Stars 80, la suite, aurait mis le producteur-star Thomas Langmann au bord de la faillite

La Rédaction | 7 mars 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 7 mars 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le producteur français Thomas Langmann, oscarisé pour The Artist et coupable de Stars 80, La Suite ou Astérix aux jeux olympiques, est proche de la faillite.

Le cinéma est un univers impitoyable où même un Oscar ne peut pas préserver un producteur des échecs commerciaux. Ou de faire des choix erratiques. Thomas Langmann, un des plus gros producteurs de France, a mis ses deux sociétés (La Petite Reine et la Petite Reine Production) en procédure de sauvegarde, soit la dernière étape avant la mise en faillite, et pour être tout à fait sincère on est moyennement surpris.

Certes, il a dans son escarcelle de gros succès comme Astérix aux jeux olympiques, The Artist ou Star 80, et avait créé l'événement avec l'ambitieux dyptique Mesrine en 2008, mais les dernières années ne se sont pas bien passées pour le producteur.

 

C'est compliquay

 

En effet, dans son étrange carrière cohabitent autant les films à 6 millions d'entrées que les bides les plus retentissants vus depuis longtemps. The Search de Michel Hazanavicius n'a ainsi même pas attiré 70 000 spectateurs en salles alors qu'il a coûté 20 millions d'euros en 2012, tandis que Colt 45 en 2014 engloutissait 12 millions d'euros pour n'attirer que 65 000 personnes. En 2015, la comédie À fond fut également un échec.

Restait à capitaliser sur le succès de Stars 80 avec une suite, mais là aussi, le dernier film en date de Thomas Langmann fut un gros échec. Stars 80, La Suite a ainsi coûté 20 millions d'euros et n'a déplacé que 325 000 personnes, et vu que c'est haut la main un des pires films de 2017, on comprend pourquoi.

 

PhotoIl fait frisquet non ?

 

Ce dernier film a par ailleurs valu au producteur un début de polémique sur une blague de très mauvais goût et un procès de la part de l'agent Olivier Kaefer, dont la vie a largement inspiré les films Stars 80 et dont les droits n'auraient pas été payés pour le second film. Bref, ça va pas fort mais Thomas Langmann essaye de rassurer dans Le Figaro :

"C'est une mesure provisoire qui permet à la Petite Reine de traverser une période difficile, comme c'est le cas de nombreuses autres sociétés. Cela ne nous empêche pas de produire cinq films cette année, et de continuer à produire la tournée Stars 80. Il n'y a eu aucun licenciement, et en tant qu'actionnaire, j'ai injecté pas loin de 10 millions d'euros en compte courant dans la société."

Bon bah, on y croit hein.

 

photoRassurez-vous qu'on vous dit

Tout savoir sur Thomas Langmann

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
TheMoon
08/03/2018 à 12:06

J'aime pas critiqué, mais je vais le faire, j'ai transmis à la société de Thomas Langmaan un bon scénario, réalisable pour un micro budget (1 million).

Ils en ont pas voulu, je profite du pré redressement de ses sociétés pour revenir à la charge et justement pour faire passer un message.

"amis producteur, arrété d'investir des millions dans vos film en cas d'échec vous nuisez a votre image et à l'image du cinéma français.

1 million c'est suffisant pour raconter une histoire avec une petite équipe et peu de decor...

Essayer sur quelques projets pas sur tous mais personne veut prendre le risque.

Donc Thomas Langmaan si tu me lis, je peux t'aider artistiquement parlant et je ne dois pas être le seul sur EL...

A toi de voir, tu veux être un pionner et produire des films différement ou tenter ta chances sur d'autres projet?

Tout est au developpement de La petite Reine (scénario, synopsis, note d'intention Projet JUST MARRIED....).

Sur ceux merci pour les autres films qui ont fait plaisir au public (Le Boulet notamment et j'en passe...)

Rorov94
07/03/2018 à 17:13

Sans parler de son budget came qui a explosé ces derniers temps!
Ce con va niquer ce que son père à mis 30 ans à bâtir!
Heureusement qu'il ne produit pas SCARFACE en ciné-réalité!

Zanta
07/03/2018 à 16:24

Son péché d'orgueil est en effet de croire qu'il peut s'improviser réalisateur... Besson produit aussi des merdes commerciales pour pouvoir financer en parallèle des projets plus ambitieux, mais il a un savoir-faire cinématographique.

snake88
07/03/2018 à 15:13

Ce gars là c'est vraiment Dr Jekkyl et Mister Hyde : sympathique lorsqu'il pose ses couilles sur la table pour produire des trucs comme The Artist, Blueberry etc ou même lorsqu'il s'agit de projets bandants comme Blacksad ou Fantômas....Insupportable lorsqu'il engendre des trucs comme Star 80 ou Astérix qui ont le point commun d'être réalisés par lui comme le souligne Gregdevil666. Peut-être devrait-il effectivement se contenter de produire et laisser la mise en scène à celles et ceux qui savent s'en occuper.

gregdevil666
07/03/2018 à 14:28

Le truc c'est qu'il devrait se contenter de rester producteur, car les 3 flims qu'il a produit ET réalisés (Asterix au JO et les 2 Star 80) sont des échecs artistique, Mérité en plus.

KibuK
07/03/2018 à 12:13

Que Thomas Langmann ait fait de mauvais films pour de mauvaises raisons, OK !... Maintenant, personne ne peut nier que c'est un passionné de cinoche et qu'il a mis des ronds dans des films auxquels il croyait comme "the Artiste" ou "the Search" par exemple. Le problème quand on est producteur, c'st qu'on ne peut pas prendre en compte que l'aspect créatif et artistique d'un film. Il doit composer entre ce qu'il dépense et le retour sur investissement qu'il doit obtenir pour pouvoir en faire d'autres. Même quand on aime le cinéma et qu'on devient producteur par passion, la réalité vous rattrape et vous vous rendez compte que l'équilibre entre art et business est très délicat, ce qui vous expose ensuite à tout un tas de critiques.

Morsay
07/03/2018 à 11:52

En même temps quand on fait des mauvais films... N'est pas uwe boll qui veut !

votre commentaire