Les César veulent votre amour/attention : un prix du public sera désormais attribué (à Dany Boon)

Lino Cassinat | 31 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Lino Cassinat | 31 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le maître de cérémonie des César 2018 a annoncé la création d'un nouveau trophée pour récompenser les succès au box-office.

Grosse nouveauté cette année à la grande messe du cinéma français, qui a placé 120 battements par minute et Au revoir là-haut en tête des nominations : désireuse d'élargir son champ d'action et de récompenser à la fois les succès d'auteurs comme les succès grand public, la cérémonie remettra à partir de cette année un nouveau trophée à partir au film français le plus populaire au box-office. Entendez par là, pas le plus apprécié mais celui qui a fait le plus d'entrées.

 

Photo

Manu Payet le maître de cérémonie révolutionnaire

 

L'idée n'est pas nouvelle, puisqu'elle était évoquée (mais pas concrétisée) en 2009, après l'absence de Bienvenue chez les Ch'tis qui avait fortement agacé Dany Boon, lequel avait même boudé la cérémonie. En 2015, c'est Chantal Lauby qui déplorait l'absence de Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? aux César.

L'annonce de ce nouveau prix a été faite en même temps que celle des nominations aux César 2018 par Manu Payet, et selon le président de l'académie le producteur Alain Terzian, ce type de récompense pour les succès publics était attendu "depuis des années". Alors, quel sera le lauréat cette année ?

 

Photo

 Heureux

 

Sans surprise, il s'agira de Dany Boon pour son film Raid dingue, le film français qui a attiré le plus de monde en salle en 2017 avec 4,5 millions de spectateurs.

Par curiosité, on vous a listé les couples réalisateurs/films qui auraient gagné le prix depuis 2000, c'est assez édifiant :

2016 : Olivier Baroux pour Les Tuche 2 (4,6 millions d'entrées)

2015 : Arthur Benzaquen pour Les Nouvelles Aventures D'Aladin (4,4 millions d'entrées)

2014 : Philippe de Chauveron pour Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu ? (12,3 millions d'entrées)

2013 : Pierre-François Martin-Laval pour Les Profs (3,9 millions d'entrées)

2012 : Alain Chabat pour Sur La Piste Du Marsupilami (5,3 millions d'entrées)

2011 : Olivier Nakache et Eric Toledano pour Intouchables (19,5 millions d'entrées)

 

 

2010 : Guillaume Canet pour Les Petits Mouchoirs (5,4 millions d'entrées)

2009 : Laurent Tirard pour Le Petit Nicolas (5,5 millions d'entrées)

2008 : Dany Boon pour Bienvenue Chez Les Ch'tis (20,5 millions d'entrées)

2007 : Olivier Dahan pour La Môme (5,2 millions d'entrées)

2006 : Patrice Leconte pour Les Bronzés 3 (10,3 millions d'entrées)

2005 : James Huth pour Brice De Nice (4,4 millions d'entrées)

 

Affiche

 

2004 : Christophe Barratier pour Les Choristes (8,6 millions d'entrées)

2003 : Gérard Krawczyk pour Taxi 3 (6,1 millions d'entrées)

2002 : Alain Chabat pour Astérix et Obélix : Mission Cléopatre (14,5 million d'entrées)

2001 : Jean-Pierre Jeunet pour Le Fabuleux Destin D'Amélie Poulain (8,6 millions d'entrées)

2000 : Gérard Krawczyk pour Taxi 2 (10,3 millions d'entrées)

 

Photo Audrey Tautou

Amélie Poulain

 

Sans surprise, le peu de diversité des récipiendaires légitimes du prix depuis le début des années 2000 saute aux yeux. En prenant en compte celui de cette année, on arrive au total écrasant de 14 comédies sur 17 films. On comprend la volonté de l'académie (et c'est tout à son honneur) de promouvoir tous les cinémas dont ceux de divertissement, mais on espère que la création de cette nouvelle prime au succès n'encouragera pas non plus une standardisation du cinema populaire et notamment de la comédie, segment de l'industrie déjà extrêmement balisé et pas forcément pour le meilleur...

 

Photo Dany Boon

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Pulsion73
01/02/2018 à 09:22

Oui mais voilà, ça m'aurait fait mal de récompenser un film comme les Bronzés 3 sous prétexte que ça été un succès alors que c'était clairement Mau-Vais (seul Clavier s'en sortait bien), et je suis poli. Un foutage de gueule.

Lorian
31/01/2018 à 20:52

Faut arrêter de se foutre de la gueule du monde, ce soir je vais me mater "The Age of Shadows" (dont les quelques images m'ont fait briller les mirettes) avant ça il y a eu des films comme Mademoiselle ou The Strangers, qui m'ont mis deux claques dans la gueule, et m'ont fait comprendre que le cinéma français en dépit de certains sursaut comme Grave (et encore qui a aussi son lot de défaut) ou Au revoir la haut, agonise, car terriblement gangréné par des bouses rempli de bien pensance ou de politiquement correct à foutre la nausée sans aucune recherche de mis en scène, d'acting, c'est creux et artificiel, pas drole pour un rond, bref, le niveau 0 de la connerie, même les beaufs doivent se sentir insultés à force par ce que les producteurs leur servent, (mais non, faut croire, car ça fait des entrée).

Bref, je ne sais pas comment est vu la France d'un point de vue cinématographique à l'étranger, mais il est clair, que vu de chez moi, c'est la misère absolue, ça manque d'un cinéma alternatif français, underground qui doit mettre un bon coup de pied au cul de cinéma franchouillard devenu amorphe et crétin qui nage dans la vacuité la plus totale.

Bubu
31/01/2018 à 17:33

Quel tristesse la comédie française

KibuK
31/01/2018 à 16:41

Donner un prix (un cesar) à un film sur la base du nombre de ses entrées en salles, sans prendre en compte le niveau de satisfaction de ceux qui ont payé un ticket, ca n'est pas honorer le cinéma, c'est honorer le business!

L'inconnu du Désert
31/01/2018 à 16:23

Et dire que l'année prochaine, les Tuches 3 seront à l'honneur... Quelle tristesse.

TheMoon
31/01/2018 à 15:45

Le cinéma français n'est pas mort c'est juste que produire un long métrage en france c'est l'enfer.

Alors trouver des partenaires pour produire un long métrage "differents" c'est quasi impossible.

Il faut faire du cinéma guerrilla ou chercher des partenaires, producteurs hors de France sauf si c'est pour faire une comedie ou un drame.

Les autres genres ne sont pas "français"...

Roukesh
31/01/2018 à 15:05

Il y a quelques films qui sauvent les meubles, mais c'est pas brillant. La plupart des gros succès français sont des comédies bas de plafond. Les césars, c'était déjà pas la joie, mais là...
Un prix qui récompenserait le risque pris par les auteurs serait surement une meilleur idée. S'il suffit de regarder le box office pour connaitre le lauréat, quel intérêt.

yellow submarine
31/01/2018 à 14:11

le cinéma français est mort depuis trop longtemps mais que vois-je ?
aujourd'hui il creuse sa tombe encore plus profond

votre commentaire