Star Wars : Rian Johnson explique pourquoi les Chevaliers de Ren ne sont pas dans Les Derniers Jedi

Lino Cassinat | 18 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Lino Cassinat | 18 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le réalisateur Rian Johnson est très prolixe en ce moment et il nous explique désormais que tout mettre dans Star Wars : Les Derniers Jedi c'était pas possible. SPOILERS.

Mentionnés et vus pour la première fois dans Star Wars : Le Réveil de la Force, les Chevaliers de Ren sont un groupe d'anciens Jedi (enfin, on suppose) commandés par Kylo Ren, le vilain de la nouvelle trilogie Star Wars. C'était un des éléments les plus mystérieux de l'épisode 7 et comme tout ce qui est nimbé d'une telle aura, c'était un des éléments dont le traitement était des plus spéculés pour l'épisode suivant, Les Derniers Jedi.

Attention, la suite de cet article est pleine de spoilers.

 

Photo Adam Driver, Star Wars : Les Derniers JediVous les voyez eux ? Ce sont les Chevaliers de Ren

 

Las, ce dernier ne les a évoqués qu'au détour d'une misérable réplique de Luke Skywalker lors du flashback l'impliquant lui et Ben Solo. Cette (quasi-)absence des Chevaliers de Ren a décu plus d'un fan, mais au micro d'Empire, le réalisateur Rian Johnson a expliqué ce que beaucoup ont perçus comme un retcon du film de J.J. Abrams :

"Le film est déjà très rempli et il n'y avait littéralement plus de place pour un autre élément... Je suppose que j'aurais pu les mettre à la place de la garde prétorienne [les gardes du corps de Snoke, ndlr] mais alors ça aurait été un gâchis de les mettre là parce que tous ces gardes devaient mourir. Et si Kylo avaient une sorte de connection avec eux, cela aurait ajouté une complication supplémentaire qui n'aurait vraiment pas aidé la scène... la vérité, c'est que je ne voyais vraiment pas où j'aurais pu les mettre dans le film."

 

PhotoIls sont quand même stylés mais du coup pas de Chevaliers de Ren...

 

Bon, alors maintenant que Phasma et Snoke vont avoir du mal à se battre, on suppose que l'épisode IX aura à charge d'introduire tous ces nouveaux personnages, en espérant que ce ne seront pas de simples antagonistes sans visage... Après, pour être très sincère (et comme on le dit dans notre critique), on a du mal à croire que cet arc narratif potentiel était moins intéressant que le tunnel narratif au milieu du film avec une péripétie anecdotique dans un casino de l'espace et Benicio Del Toro qui bégaye.

 

Affiche

Tout savoir sur Star Wars : Les Derniers Jedi

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Mr Vide
24/01/2018 à 12:52

"très rempli" hé hé hé. Il a du culot R.Johnson !
Bah c'est un point de vue après tout. Le vide peut - il remplir ?

lucas
19/01/2018 à 18:36

Quel bande de nazes, George revient.

Arnaud
19/01/2018 à 10:04

En fait je me rend compte que j'avais meme oublié l'existence de ces gars la ... c'est dire a quel point ils m'ont marqué ...

Gage
19/01/2018 à 09:04

Déjà, la gueule de la garde prétoriene...

Sûrement des fans de motocross fans de SW...

Hank Hulé
19/01/2018 à 08:39

Faut que t'arrêtes de jacasser Rian et que tu assumes : on s'en branle !

Hugo_Le_Blaireau
18/01/2018 à 22:54

@REA

Personnellement, même si je trouve le film meilleur que le très bancal épisode 7, la mélasse indigeste c'est plus Rogue One que Star Wars 8.
Un film qui n'a même pas une cohérence esthétique, déchiré entre les séquences assez impressionnantes d'Edwards (dont j'aime beaucoup le travail, aussi bien Monsters que Godzilla) et que les séquences insipides dirigés par Tony Gilroy. Le film est assez interessant dans ses 30-40 s'effondre sur lui même après le passage Jedha, véritable écho à l'Irak avec une sensation de guerilla urbaine mais qui s'achève sur un gâchis total de la faction extrémiste.
Le scénario n'arrive même pas à nous attacher aux personnages, ils sont pas intéressants ni vraiment recherchés. Le film oscille entre des parti pris assez intéressants voir fort avec la symbolique nucléaire, l'écho à la guerre d'Irak, l'effacement des barrières morales entre l'Empire et la Résistance et des choses bien plus balisés et d'une banalité qui prennent le pas sur le reste, s'empêchant d'approfondir les choses intéressantes, annulant leur impact.
Krennic et Galen Erso, prendre deux immenses acteurs que sont Mendelsohn et Mikkelsen pour au final en faire des personnages oubliables au fort potentiel, en esquissant une relation ambiguë qui aurait pu être très intéressante : ils partagent un passé commune et une ancienne relation, qu'es ce qui a poussé cette rupture par exemple ? ça aurait pu mettre un conflit idéologique qui aurait nourri cette affaiblissement des barrière morale que tente le film.

Au final le film m'a plus frustré qu'autre chose je vais avouer même si la séquence final est très bien branlé malgré un manque d'implication inexistant à cause des personnages.

Dirty Harry
18/01/2018 à 22:47

De toute façon ce type (Rien Johson) avance en cadavre exquis sur Star Wars donc tous les trucs posés dans le 7 il s'en fout, ce qui compte pour lui c'est de faire son fer à repasser sur la mythologie.

REA
18/01/2018 à 22:20

@zetagundam

OK les gouts et les couleurs, mais sur les 3 épisodes, ROGUE est celui qu s'en sort haut la main. Très bon casting. L'héroïne manquait certes d'envergure, mais je n'ai pas revu le film depuis la projection. Même le droïde est excellent, et joue un rôle majeur dans l'histoire.
Tu devrais laisser une 2nde chance à ce film ;)

Les chevaliers de Ren n'auraient rien apporté, rien sauvé. Ca aurait été un "bon" élément gâché dans cette mélasse indigeste des Derniers Jedi.
Kylo Ren devrait mourir dans le 9, autant utiliser cette cartouche dans celui-ci.

Prof. Broom
18/01/2018 à 20:54

Quelque part, Looper aussi permet de comprendre l'Episode 8. Lopper allait à rebours de la pensée hollywoodienne et occidentale en générale où le héros s'impose aux évènements. Au final, c'est en choisissant de "se retirer de l'équation" au profit du monde en entier que le héros résout le problème. Il y a quelque chose de la philosophie bouddhiste dans Looper, que l'on retrouve dans l'Episode 8, y compris dans la manière d'enseigner de Luke : l'esprit des traditions plutôt que le culte des traditions.

A noter d'ailleurs que Joseph Gordon Levitt vient de défendre pleinement les choix de Rian Johnson, notamment concernant Luke.

RJ MacReady
18/01/2018 à 20:36

D'ailleurs je conseille de voir Brick de Rian Johnson, c'est une belle clé de lecture pour approcher SW 8.

Plus
votre commentaire