Black Panther : pourquoi le film sera différent des autres films de superhéros selon son réalisateur Ryan Coogler

Alexis Vielle | 30 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexis Vielle | 30 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Trahisons, conflits familiaux, Black Panther aura donc des accents shakespeariens selon Ryan Coogler...

Introduit dans le Captain America : Civil War, T’Challa a.k.a La Panthère Noire avait de suite su séduire les fans. Indépendant au combat de chef entre Steve Rodgers et Tony Stark, costume bien bad ass tout de noir vêtu, on attend désormais de pied ferme ses premières aventures solos dans Black Panther. Réalisé par le jeune Ryan Coogler (Creed mais aussi Fruitvale Station, grand prix du jury à Sundance), la première bande-annonce avait créé l’engouement chez les fans, tandis que nous restions légèrement plus nuancés. Ceci dit, le casting nous avait charmé par son charisme à l’état brut entre Chadwick Boseman (Black Panther) mais aussi Michael B. Jordan Lupita Nyong'o, Forest Whitaker, Martin Freeman et Angela Bassett. Bref, ça fait du talent au mètre carré.

 

Photo

 Photo de famille

 

Si le film fait preuve d'une tonalité colorée et bien punchy, on sera loin de la dimension fun et retro qu’avaient insufflé Les Gardiens de la Galaxie et plus récemment Thor : Ragnarok au MCU, le long prenant comme toile de fond les luttes fratricides, conflits d’identité, ou autres thématiques bien shakespearienne comme il faut.

Mais laissons celui qui en parle le mieux, Ryan Coogler revient sur les particularités de son film à Cinemablend:

« Dans le film, on retrouve le héros à une époque où il perd son père, la personne la plus importante de sa vie. Il hérite de cette très lourde responsabilité. Il devient roi au moment où le Wakanda est en proie à une crise d’identité et la population a différentes idées sur ce que doit devenir leur royaume. Il est en conflit avec lui-même mais a conscience de son héritage. »

 

Photo Chadwick Boseman, Michael B. Jordan

 Michael B. Jordan et Chadwick Boseman

 

On s’en souvient, l’assassinat de T’Chaka faisait partie du machiavélique plan d’Helmut Zemo lors des tragiques évènements de Civil War, ce qui poussa son fils à partir à la poursuite du malheureux et innocent Soldat de l’Hiver. Dans la scène post-générique on découvrait alors Bucky Barnes en cryogénisation au Wakanda alors que T’Challa et Captain America prédisaient de nouvelles menaces imminentes. Une nouvelle terre d’exil pour l’ex super-soldat, qui semble s’être fait à son nouvel habitat (comme on peut le voir dans le dernier trailer d’Infinity War).

Le cinéaste poursuit :

« Réaliser que nous aurions un film où un père et son fils discutent dans leur langue africaine maternelle m’a frappé. C’était très émouvant. Quelque chose de très fort. »

Entre son nouveau statut de roi, deux bad guys qui conspirent à sa perte et la survie de son peuple, la Panthère aura du pain sur la planche. 

Sortie du film le 14 février 2018. 

 

Affiche

Tout savoir sur Black Panther

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Y Boy
01/12/2017 à 11:40

Le conflit shakespearien papa/fiston a déjà été vendu pour le premier Thor avec le résultat que l'on sait. Le Wakanda en CGI possède d'ailleurs des relents d'Asgaard, moi ça me donne l'impression d'assister à la même chose...

Seboulba
30/11/2017 à 15:04

C'est devenue une nouvelle donnée récurante depuis quelque films chez Marvel. Il essayer de donner une identité et un univers bien défini à chacun de leur héros. Sa donne moin l'impression de revoir toujours la meme chose

votre commentaire