. En tout cas, pas pour nous et pas concernant Nicolas Cage. On n'ira pas jusqu'à dire que plus il enchaine les perlouzes et plus on l'aime, mais pas loin.

Et c'est vrai que récemment Nicolages Cage s'est quand même compromis dans deux machins bien honteux. Mom & Dad, déjà, sur Netflix, boursouflure qui ne va pas jusqu'au bout de son concept pourtant alléchant, et Mandy découvert à Cannes il y a peu, qui enfonce encore plus le clou. Et pourtant on y croit toujours.

 

photo, Nicolas CageNicolas Cage, dans Between Worlds

 

Déjà parce qu'il nous promet un Primal bien con et donc potentiellement génial, où l'acteur de Leaving Las Vegas et Ghost Rider va donc défourrailler tout ce qu'un cargo compte d'espèces animales menacées et qu'il n'y a que lui pour nous offrir ça. Mais d'ici là il va falloir jeter un oeil à Between Worlds, le thriller surnaturel que vient d'acquérir Saban Films pour une distribution simultanée au ciné et en vidéo aux USA.

Le film, réalisé, écrit et produit par Maria Pulera, entraine notre Cage d'amour dans une sombre histoire fantastique qui mettra à profit son regard de cocker dépressif. Il y interprétera Joe, un type obsédé par la mort de sa femme et de sa fille. Sur une aire d'autoroute déserte, il rencontre Julie, une femme dotée de pouvoirs psy qui l'entraine dans une quête pour retrouver l'âme de sa fille comateuse, Billie. Au contact de Joe, la gamine se réveille sauf qu'elle n'est plus vraiment elle, c'est l'âme de la femme de Cage qui a investit son corps pour terminer ce qu'elle n'avait pu accomplir quand elle était vivante.

 

photo

 

Bref, un pitch typique d'un film de Nicolas Cage de ces dernières années, avec la réflexion sur la dissolution familiale qui semble parcourir une bonne partie de son oeuvre récente. Alors en plus quand on sait que Julie est incarnée par Franka Potente, révélation de Cours, Lola, cours vue notamment dans La Mémoire dans la peau, on se dit que, si ça se trouve, cette fois c'est la bonne.

Et si ce Between Worlds se révélait aussi moyen que son pitch, reste un bel espoir : Prisoners of the Ghostland, de Sono SionNicolas Cage se retrouvera donc devant la caméra du très talentueux réalisateur japonais de Suicide ClubHimizu et Love Exposure, pour une histoire qui s'annonce rocambolesque. Il y sera un criminel notoire qui part à la recherche d'une fille disparue, dans un univers plein de forces surnaturelles et maléfiques : Ghostland.

La rencontre entre un cinéaste si iconoclaste et extrême, et un acteur de la trempe de Nicolas Cage, risque d'être bien explosive. Ne reste plus qu'à croiser les doigts pour que Prisoners of the Ghostland arrive vite, et soit à la hauteur.

 

Photo Nicolas Cage

 

commentaires

Faboloss 16/05/2018 à 15:10

"c'est l'âme de la femme de Cage qui a investit son corps pour terminer ce qu'elle n'avait pu accomplir quand elle était vivante."
J’espère vraiment qu'elle n’était pas en train de lui faire une pipe...

votre commentaire